46% des Canadiens sont à 200$ de l'insolvabilité

Publié le 21/01/2019 à 15:47

46% des Canadiens sont à 200$ de l'insolvabilité

Publié le 21/01/2019 à 15:47

Par La Presse Canadienne
Un homme a les mains sur les yeux devant son ordinateur.

(Photo:123rf)

Le nombre de Canadiens qui sont à 200 $ ou moins de l’insolvabilité financière à la fin du mois a grimpé à 46 %, comparativement à 40 % au trimestre précédent, révèle un nouveau sondage.

Selon l’enquête en ligne réalisée en décembre pour le compte de la société d’insolvabilité MNP, 31 % des Canadiens affirment ne pas gagner suffisamment d’argent pour couvrir leurs factures et leurs dettes. Cela représente une augmentation de sept pour cent par rapport aux résultats du sondage précédent, réalisé en septembre.

Les résultats publiés lundi indiquent également que 51 % des personnes interrogées affirment ressentir les effets de la croissance des taux d’intérêt, contre 45 % un trimestre plus tôt.

En outre, 45 % des personnes interrogées affirment qu’elles devront s’endetter davantage pour payer leurs frais de subsistance et leurs dépenses familiales.

Le président de MNP, Grant Bazian, a souligné que plusieurs Canadiens avaient tellement peu de marge de manœuvre que toute augmentation du coût de la vie ou des paiements d’intérêt pouvait les faire basculer.

Le dernier sondage de MNP a également révélé que la moitié des Canadiens interrogés pensaient pouvoir être en difficulté financière si les taux continuaient d'augmenter, une proportion en hausse de cinq points de pourcentage par rapport au sondage précédent.

«Les taux d'intérêt plus élevés, jumelés au fait que les dépenses des ménages sont supérieures à leurs revenus, font en sorte que certains sont incapables de réduire de manière considérable leur dette et, en fait, continuent à s'endetter, particulièrement s'ils doivent faire face à des dépenses imprévues», a observé M. Bazian.

Les préoccupations en matière d'insolvabilité ont augmenté dans tout le pays, sauf chez les Canadiens des provinces de l'Atlantique, a noté MNP.

Les résidents de la Saskatchewan et du Manitoba étaient les plus susceptibles d'être au bord de l'insolvabilité, dans une proportion de 56 pour cent, en hausse de huit points de pourcentage par rapport au sondage précédent, a précisé MNP. Les habitants de l'Alberta se classaient au deuxième rang avec 48 pour cent, en hausse de huit points.

L'Ontario et le Québec suivaient avec des proportions de 46 pour cent, ce qui représentait des hausses de six et cinq points de pourcentage, respectivement. Parmi les résidents interrogés dans les provinces atlantiques, 45 pour cent ont indiqué qu'ils étaient à 200 $ ou moins du gouffre financier, ce qui représente une diminution de quatre points par rapport au sondage de septembre.

Ipsos, qui réalise le sondage trimestriel pour MNP, a interrogé 2154 Canadiens en ligne du 7 au 12 décembre.

Les experts en recherche et en méthodologie jugent qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Système de paie Phénix: encore plus de 100 000 victimes

Quatre ans après son implantation dans la fonction publique fédérale, le système de paie Phénix est loin d'être parfait.

Les chefs d'entreprises continueront d'investir en 2020 malgré l'incertitude

15/01/2020 | François Normand

Les intentions d’investir sont toutefois inégales selon le marché, la taille et l’origine géographique des entreprises.

À la une

Bombardier songerait à regrouper sa division ferroviaire avec Alstom

Selon l’agence Bloomberg, qui cite des sources confidentielles, ce scénario serait sur la table depuis quelques mois.

Legault prudent sur les nouvelles difficultés de Bombardier

M. Legault s’est limité à dire qu’il fallait maintenant tenter de « faire le mieux possible ».

Et si on donnait des cours de savoir-vivre entrepreneurial...

BLOGUE INVITÉ. Il manque un point essentiel à la formation de nos aspirants dirigeants: le savoir-vivre entrepreneurial.