Capital de risque: le poumon de l'innovation

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

Capital de risque: le poumon de l'innovation

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Octobre 2015

Photo: Shutterstock

«Je ne veux pas faire de politique», a-t-il dit avec un petit sourire en coin. Gaétan Morin était l'un des conférenciers de la soirée «Une gouvernance renouvelée» de l'Institut des administrateurs de sociétés du Québec, le 1er octobre. L'occasion était toutefois trop belle pour le président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ de rappeler son combat, à quelques jours des élections.


Gaétan Morin souhaite que le prochain gouvernement réinstaure le crédit d'impôt fédéral consenti aux actionnaires des fonds de travailleurs. Ce crédit permet des économies d'impôts aux épargnants qui investissent dans le Fonds, qui offre du financement aux PME québécoises. En 2013, Ottawa a toutefois décidé d'abolir ce crédit d'impôt qui disparaîtra en 2017. «C'est une valve de capital de risque que l'on ferme», a rappelé le dirigeant.


Le Fonds s'époumone depuis maintenant deux ans à ce sujet. En général, le milieu des affaires du Québec l'appuie. Dans un communiqué conjoint émis la semaine dernière, la Chambre de commerce du Canada, la Fédération des chambres de commerce du Québec et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain demandent au prochain gouvernement de réinstaurer ce crédit d'impôt. Plus largement, les chambres réclament aux chefs des mesures concrètes pour favoriser l'accès au capital de risque, un financement essentiel pour permettre aux entreprises technologiques axées sur l'innovation de survivre et de se développer.


Les partis, dont les plateformes économiques sont décortiquées dans Les Affaires, n'ont pas détaillé leurs mesures à ce chapitre. On sait toutefois que le Parti libéral, le NPD et le Bloc québécois ont promis de réintroduire le fameux crédit d'impôt. De son côté, le Parti conservateur juge le crédit d'impôt des fonds de travailleurs inefficace. Il préfère stimuler le capital de risque par le secteur privé.


Selon une étude publiée par les chambres qui ont pris position, les montants investis en capital de risque au Canada ont atteint 2,3 milliards de dollars en 2014, soit 31% de plus qu'en 2013. À première vue, cela semble très encourageant. C'est pourtant loin du sommet de 4G$ atteint vers la fin des années 1990. Sans surprise, la Californie rafle la plus grande part du gâteau en Amérique du Nord, avec 30,1G$ investis en 2014, soit 54,3% du marché nord-américain. Au Québec, on a investi 604 millions de dollars en capital de risque en 2014. C'est 1,1 % du marché.


Hausser ces montants est essentiel pour stimuler notre économie. Pourquoi? Parce que l'économie du Canada ne peut plus compter comme avant sur les ressources naturelles pour se développer. Parce que, si le financement n'est pas là, les entreprises iront là où l'herbe est plus verte. Parce que le capital de risque finance l'innovation. Et si l'innovation s'envole, comment resterons-nous concurrentiels?


Géraldine Martin
Éditrice adjointe et rédactrice en chef,
Groupe Les Affaires
geraldine.martin@tc.tc

À propos de ce blogue

Géraldine Martin

Sur le même sujet

L'emploi au Canada: rien ne se perd, rien ne se crée

06/12/2015 | René Vézina

BLOGUE. Il apparaît clairement depuis plusieurs mois que le marché de l’emploi, au Canada, fait du surplace.

Les libéraux au pouvoir: les promesses qui retiennent l'attention

20/10/2015 | Richard Cloutier

Retour sur l'ensemble des promesses libérales qui retiennent l'attention depuis l'élection de Justin Trudeau.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Sortir du bois ou entrer dedans ?

Édition du 13 Octobre 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Il y a de l'action en forêt. Depuis la mi-septembre, plusieurs titres forestiers sont sous pression.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.