La républicaine Nikki Haley candidate à la présidentielle américaine de 2024

Publié le 14/02/2023 à 08:50

La républicaine Nikki Haley candidate à la présidentielle américaine de 2024

Publié le 14/02/2023 à 08:50

Par AFP

La républicaine Nikki Haley a annoncé mardi se présenter à l’élection présidentielle américaine 2024, devenant la première candidate notable à défier Donald Trump. (Photo: Getty Images)

Charleston — Elle s’est lancée dans la course: la républicaine Nikki Haley a annoncé mardi se présenter à l’élection présidentielle américaine 2024, devenant la première candidate notable à défier Donald Trump.

«Je suis candidate à l’élection présidentielle», a déclaré la quinquagénaire, dans une vidéo à ses partisans.

L’ancienne diplomate, nommée à l’ONU en 2017 par Donald Trump, était pressentie depuis plusieurs semaines pour annoncer son entrée dans la compétition pour la Maison-Blanche.

Elle avait promis une «annonce spéciale» mercredi à ses partisans à Charleston, en Caroline du Sud, État dont elle a été gouverneure. Elle y prendra la parole dans son premier grand meeting inaugurant sa campagne.

 

«Chance incroyable»

«Même dans nos jours les plus sombres, nous avons une chance incroyable de vivre en Amérique», affirme cette fille d’un couple d’immigrés indiens, qui a grandi dans une petite ville de Caroline du Sud.

Mais «l’heure est venue pour une nouvelle génération de dirigeants», exhorte-t-elle dans son message, n’hésitant pas à critiquer le bilan des républicains, où Donald Trump était faiseur de rois, lors des dernières élections.

Englué dans une série d’affaires, l’ancien président, candidat depuis le 15 novembre, ne profite pour l’instant pas de la dynamique de campagne qu’il espérait.

L’ancien magnat de l’immobilier n’a pas immédiatement réagi à l’annonce de Nikki Haley.

Mais après avoir fait cavalier seul durant trois mois, Donald Trump voit progressivement les rangs de ses rivaux républicains se garnir.

L’ancien vice-président de Donald Trump, Mike Pence, son ex-chef de la diplomatie, Mike Pompeo, le gouverneur de Virginie, Glenn Youngkin… de nombreux républicains envisagent une possible annonce prochaine.

Pour Nikki Haley, la menace pourrait venir directement de son État: le sénateur de Caroline du Sud Tim Scott flirte lui aussi très ouvertement avec une candidature.

Mais les projecteurs sont surtout braqués sur Ron DeSantis -- gouverneur de Floride et étoile montante du parti. Lui non plus ne s’est pas officiellement lancé dans la course.

La bataille pour l’investiture républicaine promet donc d’être âpre. 

 

«Popcorn»

Donald Trump, Nikki Haley, ou un(e) autre… Le candidat choisi par le camp républicain à l’issue de primaires affrontera en novembre 2024 celui désigné par le parti démocrate.

«L’annonce de Haley donne officiellement le coup d’envoi de la primaire désordonnée des trumpistes de 2024, à laquelle on s’attendait depuis longtemps», a jugé le chef du parti démocrate, Jaime Harrison. «Sortez le popcorn», a-t-il ajouté, sous-entendant qu’il y aurait de l’action et des victimes comme dans une superproduction d’Hollywood.

Le président Joe Biden dit jusqu’ici avoir «l’intention de se représenter», et a promis de rendre sa décision publique au début de l’année.

Et petit à petit, l’architecture de sa possible candidature commence elle aussi à prendre forme.

Aucun démocrate ne s’est encore manifesté pour le défier.

Sur le même sujet

L'euro plie face à la montée de l'extrême droite en Europe et en France

10/06/2024 | AFP

Les marchés s'inquiètent du «virage politique à droite» dans l'UE et des «élections anticipées surprises en France».

Claudia Sheinbaum devient la première femme à être élue présidente du Mexique

Elle est devenue la première femme à diriger le pays en 200 ans d'histoire.

À la une

L'éloge de la lenteur

EXPERT INVITÉ. Même si on prend des vacances, nos sociétés n’arrêtent pas de travailler pour nous.

Saputo: rien n'est encore gagné

11:22 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Le titre de Saputo a bondi au-dessus de 30$ pour la 1re fois depuis d’un an.

Course à la direction du PLQ: Charles Milliard réfléchit, et se mouille sur le 3e lien

Mis à jour il y a 18 minutes | Dominique Talbot

Selon un sondage Léger, Milliard obtient pour le moment 1% des intentions de vote chez les militants libéraux.