BRP a connu une baisse de ses revenus et de ses profits au quatrième trimestre

Publié le 28/03/2024 à 09:04, mis à jour le 28/03/2024 à 14:02

BRP a connu une baisse de ses revenus et de ses profits au quatrième trimestre

Publié le 28/03/2024 à 09:04, mis à jour le 28/03/2024 à 14:02

Par La Presse Canadienne

(Photo: La Presse Canadienne)

Valcourt — Le bénéfice de BRP a chuté de presque moitié au quatrième trimestre et le fabricant québécois de véhicules récréatifs anticipe que les «conditions difficiles» vont se poursuivre cette année. 

L’hiver doux a eu un effet particulièrement défavorable sur la vente de motoneiges. BRP prévoit d’ailleurs réduire de 30% la production de motoneige au cours de l’exercice 2025 (de février 2024 à janvier 2025).

«Lors de la publication des précédents résultats en novembre, nous étions en avance sur nos plans pour la motoneige, raconte son président et chef de la direction, José Boisjoli, lors d’une conférence téléphonique avec les analystes, jeudi. La tendance était bonne jusqu’à Noël. Les ventes au détail ont chuté en janvier et elles n’ont jamais vraiment rebondi.»

BRP aura ainsi besoin de 300 employés de moins que l’an dernier à son usine de Valcourt pour la production de Ski-Doo. «La majorité d’entre eux seront des travailleurs temporaires provenant d’agences qui ne seront pas rappelés», précise la porte-parole de l’entreprise, Émilie Proulx, dans un courriel. 

«Le reste sera constitué de mises à pied temporaires d’employés de BRP. Une fois que nous aurons stabilisé et géré l’inventaire du réseau, notre objectif est de réintégrer les employés qui ont été mis à pied temporairement.»

La diminution de la production aura aussi des répercussions en Autriche avec le départ de 200 travailleurs provenant d’agences chez Rotax, où l’entreprise fabrique ses moteurs. 

José Boisjoli semble croire que la situation est temporaire. «Au cours des 15 dernières années, nous estimons que nous avons eu trois mauvais hivers. (…) Après une mauvaise année, l’industrie demeure résiliente. Il y a plus de modèles dans le pipeline et il y a des consommateurs qui sont heureux d’acheter au rabais.»

Les conditions météorologiques difficiles démontrent l’avantage d’avoir un portefeuille de produits diversifiés, a souligné M. Boisjoli. Outre les motoneiges, BRP fabrique notamment des motomarines et des véhicules tout-terrain. 

La société s’attend à un ralentissement dans ses autres segments, bien que d’une moindre ampleur. Au total, elle s’attend à des revenus d’entre 9,1 milliards de dollars (G$) et 9,5 G$. Cela représente une baisse d’entre 8,4% et 12,2% par rapport à l’an dernier.

BRP veut réduire les inventaires des concessionnaires. Elle estime que cette mesure retranchera 2,50 $ au bénéfice par action en 2025. BRP anticipe un bénéfice par action d’entre 7,50 $ et 8,50 $ en 2025, comparativement à 11,11 $ au cours de l’exercice 2024. 

Les prévisions sont inférieures aux attentes de Brian Morrison, de Valeurs mobilières TD. «C’est bien en deçà des prévisions du consensus des analystes», réagit-il. 

L’analyste souligne que les stocks des concessionnaires ont augmenté de 58% en dollars et de 30% en unités «depuis la pandémie». «Ça dépasse les prévisions de demandes, selon nous. Les prix, pour leur part, ont augmenté de 15%. Ça pourrait mener à une pression sur les prix dans un contexte de demande plus faible.»

BRP prévoit toutefois que les augmentations de prix compenseront les promotions, dans une proportion qui contribuerait au bénéfice par action à hauteur de 50 cents pour l’exercice.

«Il y a des promotions en raison des taux d’intérêt élevés pour attirer les consommateurs, explique le chef des finances, Sébastien Martel. (…) C’est une bataille saine, mais personne n’est prêt à acheter des parts de marché (offrir des rabais plus intenses pour accroître ses parts de marché par rapport à la concurrence).»

L’analyste Cameron Doerksen, de Financière Banque Nationale, voit les résultats trimestriels et les prévisions comme une mauvaise nouvelle, mais il reste optimiste pour le titre à long terme. «Nous croyons que BRP continuera de gagner des parts de marché et d’introduire de nouveaux produits, ce qui mettrait l’entreprise dans une posture favorable pour une éventuelle reprise.»

Au quatrième trimestre de son exercice 2024 clos le 31 janvier, BRP a affiché une baisse de 48,5% de son bénéfice net à 188,2 millions de dollars. Le bénéfice ajusté dilué par action est de 2,46 $. Les revenus, pour leur part, ont reculé de 12,5% pour s’établir à 2,7 G$. 

Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient un bénéfice par action de 2,60 $ et des revenus de 2,8 G$, selon la firme de données financières Refinitiv. 

L’action de BRP semble avoir bien réagi aux commentaires de la direction. Le titre gagnait 4,27 $, ou 4,94%, à 90,69 $ à la Bourse de Toronto vers midi.

 

 

Sur le même sujet

BRP: les analystes ont déjà les yeux tournés vers l'exercice 2026

Édition du 10 Avril 2024 | Denis Lalonde

LE TAUREAU CONTRE L'OURS. Que vous soyez optimiste ou pessimiste, retrouvez l’analyse d’un titre en deux parties.

Bourse: Luc Girard analyse la situation chez Dollarama et BRP

12/04/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les titres de Dollarama et BRP on bien fait récemment, mais la situation peut-elle durer?

À la une

Ottawa prévoit présenter un projet de loi sur les gains en capital avant l’été

Il y a 46 minutes | La Presse Canadienne

Le budget fédéral présenté en avril propose de rendre imposables les deux tiers des gains en capital.

Le télétravail permet une «résilience» face aux crises à venir

Mis à jour il y a 27 minutes | Katia Tobar

POUR OU CONTRE LE TÉLÉTRAVAIL. «Trouver un équilibre entre les limites de l’organisation et les besoins des employés.»

L’art d’être plus efficace

EXPERT INVITÉ. «J’ai décidé de ne plus subir la technologie et de l’utiliser, sous mes conditions.»