Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Vinexpo: une vitrine en or pour les microdistilleries d’ici

Claudine Hébert|24 septembre 2023

Vinexpo: une vitrine en or pour les microdistilleries d’ici

Jacques Farcy, président et chef de la direction de la SAQ, Guillaume Botté, fondateur de FreeSpirits, Rodolphe Lameyse, directeur général Vinexposium et Jöel Pelletier, président de l’UQMD et cofondateur de la Distillerie St-Laurent (Photo: courtoisie)

INDUSTRIE DES ALCOOLS. La lourdeur des taxes, le manque de place sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ)… On apprenait, au printemps dernier, que le quart des 70 microdistilleries québécoises éprouvait des difficultés financières. Or, la tenue du salon Vinexpo Explorer à Québec pourrait constituer un levier plus que bienvenu pour ces entreprises en quête de nouveaux marchés.

Présentée du 17 au 20 septembre, la 4e édition du salon Vinexpo Explorer avait pour but de favoriser les relations d’affaires entre une trentaine d’acheteurs venant de l’Europe, l’Asie et des Amériques et une vingtaine de microdistilleries de la province. Non seulement cette formule commerciale intime avait lieu pour la première fois au Canada, mais c’est la toute première fois que l’organisation française (qui orchestre annuellement le plus grand salon des vins et spiritueux à Paris, réunissant plus de 40 000 professionnels de l’industrie) consacrait ce rendez-vous à la découverte de spiritueux, fait remarquer le directeur général de Vinexposium, Rodolphe Lameyse, en entrevue avec Les Affaires

«Ce sont des discussions avec l’équipe de l’Union québécoise des microdistilleries (UQMD) et la forte présence d’une dizaine d’entre elles il y a deux ans à Paris qui a incité notre organisation à considérer le Québec et ses producteurs de spiritueux pour la tenue de cet événement», souligne le dirigeant du salon.

Partenaire de l’événement à titre de commanditaire, la SAQ signale que les ventes de spiritueux québécois ont augmenté de 50% au cours des cinq dernières années. «Ces produits représentent désormais 20% des ventes de l’ensemble des spiritueux sur nos tablettes», note son président et chef de la direction, Jacques Farcy.

 

L’acérum pique la curiosité

Gin, whiskey et surtout l’acérum, un spiritueux unique d’origine 100% québécoise à base de sève d’érable, ont été les principaux produits qui ont retenu l’attention des acheteurs. Des visites chez des producteurs du Saguenay et du Bas-Saint-Laurent ont également figuré au calendrier des activités suggérées aux importateurs et aux journalistes du milieu viticole invités au rendez-vous.

Ces visites pourraient se prolonger en marge de l’événement, indique l’un d’eux. «Je compte rendre visite aux microdistilleries Circa et Shefford, des producteurs d’acérum, avant de retourner en France», a mentionné Guillaume Botté, fondateur de l’agence importatrice de bières, vins et spiritueux Free Spirit Distribution.

(Photo: courtoisie)

 

Des relations d’affaires avant tout

À combien de ventes s’attend-on à la suite de ce rendez-vous privilégié? «Difficile à chiffrer», soulève le dirigeant de l’UQMD, Joël Pelletier. «Ce salon, dit-il, constitue avant tout un premier pas vers l’international pour plusieurs d’entre nous. Le seul fait d’établir une relation commerciale avec l’un des acheteurs présents est déjà une réussite», soutient le distilleur, cofondateur de Distilleries Saint-Laurent, à Rimouski. Actuellement, précise-t-il, 15% de la production des spiritueux québécois traversent déjà les frontières de la province. «Nous sommes encore loin des produits de Cognac qui, eux, sont vendus à plus de 95% hors de la France», compare-t-il.

En attendant, Rodolphe Lameyse tient à préciser que la totalité des acheteurs des éditions précédentes a passé des commandes. «Et ce devrait être encore le cas pour l’édition québécoise. Sans trop donner de détails, un des acheteurs britanniques présents sur place me disait avant de venir à Québec ne plus avoir de place dans son catalogue pour de nouveaux gins. Il vient de me confier être tombé sous le charme d’un producteur de gin d’ici et d’avoir déjà commandé quelques palettes», raconte le dirigeant de Vinexposium. 

Notons que les trois premières éditions du Vinexpo Explorer, dont le mandat est de créer une immersion dans une région productrice sous le radar, ont mis en vedette les vins d’Autriche (2017), les vins de Sonoma, en Californie (2018) ainsi que les vins du Beaujolais (2019). C’est la première fois en quatre ans que l’événement reprenait ses activités.

 

 

 

Abonnez-vous à notre infolettre thématique:

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs de notre journaliste Emmanuel Martinez.