CDPQ: les grands patrons ont reçu 11,9M$ en primes en 2023

Publié le 11/04/2024 à 14:03

CDPQ: les grands patrons ont reçu 11,9M$ en primes en 2023

Publié le 11/04/2024 à 14:03

Par La Presse Canadienne

La rémunération globale du président et chef de la direction, Charles Émond, a atteint 4,5M$ en 2023. (Photo: La Presse Canadienne)

Les six plus hauts dirigeants de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ont reçu 11,9 millions de dollars (M$) en primes en 2023, une année où le rendement était similaire à l’indice de référence.

Ce chiffre est à la hausse par rapport aux 10,6M$ octroyés en 2022. «On a eu des rendements de 7,2% en 2023 et ça se compare avantageusement par rapport à nos pairs canadiens», souligne la porte-parole de l’institution Kate Monfette.

Le rendement de la Caisse en 2023 était légèrement en dessous de l’indice de référence à 7,3%. Sur cinq ans, le rendement annuel de 6,4% dépasse toutefois l’indice de référence, qui est de 5,9%.

Mme Monfette explique que l’écart avec l’indice de référence n’est pas le seul élément pris en compte lorsque vient le temps de déterminer la rémunération. «Oui, il y a le rendement en absolu, il y a également la valeur ajoutée, mais il y a aussi des composantes à long terme. Il y a également des composantes de gestion de risque. Donc, c’est quand même un calcul qui n’est pas lié à une seule variable.»

Elle souligne que le marché de l’emploi dans le secteur de la finance est concurrentiel. «On se doit de rester compétitif pour être attirant pour les meilleurs talents.»

La rémunération variable de la moyenne des employés à la Caisse a toutefois connu une baisse de 3,1% par personne en 2023, «en raison de la variation des rendements sur cinq ans et du nombre d’employés admissibles», peut-on lire dans le rapport annuel déposé, jeudi, à l’Assemblée nationale.

Ensemble, les six plus hauts dirigeants se sont partagé une rémunération de 15,2M$ en tenant compte des primes, mais aussi du salaire et des cotisations au régime de retraite.

La rémunération globale du président et chef de la direction, Charles Émond, a atteint 4,5M$ en 2023, ce qui représente une augmentation de 7,2% par rapport à l’an dernier.

En comparaison, le grand patron du Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS), Blake Hutcheson, a obtenu une rémunération de 5,8M$ en 2023, selon son rapport annuel.

Contrairement à l’an dernier, le président et chef de la direction du Régime de retraite des enseignants de l’Ontario, Jo Taylor, a eu une rémunération moins généreuse que celle de M. Émond. Sa rémunération est passée de 5,1M$ à 3,7M$.

Le régime, aussi connu sous le nom de Teacher’s, a connu une contre-performance en 2023 avec un rendement de 1,9%.

Stéphane Rolland, La Presse Canadienne

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

La CDPQ investit dans l’expansion de Vantage Data Centers

16/05/2024 | Les Affaires

Ares et la CDPQ investiront jusqu’à 4,45M$ respectivement, et Schroders Capital contribuera jusqu’à hauteur de 2,22M$.

Report du REM: «on vise 2025», laisse entendre le patron de CDPQ Infra

Le nouveau report dans la mise en service du REM démontre que c’est un «échec», selon le Parti québécois (PQ).

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.