Pourquoi les catastrophes glissent sur le dos des marchés

Publié le 01/04/2011 à 14:21, mis à jour le 01/04/2011 à 15:25

Pourquoi les catastrophes glissent sur le dos des marchés

Publié le 01/04/2011 à 14:21, mis à jour le 01/04/2011 à 15:25

Pour la Bourse, les cataclysme naturels sont beaucoup moins dommageables que les chocs de nature financière. Voici pourquoi selon Julian Jessop, économiste international en chef de Capital Economics.


1 - Les désastres naturels causent moins de dommages économiques parce qu’ils ont une portée principalement régionale. Il a fallu quatre ans à la Louisiane de se remettre de l’ouragan Katrina en 2005, mais l’économie américaine en a peu pâti.


2 – La destruction d’immeubles et d’infrastructures n’a pas d’effet direct sur le produit intérieur brut, qui lui mesure le niveau de l’activité économique et non les changements dans a valeur du capital physique. En revanche, la reconstruction elle augmente temporairement le niveau d’activité économique.


3 – Les chocs de nature financière en revanche ne procurent pas un tel stimuli économique. De plus, il n’est pas rare de voir la valeur de différents actifs chuter de moitié lorsqu’une crise financière assèche les liquidités qui font rouler l’économie. Il est aussi plus facile de reconstruire des bâtiments que de rétablir la valeur des actifs qui a dégringolé dans une crise.


4 – Les crises financières engendrent aussi davantage d’incertitude et de perte de confiance, en car il est difficile de prendre la mesure, en raison de la complexité et de la quantité des instruments financiers en circulation. L’ampleur et les coûts des désastres naturels sont tangibles, visibles et se calculent aisément. Le danger nucléaire au Japon accentuera toutefois l’impact de la tragédie sur son économie, si elle mine la confiance des Japonais.


5 – Les gouvernements et les autorités sont aussi rapides à coordonner leurs efforts pour fournir du soutien moral, monétaire et autre au pays éprouvé par une catastrophe. Ce n’est pas toujours le cas pendant les crises financières puisque des plans de sauvetage financiers sont impopulaires dans la population.

À propos de ce blogue

La Sentinelle de la Bourse se veut un blogue pour les investisseurs qui s¹intéressent aux rouages de la Bourse et aux marchés financiers. Son objectif : surveiller et débusquer des repères financiers pertinents pour prendre le pouls des Bourses et ainsi mieux aiguiller les décisions de placement de l¹investisseur.

Dominique Beauchamp
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

«Aflac augmente son dividende chaque année depuis des décennies»

Édition du 20 Avril 2019 | Stéphane Rolland

STÉPHANE ROLLAND - Comment percevez-vous le marché en ce moment ?CONSTANTINE KOSTARAKIS - Prédire où iront les ...

Cinq relances québécoises sous la loupe

Édition du 23 Mars 2019 | Dominique Beauchamp

Ces cinq sociétés québécoises sont toutes tombées de leur piédestal à la Bourse l'an dernier. Sont-elles en ...

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Canada Goose : le coup de froid

Édition du 26 Janvier 2019 | François Pouliot

CHRONIQUE. Le Canada a bon nom à l'étranger. Utilisons-le pour tenter de donner du levier à nos produits. Bonne ...

Avantage concurrentiel (partie 2): les coûts de commutation et l’économie d’échelle.

BLOGUE INVITÉ. Est-ce un avantage concurrentiel du point de vue des banques canadiennes et de la STM?