GES: les entreprises doivent en faire plus, disent les Québécois

Publié le 30/01/2024 à 09:00, mis à jour le 30/01/2024 à 09:07

GES: les entreprises doivent en faire plus, disent les Québécois

Publié le 30/01/2024 à 09:00, mis à jour le 30/01/2024 à 09:07

Par François Normand

De 1991 à 2021, les émissions de GES du Québec ont diminué de 8,9%, mais cela inclut l'année 2020 de la pandémie, qui a mis l'économie sur pause, selon le plus récent inventaire publié par le gouvernement du Québec. (Photo: Marek Piwnicki pour Unsplash)

Même si plusieurs entreprises québécoises ont déjà réduit leurs émissions de gaz à effet de serre (GES), les Québécois estiment qu’elles doivent en faire encore davantage, révèle un sondage réalisé par la firme Pollara Strategic Insights pour le compte de Deep Sky, une société qui construit des infrastructures pour accroître l’élimination du CO2.

Ainsi, 83% des personnes interrogées affirment que les entreprises en général — tous secteurs confondus — doivent diminuer leurs émissions. Cette proportion baisse légèrement à 81% dans le cas des entreprises énergétiques, dont plusieurs d’entre elles au Québec produisent des énergies renouvelables.

Selon le sondage réalisé auprès de 1202 personnes du 9 novembre au 19 novembre, 70% des Québécois estiment que l’effort demandé aux institutions financières — qui évoluent dans le secteur des services — ne doit pas être aussi important que pour l’ensemble des entreprises.

Enfin, trois répondants sur quatre (75%) estiment que le gouvernement du Québec devrait en faire plus en matière de lutte aux changements climatiques.

De 1991 à 2021, les émissions de GES du Québec ont diminué de 8,9%, selon le plus récent inventaire publié par le gouvernement du Québec.

Cela dit, ces données tiennent compte des deux premières années de la pandémie (2020 et 2021) qui ont réduit grandement les rejets du Québec. 

Au printemps 2020, par exemple, des pans de l'économie ont été mis sur pause.

 

Les émissions du Québec baissent peu

De plus, si on exclut la pandémie, les émissions québécoises n’avaient reculé que de 3,5% entre 1991 et 2019.

En 2021, les transports au Québec étaient responsables de 42,6% des rejets, devant les industries (32,3%), le secteur résidentiel, commercial et institutionnel (9,1%), l’agriculture (10,4%), les matières résiduelles (5,2%) ainsi que l’électricité et la chaleur (0,5%).

Le sondage de Pollara Strategic Insights montre aussi que la population québécoise s’inquiète de plus en plus des changements climatiques.

Ainsi, 83% des répondants affirment que les changements climatiques représentent une menace réelle pour la planète.

En outre, 67% d'entre eux s’inquiètent davantage qu’il y a un an.

Les 1202 personnes sondées au Québec ont été sélectionnées au hasard. La marge d’erreur du sondage est plus ou moins de 2,9%, et ce, 19 fois sur 20.

 

À la une

Droits d'auteur: OpenAI (ChatGPT) accuse le New York Times de malhonnêteté

Il y a 17 minutes | AFP

Le journal a lancé fin décembre des poursuites contre OpenAI et Microsoft, principal investisseur de cette start-up.

Collations et café pour être au bureau «comme à la maison»

Mis à jour à 12:42 | lesaffaires.com

POUR OU CONTRE LE TÉLÉTRAVAIL. «Il n’y a rien comme être ensemble pour former une équipe solide et forte.»

«À l'aide! Les réunions se multiplient et m'épuisent.»

MAUDITE JOB! «Chez nous, le mode hybride a multiplié le nombre de réunions. Et ça m'épuise...»