De nouveaux FNB à dividendes élevés… maintenant pour l’exposition l’internationale

Publié le 07/02/2014 à 23:56, mis à jour le 08/02/2014 à 17:00

De nouveaux FNB à dividendes élevés… maintenant pour l’exposition l’internationale

Publié le 07/02/2014 à 23:56, mis à jour le 08/02/2014 à 17:00

BLOGUE. Si l’on se fie aux nouveaux FNB lancés récemment par la RBC et First Trust, les investisseurs continuent à demander des FNB versant de généreux dividendes. RBC a lancé sa série de FNB quantitatif leaders tandis que First Trust a lancé cette semaine le premier FNB canadien à transiger uniquement des titres européens versant des dividendes. Est-ce vraiment une bonne idée d’inclure des FNB d’actions internationales à dividendes élevés dans un portefeuille?

Je n’ai pas l’intention de débattre de la méthodologie utilisée par ces nouveaux FNB mais plutôt de la fiscalité liée aux dividendes étrangers. De façon générale, les dividendes étrangers sont assujettis à une retenue fiscale de 15 %, bien qu’il y ait des exceptions pour certains pays et certains types de compte dans lesquels les titres sont détenus, selon les différents accords signés par le Canada.

Par exemple, les dividendes reçus de sociétés américaines détenues dans un REER ne sont pas assujettis à une retenue fiscale, mais ils le sont dans un CELI. Toutefois, lorsque les dividendes étrangers sont reçus à travers un FNB canadien, même si celui-ci investit directement dans les titres sous-jacents, une retenue fiscale s’appliquera. Pour des exemples, regardez la colonne impôt étranger payé de l’onglet des distributions pour des FNB comme ZDM ou XSP. Ces montants peuvent être récupérés dans un compte non enregistré, mais pas dans un compte enregistré (REER, CELI, FERR …).

Prenons l’exemple du nouveau FNB quantitatif leaders de dividendes EAEO RBC (RID). Avec un rendement en dividendes estimé à 4,89%, et en supposant une retenue fiscale de 15 %, c’est l’équivalent d’un coût supplémentaire de 0,73 %, auquel doit s’ajouter un ratio de frais de gestion d’au moins 0,50 %. On ne parle plus de produits à faible coût.

Comme je l’ai expliqué dans cet article intitulé « Une bulle des dividendes ? », les investisseurs se tournent parfois vers les titres à dividendes pour les mauvaises raisons. Ne serait-il pas le temps de considérer un FNB d’actions mondiales sans dividendes? Le FNB Horizons S&P 500 (HXS) est le seul FNB négocié au Canada qui offre cette possibilité, uniquement sur le marché américain, mais le fait grâce à l’utilisation d’un contrat à terme dont le coût est estimé à 0,30 % et qui s’ajoute aux frais de gestion de 0,15 % de ce FNB. C’est une option, mais plus d’alternatives devraient être disponibles.

Invitation

Pour obtenir votre portefeuille personnalisé de FNB, je vous invite à compléter notre Analyse gratuite. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter et facebook

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), une entreprise dynamique et innovatrice qui offre la première solution de conseils en placements en ligne indépendante, personnalisée et à faible coût. Une approche systématique à long terme combinée à l’utilisation de fonds négociés en bourse (FNB) permet d’offrir des portefeuilles adaptés tant pour les besoins des investisseurs autonomes que pour les investisseurs recherchant une gestion de portefeuille clés en main. « Les FNB démystifiés » est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada. 

À propos de ce blogue

Ian Gascon est président de Placements Idema (www.idema.ca), un gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB). «Les FNB démystifiés» est le premier blogue francophone dédié aux fonds négociés en bourse au Canada et Placements Idema est la première société au Canada à avoir lancé un service en ligne de gestion de portefeuille, maintenant mieux connu sous le terme «robot-conseiller».

Ian Gascon

Blogues similaires

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.