Meta, la société mère de Facebook, supprime 10 000 emplois de plus

Publié le 14/03/2023 à 13:34

Meta, la société mère de Facebook, supprime 10 000 emplois de plus

Publié le 14/03/2023 à 13:34

Par La Presse Canadienne

La société de Menlo Park a investi des milliards de dollars pour réaligner son attention sur le métavers. (Photo: 123RF)

Meta (META, 193,42$ US), la société mère de Facebook, supprime 10 000 emplois supplémentaires et ne pourvoira pas 5000 postes vacants, alors que le pionnier des médias sociaux continue de réduire ses coûts.

L’entreprise avait annoncé 11 000 suppressions d’emplois en novembre, soit environ 13% de son effectif à l’époque.

Meta et d’autres entreprises technologiques embauchent de manière dynamique depuis au moins deux ans et, ces derniers mois, ont commencé à mettre à pied certains de ces travailleurs.

Au début du mois dernier, Meta a affiché des bénéfices en baisse et un troisième trimestre consécutif de baisse de revenus.

La société a annoncé mardi qu’elle réduirait la taille de son équipe de recrutement et procéderait à de nouvelles coupes dans ses groupes technologiques fin avril, puis dans ses groupes commerciaux fin mai.

«Ce sera difficile et il n’y a pas moyen de contourner cela», a affirmé le chef de la direction, Mark Zuckerberg. «Cela nous forcera à dire au revoir à des collègues talentueux et passionnés qui ont fait partie de notre succès.»

La société de Menlo Park, en Californie, a investi des milliards de dollars pour réaligner son attention sur le métavers. En février, elle a souligné qu’un ralentissement de la publicité en ligne et la concurrence de concurrents tels que TikTok avaient pesé sur les résultats.

Les plus grandes entreprises technologiques des États-Unis réduisent également leurs coûts ailleurs.

Ce mois-ci, Amazon a suspendu la construction de son deuxième siège social en Virginie, dans la foulée de la plus grande série de mises à pied de son histoire et de ses plans changeants au sujet du télétravail.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.