Cryptomonnaies: 40 à 50 ans de prison requis contre Sam Bankman-Fried

Publié le 15/03/2024 à 16:20

Cryptomonnaies: 40 à 50 ans de prison requis contre Sam Bankman-Fried

Publié le 15/03/2024 à 16:20

Par AFP

Jugé en novembre dernier par le tribunal pénal fédéral de New York, le fondateur et ancien patron de la plateforme de cryptomonnaie FTX connaîtra sa peine le 28 mars et encoure jusqu’à 110 années de prison. (Photo: Getty Images)

Le procureur fédéral de Manhattan réclame 40 à 50 années de prison contre l’ancien magnat des cryptomonnaies Sam Bankman-Fried, reconnu coupable en novembre de fraudes évaluées à huit milliards de dollars américains, selon des documents vendredi de la justice américaine.

Jugé en novembre dernier par le tribunal pénal fédéral de New York, le fondateur et ancien patron de la plateforme de cryptomonnaie FTX connaîtra sa peine le 28 mars et encoure jusqu’à 110 années de prison.

«Une peine d’emprisonnement de 40 à 50 ans (…) est nécessaire pour illustrer la gravité des crimes de l’accusé, a écrit le procureur de Damian Williams dans son mémorandum de plus de 110 pages, rendu public vendredi.

Les avocats de Sam Bankman-Fried («SBF») avaient réclamé, il y a quelques jours, une peine allégée de six années de prison.

Mais pour le procureur Williams, le jeune financier a «commis l’une des plus grosses fraudes financières de l’histoire américaine, un montage de plusieurs milliards de dollars censé faire de lui le roi des cryptos».

Fondateur et patron de la plateforme d’échanges de cryptomonnaies FTX, «SBF» avait été déclaré coupable des sept chefs d’accusation retenus contre lui pour avoir détourné plusieurs milliards de dollars de dépôts de clients sans leur autorisation.

Un second procès devait initialement débuter lundi dernier et couvrir cinq autres chefs d’accusation, dont l’association de malfaiteurs en vue de corrompre un agent étranger et effectuer des donations à des hommes politiques.

Ils avaient été écartés du premier procès, car ne figurant pas dans l’accord passé avec les autorités bahaméennes pour procéder à l’extradition de Sam Bankman-Fried, en décembre 2022.

Mais M. Williams a fini par renoncer, fin décembre, à un second procès.

Le procureur avait alors indiqué que les Bahamas n’avaient toujours pas donné leur feu vert et que les autorités américaines visaient une «résolution rapide» du dossier «SBF».

Sam Bankman-Fried était accusé d’avoir autorisé le versement d’environ 150 millions de dollars américains de pots-de-vin à des officiels chinois pour débloquer les avoirs de FTX en Chine.

Il lui était aussi reproché d’avoir utilisé l’argent de clients de FTX pour effectuer des donations à des candidats en politique, notamment Joe Biden.

 

 

Sur le même sujet

Binance entre dans l'histoire... des pénalités du Canada

Mis à jour le 13/05/2024 | François Remy

LES CLÉS DE LA CRYPTO. La plus grande plateforme d'échanges de crypto-actifs au monde a dû payer une (petite) amende.

À la une

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé, la tech et Nvidia se démarquent

Mis à jour il y a 45 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX ouvre en hausse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour à 07:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

Les nouvelles du marché du jeudi 23 mai

Mis à jour à 08:35 | Refinitiv

Amazon et la startup Hugging Face s’associent pour employer les puces d’Amazon.