Profitez du soleil sans perdre votre WiFi

Publié le 17/05/2017 à 15:18

Profitez du soleil sans perdre votre WiFi

Publié le 17/05/2017 à 15:18

Les bornes Google WiFi et TP-Link Deco. (Photo: Alain McKenna)

C’est enfin l'été le printemps! Allez bosser sur la terrasse sans craindre de décrocher du WiFi grâce au maillage sans fil créé par une ou l'autre ou des deux familles de routeurs WiFi.


Quiconque possède un routeur sans fil au bureau ou à la maison et désire sortir le portable sur la terrasse afin de faire un peu de boulot sous les doux rayons du soleil sait que ce n’est pas si simple. Les réseaux sans fil n’aiment pas les murs, et le signal ne se rend pas toujours au-delà de la pièce où se trouve le routeur.


On a parlé l'hiver dernier d’une nouvelle famille de bornes WiFi de Linksys, les Velop, qui étaient parmi les premiers à offrir le maillage sans fil («mesh WiFi») au Canada. Ces jours-ci, c’est au tour de Google et TP-Link de lancer des appareils similaires chez nous. Les Google WiFi (439 $) et les TP-Link Deco (449 $) visent justement à faire tomber les murs, et à vous libérer des limites d’une simple connexion sans fil.


Ces deux routeurs sont similaires de plus d’une façon : leur apparence n’est pas tout à fait identique, mais leur forme plate et arrondie les distingue des Velop longilignes et monolithiques. Sous le capot, la mécanique et les caractéristiques se ressemblent tellement qu’on en déduit qu’ils sont fabriqués à la même usine. Jusqu’aux deux ports Ethernet et à l’alimentation USB-C de chacune des bornes. Pas surprenant : TP-Link est une marque méconnue du grand public, mais reste un des trois plus importants fabricants de composants de réseautique au monde.


Les avantages des bornes Google WiFi et TP-Link Deco sont dont essentiellement les mêmes : une configuration simplifiée, possible uniquement à partir d’une application mobile, une couverture sans fil étendue grâce à une trousse de trois bornes (on peut aussi les acheter à l’unité, au besoin), et des paramètres sophistiqués pouvant tout de même être personnalisés sans avoir à se casser la tête : priorisation de certaines tâches ou de certains appareils, protection contre les attaques informatiques (rappelez-vous WannaCry…), et contrôle d’accès des divers utilisateurs (employés ou enfants, selon le cas).


Du WiFi AC ultrarapide


Si vous avez un ordinateur (ou même un mobile) de facture récente mais que vous n’avez pas touché à votre réseau sans fil depuis quelques années, il est probablement temps de penser à le changer. La norme WiFi AC existe depuis quelques années, mais elle se raffine d’une année à l’autre et gagne chaque fois en rapidité ou en robustesse.


Évidemment, tous n’ont pas besoin de trois bornes sans fil pour couvrir l’ensemble de leur bureau ou même de leur logement. Les fabricants insistent d’ailleurs pour dire qu’une seule borne couvre 140 mètres carrés (1500 pieds carrés). Un trio de bornes peut donc couvrir plusieurs étages, plusieurs bureaux, la terrasse, etc.


Au moment de l’installation, les bornes de Google se jumellent entre elles en partageant une bande sans fil privée, ne dégradant pas le débit WiFi en passant d’une borne à l’autre. Ce n’est pas le cas des Deco, qui se connectent entre elles comme le font des composants réseau traditionnels. En gros, ça signifie qu’un ordinateur connecté à une des bornes satellites pourrait voir le débit de cette connexion coupé de moitié.


Ça a l’air grave, au premier coup d’œil, mais ça ne l’est pas tant si on ne charge pas des données volumineuses via cette connexion. TP-Link précise qu’on peut, si on le souhaite, relier les bornes Deco entre elles par connexion câblée, maximisant la portée et le débit sans fil du réseau. Sauf que ça élimine le principal avantage du maillage sans fil, qui est d’étendre un réseau… sans fil.


Peu importe, dans la plupart des cas, le débit est tout de même assez bon. Durant les essais, les bornes Google ont fourni un débit moyen légèrement au-dessus des 450 mégabits-secondes, alors que les bornes Deco permettaient des chargements avoisinant les 430 mb/s. C’est à peu près la même chose pour les bornes Velop de Linksys, mais la portée de ces dernières était plus courte, dans nos tests.


Le maillage sans fil a la cote auprès des fabricants cette année. (Photo: Alain McKenna)


Antivirus et contrôle parental en prime


Dans les deux cas, la configuration s’avère assez simple. Votre gestionnaire TI, lui, risque de grogner : aucun accès aux réglages avancés par interface web. Gérer les adresses réseaux (IP), personnaliser le pare-feu, créer des règles de sécurité sur mesure n’est pas permis.


Le maillage sans fil de ce type est plus terre à terre que ça.


En revanche, les deux produits cités ici offrent une gestion de l’accès qui plaira aux parents, et aux gestionnaires de PME : on peut créer des profils d’utilisateurs, leur attribuer des appareils (mobiles ou de bureau), et limiter l’accès à Internet selon la durée (par exemple, 2h par jour, sauf les weekends, où ça peut grimper à 4h), ou la destination (la nature des sites visités – YouTube, Facebook, etc.)


TP-Link inclut des préréglages dans les Deco selon l’âge des utilisateurs, comme au cinéma : moins de 12 ans, c’est strict. 13 à 18 ans, ça l’est un peu moins. 18 ans et plus, c’est bar ouvert.


Zombies


Les Deco ont aussi un pare-feu et un antivirus intégrés, lesquels empêchent notamment les appareils connectés de se transformer en zombies. Des millions d’appareils du genre ont été impliqués dans la plupart des cyberattaques ces derniers mois, alors voilà une mesure de sécurité bienvenue.


L’antivirus, pour sa part, bloque l’accès à des sites malveillants. Quelqu’un qui cliquerait par inadvertance sur le lien dans ce (faux) courriel semblant provenir de son institution bancaire verrait l’accès bloqué au site de hameçonnage qui tente ainsi de lui voler son identité.


C’est sans conteste la meilleure trouvaille de TP-Link, qui distingue ses bornes Deco de la concurrence. Ni Linksys ni Google n’offre une telle fonction. Remarquez, ça n’élimine pas le besoin de protéger ses appareils individuellement, ni de faire attention quand on navigue sur la Toile.


Il y aura toujours des failles dans le systèmes informatiques… Comme dans les réseaux WiFi, d’ailleurs.


Avec le maillage sans fil, on règle une partie du problème : on installe les bornes à des endroits stratégiques afin de doubler ou tripler la couverture d’un seul et même réseau. À ce jeu, Google et TP-Link font bien. Ce dernier va plus loin en offrant une protection additionnelle (et gratuite!) contre les menaces internet. Ça aussi, c’est bien.


Il reste à espérer que le prix de ces appareils baisse encore un peu. Après tout, on peut avoir un bon routeur à deux ou trois bandes pour la moitié du prix. Reste seulement à voir s’il sera accessible de la terrasse.


 


Suivez-moi sur Twitter:





Suivez-moi sur Facebook:



 

À propos de ce blogue

Autrefois, on appelait ça de l'électronique mais de nos jours, les nouvelles technologies vont bien au-delà des transistors et des circuits imprimés. Des transactions bancaires à l'écoute en rafale d'émissions de télé les plus populaires, la technologie est omniprésente. Et elle comporte son lot de questionnements. Journaliste spécialiste des technologies depuis bien avant l'avénement du premier téléphone intelligent, Alain McKenna a observé cette évolution sous tous ses angles et livre ici ses impressions sur le sujet.

Alain McKenna
Sujets liés

Technologie , techno

Sur le même sujet

Comment les géants de la tech génèrent des milliards

19/05/2017 | François Remy

INFOGRAPHIE. À elles seules, ces entreprises réalisent 555 milliards $US de chiffres d'affaires. Voici comment.

10 choses à savoir vendredi

19/05/2017 | Denis Lalonde et Alain McKenna

Un fonds à l'image d'Austin Powers. La diversité des CA n'apporte rien et le record mondial inusité du 375e de Montréal.