Nouvelle imposition au Québec: l'investisseur pourra-t-il s'y adapter?

Publié le 24/09/2012 à 15:18, mis à jour le 24/09/2012 à 16:28

Nouvelle imposition au Québec: l'investisseur pourra-t-il s'y adapter?

Publié le 24/09/2012 à 15:18, mis à jour le 24/09/2012 à 16:28

La première ministre du Québec Pauline Marois. [Photo : LesAffaires.com]

BLOGUE. Le nouveau gouvernement de Mme Marois n’a pas tardé à afficher ses couleurs et à confirmer ce qu'elle avait promis au cours de la campagne électorale en ce qui a trait à la fiscalité des Québécois. En gros, on peut résumer les mesures à venir ainsi: plus d’impôt à payer par les «riches», une réduction du crédit d’impôt sur les dividendes et une inclusion partielle du gain en capital qui passerait de 50 % à 75 %. Rien de très intéressant pour les investisseurs. Qui plus est, ces mesures pourraient être rétroactives à l’année 2012.

Or, rien n’est statique dans le merveilleux monde des impôts. Cela se traduit souvent par des changements de comportements de la part des particuliers et des entreprises afin de contrer les hausses d’impôts.

Or, à mon avis, de telles mesures seraient susceptibles de changer sensiblement le comportement des investisseurs boursiers. Voici quelques conséquences probables de telles mesures sur le monde de l’investissement boursier :

1- Les investisseurs québécois seront moins attirés par les sociétés qui offrent des dividendes élevés. On sait qu’il existe de nombreuses sociétés dont le modèle d’affaires est de verser une partie importante des profits en dividendes à leurs actionnaires. Ces titres deviendront moins attirants, car les dividendes perçus par les investisseurs seront fiscalement moins intéressants.

2- Les investisseurs québécois pourraient garder leurs titres boursiers plus longtemps afin de reporter l’impôt à payer sur des gains de capital. Vous possédez un titre qui s’est fortement apprécié et qui vous semble maintenant trop cher? Peut-être réfléchirez-vous par deux fois avant de le vendre. Les nouvelles mesures fiscales créeront-elles de nouveaux investisseurs à long terme?

Blogues similaires

Le retour des aubaines hisse le S&P/TSX à un record

BLOGUE. Il est encore trop tôt pour dire si les titres bon marché et plus cycliques prendront le relais en Bourse.

Est-ce la fin des intermédiaires?

BLOGUE INVITÉ. Il faut passer du temps à étudier les entreprises qui vendent directement aux consommateurs.