Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les voyages à l'étranger ont toujours la cote

Publié le 31/10/2023 à 11:41

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, les voyages à l'étranger ont toujours la cote

Publié le 31/10/2023 à 11:41

Par Trium Médias

Cathie Coté, copropriétaire de l’Agence Groupe Voyages à Saint-Félicien (Photo: courtoisie)

Malgré une hausse des prix par rapport à l’an dernier, les voyages ont toujours la cote auprès des gens de la région. Toutefois, ceux-ci ne voyagent plus pour les mêmes raisons. On constate plutôt un nouveau phénomène: les destinations européennes sont de plus en plus populaires et mènent la vie dure aux traditionnels voyages dans le Sud.

«La COVID a modifié les attentes des voyageurs. Les gens veulent "revoir" et "revivre". Ils désirent vivre une expérience et passer du temps avec le peuple. Également, nous constatons davantage de demandes pour des voyages en groupe. Je n’ai jamais autant vendu des voyages pour 8, 10 et 12 personnes ensemble», explique Cathie Coté, copropriétaire de l’Agence Groupe Voyages à Saint-Félicien.

Pour preuve, les agences ont connu une augmentation des ventes de voyages pour l’Europe. «Nous les vendons de façon différente. Les séjours à Londres, Paris, Barcelone, le Portugal et la Costa Del Sol en Espagne sont très populaires. De plus, je n’ai jamais vendu autant de voyages pour l’Égypte et la Jordanie. Nous avons plusieurs départs en octobre et en novembre pour ces endroits», poursuit-elle.

 

«Plus chers qu'avant la COVID»

Quant au coût des voyages, deux phénomènes expliquent qu’il faut débourser davantage. «Ils sont plus chers qu’avant la COVID. L’augmentation du prix du carburant et le moins grand nombre d’avions dans le ciel causé par le manque de personnel expliquent la hausse des prix. Donc, la loi de l’offre et de la demande s’applique», commente Cathie Côté.

Gino Villeneuve, copropriétaire du Club voyages Dalma ajoute quant à lui que les gens n’attendent plus les prix de «dernière minute», jadis très populaires. Ces voyages au rabais n’existent plus. «Plus on achète tardivement, plus le prix sera élevé», indique-t-il.

 

Mauvaise température

Gino Villeneuve souligne que les mauvaises conditions météorologiques durant l'été ont eu un effet sur la demande. «On a connu une mauvaise température au cours de la dernière saison estivale. On observe une tendance. Les gens veulent partir plus rapidement. Il y a une augmentation de la demande pour les vacances dans le Sud, entre autres, pour le temps des Fêtes.»

Cathie Côté constate également que les gens ont encore des réticences pour Cuba. «Malgré les problèmes d’approvisionnement, il y a des hôtels cubains qui ne manquent de rien. Il faut valider avec les hôtels du moment», indique-t-elle.

Cependant, la demande pour la République dominicaine et le Mexique continue d’être populaire.

«Toutefois, on dirait que les gens cherchent autre chose. On ne désire pas que faire «la patate» sur la plage. Les voyageurs veulent voir les gens de la place. Pour cette raison, les destinations du Costa Rica, la Martinique et la Jamaïque sont davantage en demande que par le passé.»

 

Par Jean Tremblay

Sur le même sujet

Europe: radicaux et populistes de droite menacent l'économie

Édition du 24 Janvier 2024 | François Normand

ANALYSE. Ces courants minent l’économie et réduisent le niveau de vie dans les pays où ces droites sont au pouvoir.

Des agriculteurs européens manifestent; l'Union européenne y va de concessions

Les agriculteurs ont bloqué mercredi davantage d'artères de circulation en Belgique, en France et en Italie.

À la une

Négociations à TVA: un lock-out n'est pas à exclure, dit PKP

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.