GNL Québec est bon pour l'environnement, selon Éric Duhaime

Publié le 31/08/2022 à 11:42

GNL Québec est bon pour l'environnement, selon Éric Duhaime

Publié le 31/08/2022 à 11:42

Par La Presse Canadienne

Selon le chef du Parti conservateur du Québec, un vote pour la Coalition avenir Québec serait un vote contre un investissement de 14 milliards de dollars dans la région du Saguenay. (Photo: La Presse Canadienne)

Éric Duhaime veut faire du projet Énergie Saguenay de GNL Québec «la question décisive» dans cette région le 3 octobre prochain. 

Selon le chef du Parti conservateur du Québec, un vote pour la Coalition avenir Québec serait un vote contre un investissement de 14 milliards de dollars dans la région du Saguenay. 

Au-delà des bénéfices économiques, le projet permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, selon Éric Duhaime, donc il serait «bon pour l’environnement». 

Cette affirmation contredit le rapport publié en mars 2021 par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), qui concluait que les risques de ce projet de 10 G$ dépassaient largement ses avantages. 

Sur le cycle complet du projet, de l’extraction du gaz à sa liquéfaction au Saguenay, le projet émettrait près de 7,8 millions de tonnes de CO2 par an, ce qui annulerait en un an tous les efforts de réduction des gaz à effet de serre (GES) du Québec depuis 1990. 

Le BAPE soutient également que «la mise en place de nouvelles infrastructures d’échange de GNL pourrait constituer un frein à la transition énergétique sur les marchés visés par le projet», donc le projet ne permettrait pas de réduire les émissions mondiales de GES. 

Mais selon Éric Duhaime, le BAPE se trompe, car l’organisme a effectué son analyse avant le conflit en Ukraine et la crise énergétique qui a suivi. Le chef du Parti conservateur du Québec n’a toutefois pas présenté d’analyse ou d’étude pour appuyer son affirmation.

Le projet GNL Québec et son pendant Gazoduq consistent en la construction d’un gazoduc de 750 km transportant du gaz naturel de l’Ouest, à partir de l’Ontario, jusqu’à une usine de liquéfaction à Saguenay, pour acheminer ensuite le gaz naturel liquéfié (GNL) à l’étranger par bateau. 

Sur le même sujet

Troisième lien: le premier ministre sortant nie être cachottier

Mis à jour à 11:35 | La Presse Canadienne

Un consortium a livré des données, selon ce qu’a révélé Radio-Canada mardi. Des conclusions ont même été formulées.

Élections: la participation est en hausse lors du vote par anticipation

Mis à jour à 10:34 | La Presse Canadienne

Élections Québec a annoncé mardi matin que le taux de participation était de 22,92%.

À la une

Fonctionnaires fédéraux: Ottawa a déposé de nouvelles offres

Il y a 19 minutes | La Presse Canadienne

Le Conseil du trésor s’est déjà dit prêt à négocier de bonne foi, tout en tenant compte du contexte économique.

Les motos électriques de Harley-Davidson entrent à Wall Street, au ralenti

14:33 | AFP

Harley doit garder 74% de la nouvelle société cotée en Bourse.

La croissance économique du Québec a ralenti au 2e trimestre

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

Le commerce extérieur a réduit la progression du PIB au deuxième trimestre.