Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

Publié le 06/02/2023 à 10:00, mis à jour le 06/02/2023 à 18:31

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

Publié le 06/02/2023 à 10:00, mis à jour le 06/02/2023 à 18:31

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Investissement Québec va renflouer les coffres de Marché Goodfood en investissant 10 millions de dollars (M$) dans le spécialiste des mets prêts à préparer.

L’intervention du bras financier du gouvernement du Québec survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression avant l’atteinte de la rentabilité que la direction anticipe imminente.

Les titres de dettes acquis par Investissement Québec auront un taux d’intérêt annuel de 12,5%, ont annoncé l’entreprise et l’institution, lundi.

Un groupe d’investisseurs comprenant des dirigeants, des administrateurs et des actionnaires fourniront un capital supplémentaire de 2,675M$ dans les mêmes titres de dette.

L’injection de capitaux vient «renforcer» le bilan de la société, estime le chef de la direction de Goodfood, Jonathan Ferrari. «Avec les capitaux mobilisés, nous continuerons de franchir les dernières étapes de notre plan de croissance rentable», commente le dirigeant dans un communiqué.

Les conditions du prêt donnent un certain répit à l’entreprise, car elle n’aura pas à faire de versement d’intérêt avant février 2025. Les intérêts seront capitalisés. Ils seront donc ajoutés au solde du prêt. Par la suite, ils seront convertibles en actions, selon la volonté d’Investissement Québec tout au long du terme, ou bien payable à l’échéance de cinq ans.

En janvier, M. Ferrari avait réitéré son objectif de générer un bénéfice ajusté avant intérêts, impôt et amortissement (BAIIA) au cours du trimestre en cours. Il n’avait pas donné d’échéancier précis pour le moment où Goodfood pourrait générer des liquidités excédentaires, mais cela devrait survenir peu de temps après l’atteinte d’un BAIIA positif, selon lui.

Avant l’annonce, l’analyste Frédéric Tremblay, de Desjardins Marché des capitaux, croyait que Goodfood aurait besoin de nouveaux fonds avant de parvenir à se financer à même les liquidités générées par ses activités. «Je crois qu’il serait prudent de considérer une injection d’argent en 2023 pour que l’entreprise soit en meilleure posture pour financer sa croissance dans l’industrie des repas prêts à préparer, un marché supérieur à un milliard $.»

Avec la montée des taux d’intérêt, plusieurs entreprises technologiques ont été contraintes de réviser leur stratégie tandis que les créanciers et les actionnaires sont devenus moins patients avec les entreprises en croissance qui ne sont pas encore rentables.

«Ça a changé la façon dont nous pensions aux échéanciers de nos investissements, confiait M. Ferrari en janvier. Plutôt que de faire des investissements qui allaient être rentables dans cinq ans, nous visons maintenant six ou douze mois, maximum.»

Dans ce contexte, Goodfood a annoncé en octobre dernier qu’elle abandonnait ses intentions de percer le marché de l’épicerie en ligne pour se concentrer sur les plans de repas hebdomadaires où elle croit qu’elle peut atteindre une croissance rentable plus rapidement.

Les investisseurs ont bien accueilli l’annonce de financement. L’action a gagné 5 cents, ou 9,43%, à 58 cents à la fin de la séance de la Bourse de Toronto.

Sur le même sujet

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.