Meta a sciemment conçu ses plateformes pour attirer les enfants, selon des documents

Publié le 27/11/2023 à 09:07

Meta a sciemment conçu ses plateformes pour attirer les enfants, selon des documents

Publié le 27/11/2023 à 09:07

Par La Presse Canadienne

Selon les rapports, Meta a déclaré dans un communiqué que la plainte dénature son travail, entrepris au cours de la dernière décennie, visant à rendre l’expérience en ligne sûre pour les adolescents. (Photo: La Presse Canadienne)

Meta Platforms, société mère de Facebook, a délibérément conçu ses plateformes sociales pour attirer les enfants et savait – mais n’a jamais révélé – qu’elle avait reçu des millions de plaintes concernant des utilisateurs mineurs sur Instagram, mais n’avait désactivé qu’une fraction de ces comptes, selon une plainte légale non scellée décrite dans des articles du Wall Street Journal et du New York Times. 

La plainte, initialement rendue publique sous forme expurgée, constituait la première salve d’un procès intenté fin octobre par les procureurs généraux de 33 États.

Selon les rapports, Meta a déclaré dans un communiqué que la plainte dénature son travail, entrepris au cours de la dernière décennie, visant à rendre l’expérience en ligne sûre pour les adolescents. Le géant du Web a déclaré qu’il ne conçoit pas ses produits pour créer une dépendance chez les jeunes utilisateurs.

Meta n’a pas immédiatement commenté la plainte non expurgée suite à une demande de l’Associated Press.

Les documents de l’entreprise cités dans la plainte décrivaient plusieurs responsables de Meta reconnaissant que l’entreprise avait conçu ses produits pour exploiter les lacunes de la psychologie de la jeunesse, telles que le comportement impulsif, la sensibilité à la pression des pairs et la sous−estimation des risques, selon les rapports.

D’autres ont reconnu que Facebook et Instagram étaient également populaires auprès des enfants de moins de 13 ans qui, conformément à la politique de l’entreprise, n’étaient pas autorisés à utiliser le service.

Un responsable de la sécurité de Facebook a fait allusion à la possibilité que la répression des jeunes utilisateurs puisse nuire aux activités de l’entreprise dans un courriel de 2019, selon le rapport du Wall Street Journal. Mais un an plus tard, le même dirigeant s’est dit frustré par le fait que, même si Facebook étudiait volontiers l’utilisation d’utilisateurs mineurs à des fins commerciales, il ne montrait pas le même enthousiasme quant aux moyens d’identifier les plus jeunes et de les retirer de ses plateformes.

La plainte indique que Meta a parfois un arriéré allant jusqu’à 2,5 millions de comptes de jeunes enfants en attente d’action, selon les rapports.

Sur le même sujet

À la une

Possible victoire russe en Ukraine: de graves répercussions

23/02/2024 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs facteurs rendent difficiles pour l'Ukraine la reprise des territoires conquis par la Russie.

Bourse: le Dow Jones et le S&P 500 sur de nouveaux records

Mis à jour le 23/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en hausse de près de 100 points.

Bourse: les gagnants et les perdants du 23 février

Mis à jour le 23/02/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.