Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

À surveiller: Innergex énergie renouvelable, Héroux-Devtek et WSP

Denis Lalonde|09 août 2023

À surveiller: Innergex énergie renouvelable, Héroux-Devtek et WSP

WSP a dévoilé des résultats supérieurs aux prévisions au second trimestre. (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres d’Innergex énergie renouvelable, Héroux-Devtek et WSP? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

Innergex énergie renouvelable (INE, 12,38$): une transaction qui «coche toutes les cases»

Innergex énergie renouvelable a conclu une transaction qui prévoit la vente dune participation de 30% dans son portefeuille d’activités en France à Crédit Agricole Assurances pour un montant de 128 millions d’euros, soit 188,4 millions de dollars canadiens (M$).

L’analyste Brent Stadler, de Valeurs mobilières Desjardins, soutient que Crédit Agricole est le plus important assureur de France, ajoutant que la direction d’Innergex entend utiliser le montant pour rembourser des facilités de crédit renouvelables et au financement de ses activités.

La transaction devrait être conclue durant la seconde moitié de 2023. «De notre point de vue, la transaction coche toutes les cases. Premièrement, elle prouve la valeur de la plateforme éolienne “de grande qualité” de l’entreprise», dit-il. Selon l’analyste, la transaction évalue les actifs français entre 12,5 et 13 fois le ratio valeur d’entreprise/BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement), alors que le titre d’Innergex se négocie à un ratio de 10,6 fois.

Deuxièmement, Brent Stadler estime que les quelque 200 millions de dollars obtenus viennent enlever toute inquiétude quant au niveau de liquidités de l’entreprise. «La transaction est aussi rentable et elle montre la solidité de l’équipe de direction d’Innergex», ajoute-t-il.

À son avis, la transaction survient alors que le titre d’Innergex n’est pas apprécié à sa juste valeur et pourrait servir de catalyseur en vue d’une éventuelle remontée.

«La transaction valorise les activités françaises d’Innergex à environ 710 millions d’euros, soit un peu moins de 1,05 milliard de dollars canadiens. Rappelez-vous que la société avait acheté la participation de 30% en septembre 2022 pour un montant de 96,4M$. Le prix de vente annoncé de 188,4M$ est donc de loin supérieur, ce qui devrait plaire aux actionnaires», raconte-t-il.

Le portefeuille compte 17 actifs éoliens en exploitation d’une puissance installée totale de 324 mégawatts (MW), de même qu’un large portefeuille d’actifs à différents stades de développement. Innergex continuera de contrôler la gestion de l’ensemble de la chaîne de valeur, du développement à la construction et à l’exploitation.

Quant aux résultats financiers de l’entreprise au second trimestre, Brent Stadler précise que le BAIIA est conforme aux prévisions du consensus des analystes à 199M$, mais sous sa prévision de 212M$. «Les activités de l’entreprise ont atteint 91% de la production moyenne d’électricité à long terme», dit-il, ajoutant que la production américaine dans l’éolien a été 26% sous la cible, ce qui a été compensé en partie par une bonne performance au Québec (+5%) et en France (+2%).

L’analyste réitère sa recommandation d’achat sur le titre, de même que son cours cible sur un an de 16,50$.

 

Héroux-Devtek (HRX, 15,68$): la valeur du titre reste attrayante

Héroux-Devtek (HRX, 15,68$): la valeur du titre reste attrayante

Le fabricant de trains d’atterrissage Héroux-Devtek a dévoilé les résultats financiers de son premier trimestre terminé le 30 juin relativement conformes aux prévisions de l’analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale (FBN), et du consensus.

«L’entreprise a dévoilé des revenus de 141 millions de dollars (M$), en hausse de 23% sur un an, alors que les revenus des 12 derniers mois atteignent 570M$. Cela se rapproche de la cible de l’entreprise de générer des revenus de 150M$ par trimestre», relate l’analyste.

Cameron Doerksen ajoute que les pressions sur la chaîne d’approvisionnement semblent se résorber, même si la direction d’Héroux-Devtek a indiqué qu’elle allait avoir besoin de temps pour stabiliser pleinement sa production et pour relever les prix de ses commandes afin de compenser la montée de l’inflation.

«Nous pensons que les marges bénéficiaires de l’entreprise reviendront à la normale d’ici deux ans», écrit-il.

Ce dernier ne s’inquiète pas trop du fait que l’entreprise a utilisé 20,5M$ de ses liquidités durant le trimestre, car cette somme a été utilisée pour stabiliser ses inventaires de pièces.

L’analyste précise aussi que Héroux-Devtek n’a pas fourni de mise à jour de son carnet de commandes, qui était de 864M$ à la fin du quatrième trimestre. «La direction a toutefois précisé que la demande restait forte et qu’elle voit des occasions de croissance supplémentaire avec ses principaux clients (Airbus et Boeing, notamment) dans les marchés de l’aviation civile et de la défense», dit-il.

Pour cette raison, l’analyste réitère sa recommandation de «surperformance» sur le titre, mais abaisse légèrement son cours cible sur un an, qui passe de 21$ à 20$, concédant que les défis liés aux pressions inflationnistes et à la chaîne d’approvisionnement constitueront des vents contraires tout au long de l’exercice 2024.

Cameron Doerksen soutient que le titre de la société se négocie actuellement à un ratio valeur d’entreprise/BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement) prévu en 2025 de 7,6 fois, sous sa moyenne historique de 8 fois. Il souligne que la moyenne des autres entreprises du secteur est de 12 fois, bien que ce chiffre cible les 12 prochains mois.

À son avis, au cours actuel, le titre d’Héroux-Devtek reste attrayant.

 

 

WSP (WSP, 178,44$): des résultats supérieurs aux prévisions de l’analyste d’ATB Capital Markets

WSP (WSP, 178,44$): des résultats supérieurs aux prévisions de l’analyste d’ATB Capital Markets

La société de services d’ingénierie WSP a dévoilé des revenus de 2,74 milliards de dollars (G$), un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de 461,6 millions de dollars (M$) et un bénéfice par action ajusté de 1,56$ au second trimestre de son exercice 2023 terminé le 30 juin.

Ces résultats dépassent les attentes de l’analyste Chris Murray, d’ATB Capital Markets, qui étaient respectivement de 2,67G$, 450,8M$ et 1,52$. Ce dernier était plus optimiste que le consensus des analystes établi à 2,59G$, 439,7M$ et 1,50$ respectivement.

«WSP a dévoilé de solides résultats grâce à une croissance organique de 9,3%, excédant nos prévisions de 200 points de base. Cette croissance meilleure que prévu a été bonifiée par les fusions et acquisitions, reflétant les effets des transactions effectuées durant la seconde moitié de l’exercice 2022, ce qui a résulté en une hausse de 26% des revenus», explique-t-il, ajoutant que les marges bénéficiaires de 16,9% ont été conformes à ses prévisions.

Il précise que la hausse des revenus aux États-Unis a atteint 11,3% sur un an, comparativement à 6,3% au Canada et à 14,9% dans la région de l’Asie Pacifique.

WSP a profité du dévoilement de ses résultats trimestriels pour relever ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice 2023. La direction s’attend dorénavant à des revenus oscillants entre 10,7G$ et 11G$ et à un BAIIA ajusté entre 1,9G$ à 1,93G$. Auparavant, elle anticipait des revenus de 10G$ à 10,6G$ et à un BAIIA ajusté entre 1,76G$ et 1,84G$.

Les nouvelles prévisions misent sur une croissance organique de 6% à 9% (précédemment de 3% à 6%).

«Le carnet de commandes atteignait 14,3G$ à la fin du trimestre, un record. Les prises de commandes internes ont atteint 4G$ durant le trimestre, aussi un record. Le ratio nouvelles commandes/facturation atteint 1,1», précise-t-il.

Rappelons que juste avant le dévoilement de ses résultats trimestriels, WSP a annoncé la vente de sa division Louis Berger Services, une entreprise spécialisée dans les services d’exploitation et d’entretien d’infrastructures complexes pour des installations civiles et de défense, à Versar pour un montant qui n’a pas été révélé.

Chris Murray réitère sa recommandation de «performance égale au secteur» pour le titre de WSP et son cours cible sur un an de 190$.