Grèves: François Legault semble prêt à s’accrocher pour obtenir ce qu’il veut

Publié le 08/12/2023 à 08:09

Grèves: François Legault semble prêt à s’accrocher pour obtenir ce qu’il veut

Publié le 08/12/2023 à 08:09

Par La Presse Canadienne

Les services essentiels sont assurés dans les établissements de santé et de services sociaux. (Photo: La Presse Canadienne)

Le premier ministre François Legault semble prêt à laisser le conflit avec les employés du secteur public se prolonger le temps qu’il faudra pour obtenir la flexibilité qu’il leur réclame depuis des mois. 

La vaste majorité de ces employés est maintenant en grève avec le débrayage d’une semaine déclenché vendredi par le front commun, qui regroupe les 420 000 travailleurs et travailleuses de la CSN, la CSQ, l’APTS et la FTQ.

Même s’il se dit prêt à signer une entente «demain matin» avec les grands syndicats qui les représentent, les signaux lancés par le premier ministre lorsqu’il a abordé ce dossier en dressant son bilan de session, vendredi à Québec, laissent entendre qu’il est prêt à attendre pour obtenir ce qu’il veut.

D’un côté, M. Legault a écarté la possibilité d’une loi spéciale pour forcer le retour au travail des syndiqués et imposer les conditions qu’il recherche, disant vouloir une entente négociée. Puis, il a ajouté qu’il faudra beaucoup de courage pour obtenir ce à quoi il tient mordicus, soit la flexibilité et la souplesse dans les conventions collectives.

Sans cette flexibilité, affirme M. Legault, les réseaux de la santé et de l’éducation ne s’amélioreront pas. À ses côtés, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a renchéri en affirmant que la vaste réforme du réseau de la santé prévue dans le projet de loi 15, qui sera adoptée sous le bâillon samedi, requiert également la flexibilité tant recherchée par Québec.

En face du gouvernement, l’autre partie prévient que le temps presse.Alors que les écoles, les établissements de santé, les cégeps et les services sociaux sont touchés par des grèves, le front commun intersyndical prévient qu’il reste onze jours pour marquer des progrès significatifs dans les négociations pour renouveler les conventions collectives.

«On est nécessairement dans un moment qui est crucial», a admis vendredi la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

«Il reste onze jours avant le 19. On a le temps, mais ça prend de la volonté», a lancé le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Éric Gingras, en point de presse devant le parlement, vendredi matin, aux côtés de ses trois collègues.

Les 18 et 19 décembre en effet, les quatre membres du front commun vont se réunir de nouveau pour faire le point sur l’évolution de la négociation. Ils pourraient alors décider de déclencher une grève illimitée en janvier, si les progrès ne sont pas suffisants à leur goût.

«Les 18 et 19 décembre prochain, l’ensemble de nos organisations, on va tenir des instances. Et ce sera le moment idéal pour présenter une entente de principe. Sinon, on sera obligé de faire état à nos assemblées respectives pour voir comment on voit la suite. Et on ne voit pas d’autre solution que de déclencher une grève générale illimitée si on nous oblige à le faire», a lancé Robert Comeau, président de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

La ministre LeBel, de son côté, a refusé de parler de «blitz» de négociation, bien qu’elle avoue que les parties en sont rendues à un moment «crucial». «Je n’oserais pas qualifier ça de blitz, mais je dirais que je pense que les intensifications sont présentes.»

À coups de propositions et de contre−propositions du côté syndical comme du côté patronal, «c’est en continu; on fait notre travail», a résumé la présidente du Conseil du trésor.

Il y a aussi du mouvement à certaines tables sectorielles, mais «c’est à géométrie variable», a précisé M. Gingras.

D’ailleurs, des médiateurs entreront en scène à certaines de ces tables sectorielles en fin de semaine, a noté la présidente de la FTQ, Magali Picard.

Les tables sectorielles sont celles où sont négociées les conditions de travail autres que les salaires et le régime de retraite, dans les secteurs comme l’éducation et la santé. Les parties y discutent par exemple des mouvements de personnel et de l’organisation du travail.

Mercredi, la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, a déposé une nouvelle offre salariale de 12,7% sur cinq ans à l’ensemble des employés de l’État, mais les syndicats l’ont trouvée insuffisante.

Jeudi, le premier ministre François Legault a dit être prêt à se montrer plus généreux «au plan monétaire», mais il exige en revanche plus de souplesse dans l’application des conventions collectives.

«On en fait des mouvements, dans nos (tables) sectorielles, dans nos conditions de travail, partout. On le fait depuis le début», a rétorqué M. Gingras, de la CSQ.

Le front commun soutient aussi avoir fait «des mouvements» à la table intersectorielle ou centrale, notamment en ce qui a trait à la durée de la convention collective. En fait, le gouvernement fonde son offre sur un contrat d’une durée de cinq ans et le front commun sur trois ans.

«On est prêt à ouvrir sur une convention collective de plus de trois ans, mais avec une clause d’indexation et un rattrapage salarial», a insisté François Enault, vice−président de la CSN.

D’ailleurs, les négociations devaient se poursuivre à la table centrale en après−midi vendredi, a noté M. Comeau.

Les deux parties ont déjà affirmé vouloir régler d’ici la fin de l’année. 

Les autres grèves

À compter de lundi prochain, ce sera au tour de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) de débrayer également. L’organisation syndicale qui représente 80 000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques sera en grève jusqu’au 14 décembre aussi.

Ces deux grèves qui touchent le secteur de la santé entraîneront des reports dans les chirurgies et les différents rendez−vous. 

Ces grèves du front commun et de la FIQ s’ajoutent à celle, illimitée, des 66 000 enseignants de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), amorcée le 23 novembre, et qui n’a pas été interrompue depuis.

Lia Lévesque et Pierre Saint−Arnaud, La Presse Canadienne

 

 

Sur le même sujet

Un miroir du siècle économique

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Retour sur l’histoire d’un média presque centenaire.

«Les Affaires» à travers le temps

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. Retour sur l’histoire d’un média presque centenaire.

À la une

Comment affronter la pénurie de main-d'oeuvre à long terme

Il y a 31 minutes | Pierre Graff

Plusieurs solutions s’offrent pour régler le problème de main-d’œuvre et hausser la productivité au Québec.

JetBlue renonce à acquérir Spirit Airlines après une décision de justice défavorable

Il y a 1 minutes | AFP

Cela survient quelques semaines après une décision de justice défavorable.

La Chine veut énergiser son économie en déclin

Mis à jour il y a 17 minutes | La Presse Canadienne

Les espoirs d'une reprise forte après la fin des contrôles sanitaires sévères à la fin de 2022 n'ont pas été comblés.