Bourse: Charlie Munger qualifie les cryptomonnaies de «maladie vénérienne»

Publié le 18/02/2022 à 08:30

Bourse: Charlie Munger qualifie les cryptomonnaies de «maladie vénérienne»

Publié le 18/02/2022 à 08:30

Le milliardaire américain Charlie Munger, 98 ans, a beaucoup fait parler de lui ces derniers jours pour avoir qualifié les cryptomonnaies de «maladie vénérienne». (Photo: Getty Images)

BALADO. Le milliardaire américain Charlie Munger, 98 ans, a beaucoup fait parler de lui ces derniers jours pour avoir qualifié les cryptomonnaies de «maladie vénérienne».

Sans avoir une opinion aussi tranchée sur la question, François Rochon, président et gestionnaire de portefeuille chez Giverny Capital, rappelle pourquoi il évite le secteur. «La seule manière de faire des profits avec les cryptomonnaies, c'est de les revendre plus cher à quelqu'un d'autre», dit-il.

M. Rochon revient aussi sur les chiffres de l'inflation au Canada et aux États-Unis. En janvier, l'inflation canadienne a pointé à 5,1%, un sommet depuis 1991, alors qu'aux États-Unis, le chiffre de 7,5% est le plus élevé depuis 1982.

À court terme, selon lui, l'inflation est le pire ennemi de l'investisseur. Il soutient que l'investissement valeur repose sur la «marge de sécurité» et que le recul de titres technologiques ont simplement eu pour effet de rendre des titres qui étaient très très dispendieux un peu moins dispendieux!

Il concède toutefois que les reculs de nombreuses entreprises depuis le début de l'année créent des occasions d'achats sur les marchés. Il parle de deux titres qu'il possède en portefeuille, soit ceux de CarMax (KMX, 107,48$US) et Meta Platforms, société mère de Facebook (FB, 207,71$US).

 

À propos de ce blogue

Le blogue des Gestionnaires en action permet à des gestionnaires de portefeuille de commenter divers éléments de l'actualité boursière et financière qui retiennent l'attention.

Denis Lalonde
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Nouveaux sommets des marchés: occasion d'investissement ou risque accru?

05/04/2024 | Richard Langevin

EXPERT INVITÉ. Quel investisseur n’a pas déjà rêvé de réintégrer le marché le 23 mars 2020 après le recul pandémique?

35 ans d'existence (4)

12/04/2024 | Philippe Leblanc

Le modèle «gagnant-gagnant-gagnant».