Tim & Bill

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Tim & Bill

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Comme chaque semaine, je cherchais un angle pour commenter notre sujet principal. J'ai évidemment commencé par regarder de près le classement Léger-Les Affaires des 249 entreprises les plus admirées des Québécois que nous vous présentons en exclusivité cette semaine. Un élément m'a vite sauté aux yeux : le rang de Tim Hortons. Le plus grand vendeur de café et de beignes du Canada est passé de la 15e à la 4e place en un an. Intéressant. En tentant de trouver une explication à cette performance, je suis tombée sur plusieurs reportages concernant un certain Bill Moir. Connaissez-vous Bill Moir ? Si vous travaillez dans le domaine du marketing, peut-être... Eh bien, M. Moir a été recruté en 1990 a titre de vice-président marketing chez Tim. En 1997, il était promu vice-président exécutif marketing, puis en 2008, chef de la marque et du marketing, un titre qu'il a conservé jusqu'à sa retraite... qu'il a prise l'an dernier. Faites le calcul : Bill Moir a travaillé près de 25 ans à bâtir la célèbre marque Tim Hortons. Fascinant, quand on sait que Tim Hortons fêtait ses 50 ans en 2014, et qu'un chef du marketing reste en poste en moyenne 45 mois, selon une étude de la firme de recrutement Spencer Stuart. M. Moir a dû faire du bon travail...


Je retiens deux choses d'une longue entrevue qu'il a accordée à Marketing, l'an dernier. Au fil du temps, la marque a toujours collé aux valeurs canadiennes. «Nous serons amicaux. Nous serons sans prétention. Nous serons fiables», expliquait M. Moir.


En même temps, Tim Hortons ne s'est jamais reposée sur ses lauriers. Saviez-vous que toutes les quatre semaines, Tim offre une nouveauté à ses clients ? Il ne s'agit pas de réinventer la roue chaque fois. Parfois, il s'agit simplement de prendre des produits existants et de les retravailler pour créer de nouveaux combos. L'objectif ? «Vous donner de nouvelles raisons de revenir.», explique Bill Moir.


Difficile de résumer en 500 mots la stratégie marketing de l'entreprise qui sert trois cafés sur quatre au Canada. Cela dit, le fait que Bill Moir a pendant si longtemps veillé aux destinées de la marque Tim Hortons en dit long sur la popularité de l'entreprise auprès des Canadiens. Son successeur, Peter Nowlan, a de grands souliers à chausser. Il peut compter sur une marque forte, mais il devra composer avec une nouvelle direction : en 2014, Tim Hortons est passée dans le giron de l'américaine Burger King, dans une transaction de 12 milliards de dollars qui a donné naissance à la 3e plus grande entreprise de restauration rapide du monde. Une transaction bien accueillie, mais qui apportera son lot de défis, dont le plus important est que Tim garde le vent dans les voiles et reste «Toujours frais» dans le coeur des Canadiens.


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Sur le même sujet

Si vous n'êtes pas unique, soyez le meilleur!

08/11/2018 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Il convient de jouer avec trois clés pour y parvenir avec brio...

À la une: construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 22 Septembre 2018 | Les Affaires

Le dernier numéro de Les Affaires est là! En manchette, les 300 plus importantes PME du Québec.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.