Samy Kanoun: «Je suis déterminé à aligner nos pratiques sur les critères ESG»

Publié le 04/04/2024 à 12:25, mis à jour le 04/04/2024 à 12:25

Samy Kanoun: «Je suis déterminé à aligner nos pratiques sur les critères ESG»

Publié le 04/04/2024 à 12:25, mis à jour le 04/04/2024 à 12:25

Par lesaffaires.com

Samy Kanoun (Photo: courtoisie)

GÉNÉRATION D’IMPACT. Les Affaires vous présente les leaders de demain de la deuxième cohorte de Génération d’impact, un programme de formation d’intrapreneurs chapeauté par la Jeune Chambre de commerce de Montréal et Fondaction, avec l’accompagnement du Pôle IDEOS-HEC Montréal.

Présentation

Nom: Samy Kanoun
Fonction: Conseiller juridique
Entreprise: Ivanhoé Cambridge
Âge: 29 ans

 

Questions-réponses

Les Affaires: Quel est le défi que vous souhaitez relever dans le cadre de Génération d’impact?

Samy Kanoun: Mon défi au sein du programme Génération d’impact est d’améliorer le processus d’approvisionnement de mon organisation en intégrant des normes de durabilité innovantes.

Je suis déterminé à créer des répercussions positives en alignant nos pratiques d’approvisionnement sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

 

L.A.: Qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir agir sur ce problème?

S.K.: Au cours des dernières années, les normes de durabilité sont devenues des priorités majeures dans notre société.

Je suis profondément convaincu de l’importance d’agir pour faire une différence dans des enjeux sociaux cruciaux, tels que la protection de l’environnement et des droits de la personne.

Mon projet vise à se servir des nouvelles normes de durabilité afin de créer des répercussions positives, contribuant ainsi à des changements significatifs dans notre communauté et au-delà.

 

L.A.: Qu’est-ce que ça prend d’après vous pour être un bon intrapreneur?

S.K.: Pour être un bon intrapreneur, il est essentiel de bien connaître son organisation, ce qui vous permet de savoir exactement qui contacter pour mener à bien votre projet.

Ensuite, la persévérance et de la créativité sont des ingrédients indispensables pour réussir.


L.A.: D’après vous, quels sont les grands défis du monde des affaires du Québec inc.? Qu’est-ce qui doit demeurer sur leur radar?

S.K.: Je crois que le défi climatique sera probablement l’une des questions les plus pressantes du 21e siècle.

Chaque année, nous avons un rappel que le temps n’est pas de notre côté, comme en témoignent les incendies de forêt de l’été dernier, dont les fumées se sont propagées jusqu’au sud de la frontière et en Europe.

Les entreprises, tout comme les individus, doivent prendre toutes les mesures possibles pour trouver des solutions à cette problématique.

 

L.A.: Si vous aviez une baguette magique, à quoi ressemblerait l’employeur idéal? Que ferait-il de différent de ce que vous observez sur le marché?

S.K.: Un employeur idéal est celui qui place le bien-être de ses employés au cœur de ses préoccupations. Il est à l’écoute de leurs besoins et met en œuvre les moyens nécessaires pour y répondre. Je pense que les conversations franches entre employeurs et employés sont souvent évitées pour maintenir une harmonie au bureau, mais cela peut être une erreur. En réalité, l’expression d’opinions divergentes contribue à faire avancer les idées. Ainsi, la création d’un environnement de travail ouvert à ces échanges est essentielle pour instaurer un milieu de travail idéal.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique:

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs.

Sur le même sujet

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

L’action Boeing décroche

13:17 | AFP

Le groupe ne s’attend plus à dégager de la trésorerie en 2024.

TotalEnergies étudie une cotation en actions à New York

13:06 | AFP

Mais pas une «cotation principale», selon le PDG du groupe pétrolier français Patrick Pouyanné.