Année noire pour les médias au Québec

Publié le 04/12/2023 à 14:46, mis à jour le 04/12/2023 à 17:20

Année noire pour les médias au Québec

Publié le 04/12/2023 à 14:46, mis à jour le 04/12/2023 à 17:20

Par Dominique Talbot

(Photo: 123RF)

L’annonce de l’abolition de 600 postes à CBC/Radio-Canada lundi s’ajoute à une longue liste de mauvaises nouvelles dans l’industrie des médias au Québec en 2023, véritable année noire pour l’information nationale et régionale. Résumé de celle-ci en six dates importantes.

24 janvier: L’année commence bien mal pour l’industrie des médias. L’un de ces plus gros joueurs, Postmedia, supprime 11% de ses effectifs dans ses salles de nouvelles au Canada. Au Québec, le vénérable quotidien anglophone Montreal Gazette voit plus d’une dizaine de journalistes perdre leur travail.

16 février: Première de deux vagues de suppressions de postes chez Québecor. L’entreprise annonce qu’elle abolit 240 emplois dont 140 au Groupe TVA, ce qui représente environ 11% des effectifs.

29 mars: C’est au tour des six journaux des Coops de l’information de subir des pertes d’emplois. Alors qu’elle fait l’annonce de la fin de toutes ses éditions papier à la fin de 2023 pour effectuer un virage à 100 % numérique, la direction annonce que cela entraînera l’abolition de près de 125 d’emplois, soit plus d’un tiers du personnel, principalement par attrition et par des programmes de départs volontaires. Un coup dur pour l’information régionale puisque les six journaux du regroupement sont Le Soleil (Québec), Le Quotidien (Saguenay), Le Nouvelliste (Trois-Rivières), Le Droit (Gatineau et Ottawa), La Voix de l’Est (Granby) et La Tribune (Sherbrooke).

11 août: Métro Média, qui comprend le journal Métro et 16 hebdomadaires locaux, annonce la suspension immédiate de ses activités. Cinq semaines plus tard, l’entreprise se met officiellement en faillite. Environ 70 personnes perdent leur emploi, dont plus d’une trentaine de journalistes.

2 novembre: Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, annonce au cours d’une conférence de presse que cette fois-ci, 547 employés de Groupe TVA seront licenciés. Après les mauvaises nouvelles de février, c’est maintenant le tiers des effectifs du groupe qui disparaissent. Le secteur du divertissement est particulièrement touché, mais aussi celui de l’information, notamment dans les régions du Québec. Dorénavant, annonce Pierre Karl Péladeau, les bulletins régionaux d’information seront tous produits à Québec.

4 décembre: La présidente-directrice générale de Radio-Canada, Catherine Tait, annonce la suppression de 600 postes dans les services francophone et anglophone.

 

Sur le même sujet

À la une

Commerce Québec-France: allez, on peut en faire plus!

Il y a 52 minutes | François Normand

ANALYSE. Les premiers ministres Gabriel Attal et François Legault ont plaidé pour hausse majeure de nos échanges.

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.