Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

CGI: un achat aveugle

Jean Gagnon|28 avril 2023

CGI: un achat aveugle

À toutes les époques, acheter des actions de CGI s’est révélé être un bon placement, soutient Jean-Paul Giacometti. (Photo: Charles Desgroseilliers)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

 

Il y a de ces sociétés en bourse qui sont si bonnes que vous n’avez pas besoin d’une recherche approfondie avant d’acheter le titre, car vous allez à coup sûr faire un bon coup. C’est le cas de CGI, explique Jean-Paul Giacometti, Vice-président, Gestionnaire de portefeuille, Claret Gestion de placements.

« Tous les principaux ingrédients pour assurer la réussite de l’entreprise sont réunis chez CGI », dit-il. Les opérations reposent sur un bon modèle d’affaires dans un secteur-clé, la base de clients est large et de qualité, et le management est excellent.

 

Un titre un peu cher

À toutes les époques, acheter des actions de CGI s’est révélé être un bon placement. À chaque occasion, les investisseurs réalisaient en quelques années un bon rendement sur le capital. Mais parce qu’il en était ainsi, le titre a toujours eu tendance à être cher, c’est-à-dire qu’il se négociait plus souvent qu’autrement à des multiples relativement élevées, note le gestionnaire. Cela a pu parfois rebuter des acheteurs potentiels, mais à chaque fois ceux-ci allaient éventuellement le regretter.

Ainsi, on peut se fermer les yeux et acheter, et tôt ou tard on sera récompensé. Mais pour maximiser le rendement, il est préférable d’éviter de payer le gros prix. La façon d’y arriver est d’acheter lorsque les nouvelles sont moins bonnes et que les marchés reculent, explique Jean-Paul Giacometti.

 

De très bons résultats

Ce n’est donc probablement pas le moment, car CGI vient de divulguer ses résultats du 2e trimestre, et ils sont très bons. Les investisseurs l’avaient d’ailleurs prévu, car depuis le 1er janvier le cours de l’action est passés de 117 $ à 137 $.

Au dernier trimestre, le taux de croissance des revenus a été de 13,7% comparativement au trimestre correspondant de l’année précédente. Autant les revenus que les bénéfices par action ont excédé le consensus des analystes, note Richard Tse, analyste à la Financière Banque Nationale. Les revenus ont atteint 3,72 milliards $ alors que la prévision se situait à 3,52 milliards $ et les bénéfices par action ajustés se situaient à 1,82$ comparativement à une prévision de 1,72$.

 

Contre vents et marées

Jerome Dubreuil, analyste chez Valeurs mobilières Desjardins, constate pour sa part que CGI résiste très bien aux vents contraires que constituent des conditions macroéconomiques qui se détériorent, comme s’est un peu le cas présentement. C’est qu’historiquement la société a démontré sa capacité à se tourner vers des stratégies prudentes, et la poussée récente du cours de l’action indique que les investisseurs ont reconnu la chose. L’analyste note que pour un second trimestre consécutif CGI a a réalisé une croissance organique d’environ 9% sur l’année précédente.

Les analystes demeurent confiants pour la prochaine année. Jerome Dubreuil recommande l’achat du titre, et à la suite des récents résultats, il hausse son cours cible de 140 $ à 155 $. Richard Tse, quant à lui, accorde au titre la quote «surperformance» et son cours cible est de 160 $.

 

Une correction… peut-être

À suite de la forte poussée à la hausse du titre depuis l’automne dernier, le cours de l’action s’éloigne maintenant sensiblement de sa moyenne mobile de 200 jours, qui est le reflet de sa tendance à long terme. Les tenants de l’analyse technique vous diront qu’un tel éloignement suggère généralement que le titre est susceptible de connaitre une correction pouvant le ramener plus près de sa tendance à long terme. Ce pourrait être le genre d’occasion intéressante pour accumuler le titre comme le suggère Jean-Paul Giacometti.