Une rentrée à géométrie variable

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2021

Une rentrée à géométrie variable

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Septembre 2021

(Photo: Martin Flamand)

 

Les plans de retour au travail et les enjeux varient selon le type et la taille des entreprises.
Groupe Sani Marc (Victoriaville) : de nouvelles occasions d’embauche
Fièrement implanté à Victoriaville, le groupe Sani Marc aime faire appel aux talents locaux, mais la pénurie de main-d’œuvre et le bassin régional limité ont compliqué les choses. Le télétravail est donc en quelque sorte devenu une planche de salut. L’entreprise a embauché une quarantaine de personnes depuis le début de la pandémie et plusieurs candidats retenus proviennent de la région de Montréal. « Le télétravail nous a permis d’ouvrir des postes partout et d’avoir des options d’embauche plus grandes », se réjouit la directrice des affaires juridiques et corporatives, Mylène Lavigne.
Logistec (Montréal) : repenser les voyages d’affaires
Quand cette entreprise de services environnementaux a fait l’acquisition, en juin dernier, d’APG, basée à Edmonton, elle a envoyé une minuscule délégation sur place. Bien plus modeste que celle qui aurait pris l’avion il y a quelques années. « Avec la pandémie, on s’est aperçu qu’on est capable d’en faire plus à distance que ce qu’on aurait pu croire, affirme la vice-présidente à la stratégie et aux communications de Logistec, Marie-Chantal Savoy. Ça nous a fait prendre conscience de nos habitudes et du besoin de les changer pour les générations futures. »
Banque Nationale (Montréal) : avancer avec prudence
Avec ses quelque 26 000 employés répartis dans tout le Canada, mais aussi ailleurs dans le monde, la Banque Nationale ne peut pas se permettre de rater sa rentrée. Actuellement, environ 5000 travailleurs accueillent les clients en personne dans les succursales et les centres d’affaires, mais pour les autres, le retour au bureau sera très progressif. Un modèle de travail hybride sera implanté plus tard cet automne, en s’appuyant sur les discussions que les gestionnaires auront eues avec leurs équipes. « On n’a pas donné de minimum ou de maximum de jours au bureau, on parle de travail hybride, explique Danny Déry, vice-président du Centre-conseil expérience-employé. Mais quand je dis hybride, ça veut dire qu’il y a une forte présence au bureau qui se dégage de ce modèle-là. »
Écolopharm (Chambly) : plus d’efficacité au travail
En marge des activités de son usine d’emballages écoresponsables destinés aux pharmacies — qui accueille toujours une vingtaine de travailleurs —, Écolopharm a elle aussi opté pour un mode de travail hybride pour plusieurs de ses équipes. Les employés s’ennuient parfois des discussions « de cadre de porte », mais le télétravail a aussi ses bons côtés, note la présidente Sandrine Milante. « Ça permet d’identifier le ou les moments dans la journée où on est vraiment productif. Dans mon cas, je dirais que mon efficacité a grandement augmenté. »

 

Les plans de retour au travail et les enjeux varient selon le type et la taille des entreprises.


Groupe Sani Marc (Victoriaville) : de nouvelles occasions d’embauche

Fièrement implanté à Victoriaville, le groupe Sani Marc aime faire appel aux talents locaux, mais la pénurie de main-d’œuvre et le bassin régional limité ont compliqué les choses. Le télétravail est donc en quelque sorte devenu une planche de salut. L’entreprise a embauché une quarantaine de personnes depuis le début de la pandémie et plusieurs candidats retenus proviennent de la région de Montréal. « Le télétravail nous a permis d’ouvrir des postes partout et d’avoir des options d’embauche plus grandes », se réjouit la directrice des affaires juridiques et corporatives, Mylène Lavigne.

 

Logistec (Montréal) : repenser les voyages d’affaires

Quand cette entreprise de services environnementaux a fait l’acquisition, en juin dernier, d’APG, basée à Edmonton, elle a envoyé une minuscule délégation sur place. Bien plus modeste que celle qui aurait pris l’avion il y a quelques années. « Avec la pandémie, on s’est aperçu qu’on est capable d’en faire plus à distance que ce qu’on aurait pu croire, affirme la vice-présidente à la stratégie et aux communications de Logistec, Marie-Chantal Savoy. Ça nous a fait prendre conscience de nos habitudes et du besoin de les changer pour les générations futures. »

 

Banque Nationale (Montréal) : avancer avec prudence

Avec ses quelque 26 000 employés répartis dans tout le Canada, mais aussi ailleurs dans le monde, la Banque Nationale ne peut pas se permettre de rater sa rentrée. Actuellement, environ 5000 travailleurs accueillent les clients en personne dans les succursales et les centres d’affaires, mais pour les autres, le retour au bureau sera très progressif. Un modèle de travail hybride sera implanté plus tard cet automne, en s’appuyant sur les discussions que les gestionnaires auront eues avec leurs équipes. « On n’a pas donné de minimum ou de maximum de jours au bureau, on parle de travail hybride, explique Danny Déry, vice-président du Centre-conseil expérience-employé. Mais quand je dis hybride, ça veut dire qu’il y a une présence au bureau qui se dégage de ce modèle-là. »

 

Écolopharm (Chambly) : plus d’efficacité au travail

En marge des activités de son usine d’emballages écoresponsables destinés aux pharmacies — qui accueille toujours une vingtaine de travailleurs —, Écolopharm a elle aussi opté pour un mode de travail hybride pour plusieurs de ses équipes. Les employés s’ennuient parfois des discussions « de cadre de porte », mais le télétravail a aussi ses bons côtés, note la présidente Sandrine Milante. « Ça permet d’identifier le ou les moments dans la journée où on est vraiment productif. Dans mon cas, je dirais que mon efficacité a grandement augmenté. »

À la une

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.

L’industrie du droit a besoin de faire les choses autrement

Édition du 08 Mai 2024 | Philippe Jean Poirier

GRANDS DU DROIT. Les cabinets de services juridiques ont été très actifs sur le marché des fusions et acquisitions.