Diane Bérard: Davos n'est pas de taille contre Lucien Bouchard

Publié le 27/01/2011 à 09:01, mis à jour le 27/01/2011 à 09:00

Diane Bérard: Davos n'est pas de taille contre Lucien Bouchard

Publié le 27/01/2011 à 09:01, mis à jour le 27/01/2011 à 09:00

BLOGUE. Klaus Schwab ne le savait pas. Il a lancé son sommet économique le mauvais jour.

On ne lance pas un sommet économique mondial le jour où Lucien Bouchard vient à la rescousse du gaz de schiste.

Il fallait se renseigner. À son âge, il a tout de même 80, le fondateur du Forum économique mondial aurait pu faire mieux.

ME SUIVRE SUR TWTTER: diane_berard

On comprend que les Québécois ne puissent consacrer autant d’attention qu’ils auraient voulu à Davos. Après tout, c’est vraiment une très grosse nouvelle que monsieur Bouchard soit choisi pour calmer le jeu.

 On n’aurait jamais pensé qu’il serait désigné entre tous.

 Courage monsieur Schwab, votre forum ne se termine que le 30. Vous avez encore quatre jours pour attirer l’attention des Québécois.

 Mais il faudra travailler fort car demain, ou après-demain, d’autres annonces toutes aussi inattendues pourraient venir monopoliser l’espace médiatique québécois.

Et si vous n'arrivez pas à capter l'attention des Québécois, ne soyez pas trop déçu monsieur Schawb;le premier ministre chinois a connu le même sort que vous lorsqu’il a visité le président Obama. Sa visite s’est classée au 18 ième rang en ce qui a trait à son intérêt pour les Québécois et au 1er rang pour les Canadiens.

Pour ceux que Davos intéresse, voici le site officiel où vous trouverez plusieurs présentations.

 Lire ici ma chronique précédente

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Dites, ça vous dirait de travailler depuis la Floride?

BLOGUE. Votre réalité, demain matin? Oui, mille fois oui, selon une étude de Harvard et de la Northeastern...