La honte

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Février 2014

La honte

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Février 2014

Au départ, je voulais parler à un gestionnaire ou à un dirigeant qui a fait un burn-out. Pas facile. Finalement, j'ai plutôt cherché à parler à un gestionnaire ou à un dirigeant qui a dû composer avec un ou plusieurs employés qui ont fait un burn-out. J'avais plein de questions à poser : l'aviez-vous vu venir ? Culpabilisez-vous ? Comment gérez-vous les absences répétées ? Pas facile non plus. En fait, personne n'a voulu me parler, du moins publiquement. «C'est délicat», m'a-t-on répondu.


C'est délicat, car le dirigeant n'a pas envie de crier sur tous les toits que dans SON équipe, certains de SES employés ont connu un épuisement professionnel. Il a un peu honte. Ce n'est pas bon pour son image ni pour celle de l'entreprise. Il pourrait passer pour le tyran qui ne prend pas soin de ses employés. Donc, il préfère se taire.


Parfois, c'est vrai. Parfois, c'est faux. Oui, il y a probablement des dirigeants qui ne ménagent pas leurs troupes. Mais il faut aussi tenir compte de la situation de l'employé. Celui-ci ne sait peut-être pas dire «non» à son patron lorsque son assiette est pleine. Il y a aussi l'employé qui se retrouve en burn-out parce que rien ne va plus dans sa vie personnelle. Il y a une multitude de raisons. Il s'agit d'un problème complexe.


Et souvent, l'employé ne veut pas parler non plus. Il a honte d'avouer qu'il n'est plus capable. Il craint que cela nuise à sa carrière. Et après, lorsqu'il est trop tard, il a toujours honte. Honte de dire qu'il a dû s'absenter plusieurs mois pour... épuisement professionnel.


La honte muselle et assombrit les relations. Un problème de communication qui engendre des coûts faramineux : l'absentéisme au travail pour cause de santé mentale coûte 21 milliards de dollars par an au Canada, selon le Conference Board du Canada.


Cette semaine, notre journaliste Suzanne Dansereau présente des méthodes de gestion pour éviter que vos employés - et votre entreprise - se heurtent à un mur. Notez toutefois que celles-ci ne seront efficaces que si, et seulement si patrons et employés se parlent. Un proverbe latin dit très justement : «N'ayez pas honte de dire ce que vous n'avez pas honte de penser». À pratiquer.


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.