Startup Weekend Montréal de l'intérieur

Publié le 16/07/2013 à 14:45, mis à jour le 18/07/2013 à 07:38

Startup Weekend Montréal de l'intérieur

Publié le 16/07/2013 à 14:45, mis à jour le 18/07/2013 à 07:38

BLOGUE. Curieux de vivre de l’intérieur la création d’une start-up en 54 heures, j’ai décidé de me joindre à une équipe à l’occasion de la troisième édition de Startup Weekend Montréal. Après une semaine bien remplie par l’International Startup Festival et le Demo Day de FounderFuel, j’ai plongé tête première dans l’aventure le vendredi 12 juillet à 16h30. Bien que j’ai déjà assisté aux présentations de clôture de l’événement, je ne me savais pas trop à quoi m’attendre. J’étais néanmoins disposé à ne pas trop dormir et à faire l’expérience des hauts et des bas de l’entrepreneuriat en accéléré. Voici, d’heure en heure, le déroulement de ma fin de semaine peu reposante.


Sur le même sujet : Startup Weekend Montréal en photos


16h30 : J’arrive à l’Université Concordia après avoir passé la journée au Startup Festival, dont la cérémonie de clôture vient tout juste de se terminer. La salle où a lieu le cocktail est bien remplie et les discussions sont animées. Je ne sais pas trop comment l’événement fonctionne, alors, j’essaie de tisser des liens avec des participants, car je dois convaincre une équipe de me laisser documenter leurs moindres gestes durant la fin de semaine.


16h40 : Après avoir discuté avec quelques personnes qui n’ont pas d’idée à présenter, je m’introduis dans une discussion à trois. Le projet qui est en train de prendre forme est un réseau social pour les 50 ans et plus. Je ne suis pas vendu à l’idée. Je croise ensuite le chemin de Wolf Pierre Kohlberg, un étudiant à la maitrise dont le mémoire porte sur le tourisme créatif. Son projet est très simple à réaliser sur le plan technique et semble relativement facile à rentabiliser.


Le site Web imaginé par Wolf Pierre est une sorte de Groupon des trajets d’autocars, où ce sont les clients qui créent les offres. Concrètement, s’il y un spectacle à Montréal auquel un Torontois veut assister, il lui suffira de quelques clics pour noliser un autobus faisant l’aller-retour. Pour qu’il parte, il faudra toutefois qu’un nombre suffisant d’amateurs de Toronto réservent leur place. L’idée me semble difficile à battre, mais je souhaite néanmoins découvrir les autres projets avant de prendre une décision.


17h01: Adam Stelle, chef des opérations de Startup Weekend, est venu animer cette troisième édition montréalaise. Il brise la glace.


À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Sur le même sujet

Québec offre un copilote à ses automobilistes

BLOGUE. Avec son application mobile et son centre de gestion, la ville veut reprendre le contrôle sur les bouchons.

Des Montréalais lancent le Uber du dépannage technologique

25/08/2016 | Andréanne Moreau, Journal Métro

Sa mission: combler l'écart entre l'offre de produits technologiques et les connaissances des consommateurs.

Blogues similaires

Propulser les régions en misant sur les hubs innovants

Édition du 23 Septembre 2017 | René Vézina

CHRONIQUE. Le vendredi 15 septembre, on inaugurait à Magog le Quartier de l'innovation, un lieu consacré aux ...

Pourquoi le Château Laurier a mesuré son empreinte sociale

22/09/2017 | Diane Bérard

BLOGUE. L'hôtel Château Laurier, à Québec, est la première entreprise québécoise à mesurer son empreinte sociale.

Bref éloge de l'audace

22/09/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Une vertu malheureusement trop rare, et pourtant ô combien précieuse pour voler de succès en succès au travail.