L’IA vous aidera-t-elle à trouver l’âme soeur?

Publié le 18/09/2023 à 13:39

L’IA vous aidera-t-elle à trouver l’âme soeur?

Publié le 18/09/2023 à 13:39

Par Hugues Foltz

Pas moins de 17% des gens qui se marient de nos jours se sont rencontrés en ligne selon une étude. (Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Quoi de mieux qu’un sujet léger, ou pas léger du tout, pour terminer cet été qui fut clairement décevant côté météo et qui a probablement été très propice à la rupture de bien des couples en manque de vitamine D et de chaleur ?

Vous ne serez pas surpris si je vous dis que la recherche de l’être aimé en 2023 n’a strictement rien à voir avec ce que c’était il y a tout juste 10 ans… En fait, le premier site de rencontre en ligne date de bien avant cela : c’est en 1995 que «Match.com» est mis en ligne ! C’était le début d’une industrie qui aujourd’hui n’est plus l’ombre de ce qu’elle était à l’époque. Au début de ma vingtaine, les sites tels que «Réseau Contact» faisaient leur apparition. Déjà, le changement était drastique. La notion de séduction perdait un peu de sa saveur, ou du moins de son charme. En 2012, l’arrivée de Tinder est vraiment venue rebrasser les cartes. Cette année-là, mon premier petit garçon est né, je n’ai donc pas connu cette époque de Tinder. Cependant, il semble qu’il était dorénavant presque aussi facile de rencontrer quelqu’un que de commander une pizza…

Toutes les plateformes qui ont suivi l’arrivée de Tinder ont emboîté le pas de cette course qui est devenue une course au «fast food», délaissant l’objectif premier de vous faire rencontrer la bonne personne. Puis, petit à petit, de nouvelles technos ont fait leur apparition dans ces applications.

Toutefois, savez-vous que pas moins de 17% des gens qui se marient de nos jours se sont rencontrés en ligne selon une étude du Statistic Brain Research Institute ? Comme quoi, il semble bien que ça fonctionne pour plusieurs personnes ! On estime d’ailleurs que depuis la création des sites de rencontre, près de 49 millions d’individus se sont créé un profil en ligne pour trouver leur douce moitié. Imaginez le nombre de «dates» qui en a découlé et surtout le potentiel immense de ce marché aux yeux d’investisseurs.

Du «deepfake», aux algorithmes qui identifient à votre place le «match parfait», en passant par des robots qui écrivent des messages en votre nom pour trouver l’âme sœur, clairement il a de sérieuses questions à se poser sur la manière dont on recherche un partenaire de vie et surtout de déterminer qui est réellement la personne derrière ces échanges. Sommes-nous dans un monde où la beauté, le fit de personnalité et de valeurs entre deux personnes peuvent maintenant être déterminés par l’intelligence artificielle ? Et bien, malheureusement, nous n’en sommes pas loin…

À titre d’exemple, une récente étude a démontré que 20% des hommes ont eu recours à ChatGPT pour générer leur profil en plus de rédiger des messages personnalisés à leurs prétendantes. Évidemment, je pense que personne n’aimerait savoir que c’est une IA qui a tenté de vous charmer plutôt que la personne elle-même. Mais cette tendance est loin de vouloir se renverser, considérant que la même étude a révélé que 37% des répondants se sentaient plus confiant envers le sexe opposé en utilisant cet outil.

Quand c’est ChatGPT qui écrit des échanges sur les réseaux sociaux à votre place dans le but de charmer l’autre personne, est-ce bien avec votre cœur que vous parlez vous croyez ? L’utilisation des robots conversationnels est déjà très répandue dans ce type d’échanges. Il va de soi que j’ai toujours une facilité à m’ébahir devant les nouvelles prouesses de la technologie, mais quand il est question de déshumaniser quelque chose d’aussi intrinsèquement humain, il devient selon moi important de prendre une pause et de réfléchir à l’impact réel des technologies disponibles sur ces sites de rencontre.

Je viens de vous parler de technologies déjà existantes et qui sont aujourd’hui bien répandues dans le domaine des rencontres. Mais qu’est-ce qui nous attend dans le futur ?

Premièrement, sachez que les rencontres entre deux personnes dans un univers parallèle s’en viennent beaucoup plus vite qu’on le pense avec des technologies comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée. Vous pourrez bientôt fréquenter quelqu’un qui habite dans une autre ville et avoir un rendez-vous galant au pied de la tour Eiffel, et ce, dans le confort de votre salon. Des applications telles que Tinder parlent d’implanter une nouvelle fonctionnalité propulsée par l’IA qui vise à proposer des dates à leurs clients. Des entreprises se penchent même sur l’intégration des profils génétiques et même de l’ADN aux profils de rencontre, car il est démontré scientifiquement que ces deux facteurs ont un rôle à jouer dans l’attraction entre individus.

Dans quelques années, il y a fort à parier que vous n’aurez plus à «swiper» à gauche ou à droite, car l’application le fera à votre place. L’IA saura quel intérêt commun vous partagez et qui sait, pourra même vous proposer des billets de spectacle entre votre maison et la sienne. Au final, on peut sérieusement se questionner à savoir si l’intelligence artificielle aura réellement le pouvoir de décrypter une des émotions les plus complexes de l’humain, soit l’amour.

J’ose tout de même espérer que la nature humaine résistera à ne pas tomber dans ce qui peut avoir l’air d’un simple gain de temps, mais qui résultera dans les faits en une potentielle perte de connaissance de qui nous sommes vraiment et surtout de ce que nous avons vraiment besoin pour être heureux et heureuse avec une autre personne !

 

À la une

L'éloge de la lenteur

EXPERT INVITÉ. Même si on prend des vacances, nos sociétés n’arrêtent pas de travailler pour nous.

Saputo: rien n'est encore gagné

11:22 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Le titre de Saputo a bondi au-dessus de 30$ pour la 1re fois depuis d’un an.

Course à la direction du PLQ: Charles Milliard réfléchit, et se mouille sur le 3e lien

Il y a 16 minutes | Dominique Talbot

Selon un sondage Léger, Milliard obtient pour le moment 1% des intentions de vote chez les militants libéraux.