Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

«Comment améliorer le bien-être des gars à l’usine?»

Olivier Schmouker|Mis à jour le 26 avril 2024

«Comment améliorer le bien-être des gars à l’usine?»

40% des travailleurs en usine trouvent que leur employeur ne se soucie pas de leur bien-être. (Photo: Sam Moghadam Khamseh pour Unsplash)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Q. – «Dans les magazines, on donne mille conseils pour améliorer le bien-être des employés, comme faire du yoga ou de la méditation. Mais ça ne colle pas à la réalité du travail en usine! Chez nous, les deux tiers des employés – pour la plupart, des gars – travaillent huit heures par jour à l’usine, avec juste deux pauses d’une demi-heure. Ils doivent enlever leur tenue de travail s’ils veulent sortir dehors. Dans ces conditions, comment leur offrir des activités susceptibles d’améliorer leur bien-être? Moi, je ne vois vraiment pas…» – Émilie

R. – Chère Émilie, j’ai une bonne nouvelle pour vous: il y a bel et bien de multiples pistes à explorer pour améliorer le bien-être des personnes qui travaillent en usine. Et pour identifier les plus intéressantes pour vous, il faut commencer par savoir… ce que désirent les travailleurs en question!

Il se trouve que la firme d’enquêtes d’opinion Ipsos a justement effectué un sondage à ce sujet au Canada pour le compte de la société d’intérim et de services en ressources humaines Randstad, au début de 2022. Il en ressort que:

– Seulement 40% des employés d’usine trouvent que leur employeur se soucie vraiment de leur santé et de leur bien-être au travail. Pis, ce même pourcentage tombe à 34% lorsqu’on ne considère que les femmes.

– Ce qu’ils souhaitent presque tous, c’est avant tout un coup de main financier pour les aider à améliorer leur santé. Cela peut se traduire par le remboursement d’une partie de leur abonnement à un gym ou à toute autre activité sportive. Mais cela peut aussi passer par l’accès à des services de télésanté pour toute la famille, suggèrent-ils. Ou bien par d’autres sortes d’avantages, comme du coaching personnalisé en matière de santé (nutrition, remise en forme, etc.).

– Le tiers (30%) des travailleurs en usine lancent un cri d’alarme: ils auraient besoin de soutien en matière de santé mentale, et n’en trouvent malheureusement pas. Il conviendrait donc de mettre l’accent sur ce point, par exemple en offrant des services de consultation virtuelle, des programmes de formation en santé mentale, ou encore des ateliers de bien-être.

– Le quart (25%) des travailleurs en usine disent qu’ils souffrent de stress financier et qu’ils aimeraient que leur employeur leur offre des services de planification financière. Cela peut revenir à des ateliers de planification financière ou bien à des séances avec un planificateur financier. L’idée, c’est d’aider, entre autres, à faire un budget, à se fixer des objectifs financiers réalistes ou à élaborer un plan de retraite solide.

Voilà donc des pistes prioritaires pour vous, Émilie, vous qui souhaitez améliorer le bien-être des travailleurs de votre usine. Cela ne doit toutefois pas vous empêcher d’en explorer d’autres!

Voici trois suggestions concrètes:

– Offrir un environnement propre et agréable. Car, quel que soit le lieu de travail, il y a toujours place à l’amélioration en matière de propreté et de qualité de vie: aération, luminosité, plantes vertes dans les espaces communs, etc.

– Miser davantage sur l’ergonomie. Il convient de régulièrement faire analyser par un expert l’ergonomie des différents postes de travail, et d’apporter les nécessaires améliorations ainsi identifiées. Il en va de la santé et du bien-être des travailleurs, et donc de leur performance au travail.

– Oser innover en fonction des suggestions des employés. Car ces derniers sont, au fond, les mieux placés pour indiquer ce qui leur ferait vraiment du bien au travail. Un exemple frappant: l’usine Biscuits Leclerc de Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec, s’est dotée depuis 2012 d’un gymnase et d’un centre d’entraînement. Ses employés – et leurs familles – y ont accès en tout temps, gratuitement. On y trouve notamment une salle de squash, une autre de musculation et une autre dédiée aux exercices cardio. Il est même possible d’accéder aux services d’une kinésiologue, embauchée à temps plein. Cerise sur le sundæ: la haute direction offre à chaque employé un sac contenant des vêtements de sport.

Bref, Émilie, ne désespérez plus, il y a moyen d’améliorer le bien-être des travailleurs en usine. Pourvu de répondre à leurs besoins spécifiques, et d’oser innover!