46% des Canadiens sont à 200$ de l'insolvabilité

Publié le 21/01/2019 à 15:47

46% des Canadiens sont à 200$ de l'insolvabilité

Publié le 21/01/2019 à 15:47

Par La Presse Canadienne
Un homme a les mains sur les yeux devant son ordinateur.

(Photo:123rf)

Le nombre de Canadiens qui sont à 200 $ ou moins de l’insolvabilité financière à la fin du mois a grimpé à 46 %, comparativement à 40 % au trimestre précédent, révèle un nouveau sondage.

Selon l’enquête en ligne réalisée en décembre pour le compte de la société d’insolvabilité MNP, 31 % des Canadiens affirment ne pas gagner suffisamment d’argent pour couvrir leurs factures et leurs dettes. Cela représente une augmentation de sept pour cent par rapport aux résultats du sondage précédent, réalisé en septembre.

Les résultats publiés lundi indiquent également que 51 % des personnes interrogées affirment ressentir les effets de la croissance des taux d’intérêt, contre 45 % un trimestre plus tôt.

En outre, 45 % des personnes interrogées affirment qu’elles devront s’endetter davantage pour payer leurs frais de subsistance et leurs dépenses familiales.

Le président de MNP, Grant Bazian, a souligné que plusieurs Canadiens avaient tellement peu de marge de manœuvre que toute augmentation du coût de la vie ou des paiements d’intérêt pouvait les faire basculer.

Le dernier sondage de MNP a également révélé que la moitié des Canadiens interrogés pensaient pouvoir être en difficulté financière si les taux continuaient d'augmenter, une proportion en hausse de cinq points de pourcentage par rapport au sondage précédent.

«Les taux d'intérêt plus élevés, jumelés au fait que les dépenses des ménages sont supérieures à leurs revenus, font en sorte que certains sont incapables de réduire de manière considérable leur dette et, en fait, continuent à s'endetter, particulièrement s'ils doivent faire face à des dépenses imprévues», a observé M. Bazian.

Les préoccupations en matière d'insolvabilité ont augmenté dans tout le pays, sauf chez les Canadiens des provinces de l'Atlantique, a noté MNP.

Les résidents de la Saskatchewan et du Manitoba étaient les plus susceptibles d'être au bord de l'insolvabilité, dans une proportion de 56 pour cent, en hausse de huit points de pourcentage par rapport au sondage précédent, a précisé MNP. Les habitants de l'Alberta se classaient au deuxième rang avec 48 pour cent, en hausse de huit points.

L'Ontario et le Québec suivaient avec des proportions de 46 pour cent, ce qui représentait des hausses de six et cinq points de pourcentage, respectivement. Parmi les résidents interrogés dans les provinces atlantiques, 45 pour cent ont indiqué qu'ils étaient à 200 $ ou moins du gouffre financier, ce qui représente une diminution de quatre points par rapport au sondage de septembre.

Ipsos, qui réalise le sondage trimestriel pour MNP, a interrogé 2154 Canadiens en ligne du 7 au 12 décembre.

Les experts en recherche et en méthodologie jugent qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

Les ventes des grossistes canadiens ont avancé de 0,3% en février

Les économistes s’attendaient en moyenne à un gain de 0,1 % pour ce mois.

À la une

Comment Impak Finance a adapté sa stratégie à la réalité

BLOGUE. Cette fintech voulait lancer une banque pour financer l'économie d'impact. Il a fallu trouver un autre chemin.

À surveiller: Bombardier, MEG Energy et Sherwin Williams

08:59 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Bombardier, MEG Energy Corp et Sherwin Williams ? Voici quelques recommandations qui ...

Petits rectificatifs (et gentils coups de gueule)

Le chroniqueur peut faire un choix de mots qu'il regrette. Comme cette fois-là... Rectifions .