Guilbeault assure qu’il n’a jamais promis de partir s’il y avait d’autres exemptions

Publié le 23/11/2023 à 14:59

Guilbeault assure qu’il n’a jamais promis de partir s’il y avait d’autres exemptions

Publié le 23/11/2023 à 14:59

Par La Presse Canadienne

Le gouvernement fédéral a annoncé en octobre la suspension de la tarification sur le mazout pour le chauffage résidentiel. Plus tôt ce mois−ci, M. Guilbeault a déclaré qu’il n’y aurait plus d’exemptions tant qu’il serait ministre de l’Environnement. (Photo: La Presse Canadienne)

Le ministre fédéral de l’Environnement, Steven Guilbeault, assure qu’il n’a jamais promis de démissionner si son gouvernement devait adopter d’autres exemptions à la tarification sur le carbone. 

M. Guilbeault a fait ce commentaire au Sénat mercredi, en réponse à une question d’un conservateur. Le sénateur Don Plett demandait au ministre s’il démissionnerait de son poste dans le cas où le Parlement adoptait un projet de loi qui viserait à exempter de la tarification fédérale sur le carbone certains combustibles utilisés par les agriculteurs.

Le gouvernement fédéral a annoncé en octobre la suspension de la tarification sur le mazout pour le chauffage résidentiel. Plus tôt ce mois−ci, M. Guilbeault a déclaré qu’il n’y aurait plus d’exemptions tant qu’il serait ministre de l’Environnement.

Mais le Sénat est sur le point d’adopter un projet de loi d’initiative parlementaire conservatrice qui prolongerait d’au moins huit ans les exemptions pour le propane et le gaz naturel utilisés par les agriculteurs pour chauffer les bâtiments et sécher les céréales.

Les conservateurs soutiennent que si ce projet de loi est adopté, M. Guilbeault devra démissionner. Mais le ministre affirme qu’il n’a jamais fait une telle promesse et il souligne que le premier ministre Justin Trudeau a lui aussi assuré qu’il n’y aurait plus d’exemptions.

Les conservateurs accusent également le gouvernement fédéral de complot avec certains sénateurs pour faire avorter le projet de loi à la chambre haute, ce que nient les libéraux et plusieurs sénateurs.

 

À la une

Il s’est passé quoi avec Meta?

Édition du 21 Février 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Comment la valeur de Meta Platforms a-t-elle pu fluctuer de cette façon depuis trois ans?

Le front commun a dit oui à 74,8%

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

Le front commun est constitué de l’APTS, de la CSQ, de la FTQ et de la CSN et représente 420 000 travailleurs.

Un projet tangible d'investissement servant à développer sa pensée «long terme»

EXPERT INVITÉ. En investissement boursier, il est souvent bien moins payant d’aller vite que de prendre son temps.