Relocalisation d'emplois: Biden promet la carotte et le bâton

Publié le 28/10/2020 à 08:00

Relocalisation d'emplois: Biden promet la carotte et le bâton

Publié le 28/10/2020 à 08:00

Par François Normand

L’ancien vice-président de Barack Obama a une politique de l’emploi qui ressemble à bien des égards à celle du président Donald Trump. (Photo: Getty Images)

Votre entreprise est basée aux États-Unis et elle délocalise une partie de sa production? Eh bien, si le candidat démocrate Joe Biden remporte la course à la Maison-Blanche, votre organisation pourrait subir de la pression de Washington afin de relocaliser cette activité sur le territoire américain.

Passé sous l’écran radar de la plupart des analystes au Canada, l’ancien vice-président de Barack Obama a pourtant une politique de l’emploi dans les secteurs de la fabrication et des services qui ressemble à bien des égards à celle du président Donald Trump, soit de rapatrier des «jobs» aux États-Unis.

Aussi, les filiales d’entreprises américaines au Canada et les sociétés canadiennes établies aux États-Unis faisant fabriquer des composants en Asie qui comptaient sur la fin du «trumpisme» avec la possible élection de Joe Biden devront déchanter.

Dans sa plateforme économique, le candidat à la Maison-Blanche propose deux types de politiques pour favoriser la création emplois aux États-Unis: des politiques incitatives et des politiques contraignantes, voire coercitives.

Bref, si Joe Biden devient le 46e président américain, il manipulera à la fois la carotte et le bâton.

 

La carotte

Commençons d’abord par les mesures incitatives.

L’ancien vice-président propose un nouveau crédit d'impôt «Made in America» de 10%. Il s’appliquera aux entreprises qui réalisent des investissements qui créeront des emplois pour les travailleurs américains et qui accéléreront la reprise «pour mieux reconstruire» l’économie américaine.

Ce crédit d’impôt de 10% sera disponible aux fins suivantes:

 

  • Revitaliser des usines fermées;
  • Rééquiper des établissements pour accroître la compétitivité de la fabrication et de l'emploi;
  • Relocaliser la production créatrice d'emplois aux États-Unis;
  • Accroître la production des usines américaines pour faire progresser l'emploi;
  • Augmenter la masse salariale dans la fabrication (le crédit d’impôt sera appliqué à la hausse progressive des salaires liée à la fabrication globale d’une entreprise aux États-Unis).

 

 

Le bâton

En ce qui a trait aux mesures contraignantes, Joe Biden propose de punir sur une base fiscale (à l’aide d’une taxe) les entreprises qui délocalisent une partie de leur production de biens ou de services à l’étranger afin de les vendre par la suite aux États-Unis.

S’il est élu, le candidat démocrate s’est entre autres engagé à augmenter le taux d’imposition des sociétés américaines de 21 à 28%. Eh bien, la pénalité fiscale pour les délocalisations se traduira par l’ajout d’une taxe de 10% sur ce nouveau taux d’imposition de 28%, pour le faire grimper à 30,8%.

Cette surtaxe sur la délocalisation s'appliquera aussi aux centres d'appels ou aux services d'une entreprise américaine située à l'étranger, mais desservant les États-Unis, alors que ces emplois «auraient pu être situés aux États-Unis».

Une éventuelle administration Biden mettra aussi en oeuvre des réglementations et des sanctions anti-évitement, et ce, pour empêcher une entreprise de bénéficier d'opérations dont le but principal vise à éviter, à réduire ou à reporter le paiement d’une taxe.

Enfin, Joe Biden refusera toutes les déductions et les annulations de dépenses pour le déplacement d'emplois ou la production à l'étranger — là où ces emplois pourraient «vraisemblablement être proposés aux travailleurs américains».

 

À suivre dans cette section


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Justin Trudeau veut parler d'environnement au Sommet de l'APEC

Les inconvénients de la dispute entre le Canada et la Chine devraient plutôt retenir l'attention.

Couche-Tard s'implante en Asie

La transaction avec Convenience Retail Asia Limited devrait être conclue d’ici le 31 décembre 2020.

À la une

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.

Comment les employés québécois imaginent-ils l'après COVID-19?

CHRONIQUE. Un sondage montre que notre univers professionnel connaît une incroyable mutation... #EXCLUSIVITÉ

À surveiller : Lightspeed, Etsy et Dollarama

Que faire avec les titres de Lightspeed, Etsy et Dollarama? Voici quelques recommandations d’analystes.