Les parents s’inquiètent de la (future) santé financière de leurs enfants

Publié le 25/07/2023 à 16:40

Les parents s’inquiètent de la (future) santé financière de leurs enfants

Publié le 25/07/2023 à 16:40

Par Dominique Talbot

Selon un sondage de la TD, 65 % des parents estiment que leurs enfants ne sont pas outillés pour éviter les difficultés financières. (PHOTO : 123RF)

Déjà rudoyée par la hausse des prix des produits et de l’habitation au cours des dernières années, la confiance des consommateurs, notamment celle des parents, semble continuer de s’effriter.

C’est ce révèle un sondage mené par la Banque TD auprès de 1008 Canadiennes et Canadiens au cours des dernières semaines.

«Le contexte économique joue un grand rôle sur ces résultats. C’est le premier facteur en importance. Mais il y en a bien d’autres aussi», dit Marie Cacchione, vice-présidente de district à la TD.

Pour le Québec, on apprend notamment que 65% des répondants estiment que leurs enfants ne sont pas outillés pour éviter les difficultés financières qu’ils ont eux-mêmes rencontrées à l’âge adulte. De ce fait, 46% avouent penser régulièrement à l’avenir financier de leur enfant.

À la lecture des résultats, difficile de ne pas remettre de l’avant la question de l’enseignement de l’économie et de la gestion des finances personnelles dans les écoles. Surtout que 88% des parents québécois interrogés affirment qu’ils et elles se sentiraient plus rassurés si leurs enfants acquéraient des connaissances financières avant l’adolescence.

Selon Marie Cacchione, ce n’est pas enseigné suffisamment dans nos écoles. «C’est une priorité. Il faut en parler encore et encore. Les parents ont un rôle à jouer pour parler de budget et d’épargne, mais il faut aussi que l’on puisse les appuyer. […] S’il pouvait y en avoir plus [de cours à l’école], personne ne se plaindrait d’avoir plus de connaissances et d’éducation financière.»

D’ailleurs, plus de la moitié des répondants (54%) avouent avoir commis des erreurs financières dans leur vie en raison d’un manque d’éducation en la matière alors qu’ils étaient plus jeunes. De ce fait, 67% des parents québécois confient ne pas se sentir bien préparés pour soutenir l’éducation financière de leurs enfants à la maison.

Les chiffres dans les autres provinces sur les mêmes questions se rapprochent sensiblement de ceux du Québec.

Et alors que seulement 29% des parents disent parler chaque semaine de finances personnelles, ils sont respectivement 73% et 72% à croire que l’établissement d’un budget et l’épargne sont les deux notions financières que les enfants devraient apprendre à l’heure actuelle.

«Il n’est jamais trop tôt pour commencer à parler de finances à son enfant. En tant que parents, vous pouvez prendre dès maintenant de petites initiatives simples pour améliorer les connaissances financières de votre enfant. Par exemple, toujours avoir une discussion adaptée à son âge, lui parler ouvertement d’argent et l’aider à faire la distinction entre les besoins et les désirs», dit Marie Cacchione.

Et aussi, il n’est jamais trop tôt pour ouvrir un compte de banque à son enfant. «Le plus tôt possible, c’est le mieux», termine-t-elle.

Sur le même sujet

Les Canadiens se rendent rarement aux succursales bancaires, selon un sondage

48% des personnes interrogées déclarent se rendre dans une succursale au maximum une à deux fois par an.

À surveiller: CGI, Banque Royale et Banque Nationale

31/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres CGI, Banque Royale et Banque Nationale? Voici des recommandations d’analystes.

À la une

Bourse: records à Wall Street pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour à 17:55 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le Dow Jones s’est très légèrement replié face à la Fed qui reste prudente.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 juin

Mis à jour à 20:23 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: First Solar, Boralex et BCE

Que faire avec les titres de First Solar, Boralex et BCE? Voici quelques recommandations d’analystes.