Le patron de Bombardier a obtenu une rémunération de 6,5M$

Publié le 27/03/2024 à 16:23

Le patron de Bombardier a obtenu une rémunération de 6,5M$

Publié le 27/03/2024 à 16:23

Par La Presse Canadienne

Au total, les six plus hauts dirigeants du constructeur de jets privés se sont partagé une rémunération de 17,5 M$, en baisse de 4,3% par rapport à l’an dernier. (Photo: La Presse Canadienne)

 

Le grand patron de Bombardier a touché une rémunération de 6,5 millions $ en 2023, selon des documents réglementaires envoyés aux actionnaires.
Son président et chef de la direction, Éric Martel, a vu sa rémunération diminuer de 2,2% par rapport à l’an dernier.
Au total, les six plus hauts dirigeants du constructeur de jets privés se sont partagé une rémunération de 17,5 millions $, en baisse de 4,3% par rapport à l’an dernier. 
Dans ses explications aux actionnaires, la société montréalaise souligne que le bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement (BAIIA) ajusté a augmenté de 32% en 2023 pour s’établir à 1,23 milliard $. Elle souligne que Bombardier a réduit son endettement de 400 millions $ en 2023. 
Membre de la famille Bombardier et ancien chef de la direction, Pierre Beaudoin a touché une rémunération de 734 400 $ pour son rôle à titre de président du conseil d’administration. 
Rejet d’une proposition sur le français 
La société montréalaise a également rejeté à nouveau une proposition du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) sur le français.
Le MÉDAC a soumis une proposition afin de divulguer les langues maîtrisées par ses administrateurs et ses dirigeants. La proposition est mise en pratique dans plusieurs grandes sociétés du Québec inc., notamment la Banque Nationale, Québecor et Power Corporation. 
«Le conseil d’administration estime que les compétences qui figurent actuellement dans notre grille de compétences répondent aux besoins et aux priorités stratégiques de Bombardier et qu’il n’est pas nécessaire d’inclure des compétences linguistiques pour nos administrateurs», répond le conseil d’administration qui recommande aux actionnaires de voter contre la proposition. 
La proposition du MÉDAC avait d’ailleurs obtenu l’appui de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). 
L’an dernier, le président et chef de la direction, Éric Martel, avait qualifié le dévoilement des compétences linguistiques de geste «symbolique» et avait assuré que la société accordait une importance au français. 
M. Martel avait aussi précisé que six des treize membres du conseil d’administration ont le français comme langue maternelle tandis qu’elle est une multinationale ayant aussi des activités à l’extérieur du Québec.
Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

Le grand patron de Bombardier a touché une rémunération de 6,5 millions de dollars (M$) en 2023, selon des documents réglementaires envoyés aux actionnaires. 

Son président et chef de la direction, Éric Martel, a vu sa rémunération diminuer de 2,2% par rapport à l’an dernier.

Au total, les six plus hauts dirigeants du constructeur de jets privés se sont partagé une rémunération de 17,5 M$, en baisse de 4,3% par rapport à l’an dernier.

Dans ses explications aux actionnaires, la société montréalaise souligne que le bénéfice avant impôts, intérêts et amortissement (BAIIA) ajusté a augmenté de 32% en 2023 pour s’établir à 1,23 milliard de dollars. Elle souligne que Bombardier a réduit son endettement de 400 M$ en 2023.

Membre de la famille Bombardier et ancien chef de la direction, Pierre Beaudoin a touché une rémunération de 734 400 $ pour son rôle à titre de président du conseil d’administration.

 

Rejet d’une proposition sur le français 

La société montréalaise a également rejeté à nouveau une proposition du Mouvement d’éducation et de défense des actionnaires (MÉDAC) sur le français.

Le MÉDAC a soumis une proposition afin de divulguer les langues maîtrisées par ses administrateurs et ses dirigeants. La proposition est mise en pratique dans plusieurs grandes sociétés du Québec inc., notamment la Banque Nationale, Québecor et Power Corporation.

«Le conseil d’administration estime que les compétences qui figurent actuellement dans notre grille de compétences répondent aux besoins et aux priorités stratégiques de Bombardier et qu’il n’est pas nécessaire d’inclure des compétences linguistiques pour nos administrateurs», répond le conseil d’administration qui recommande aux actionnaires de voter contre la proposition.

La proposition du MÉDAC avait d’ailleurs obtenu l’appui de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

L’an dernier, le président et chef de la direction, Éric Martel, avait qualifié le dévoilement des compétences linguistiques de geste «symbolique» et avait assuré que la société accordait une importance au français.

M. Martel avait aussi précisé que six des treize membres du conseil d’administration ont le français comme langue maternelle tandis qu’elle est une multinationale ayant aussi des activités à l’extérieur du Québec.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.