Exceldor, coopérative en quête de bras

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Exceldor, coopérative en quête de bras

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Joël Cormier, VP principal de la Division poulet à Exceldor (Photo: courtoisie)

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. L’année d’Exceldor coopérative a été marquée par un dur conflit de travail à l’abattoir de Saint-Anselme, dans la région de Chaudière-Appalaches, qui s’est réglé à la fin juin. Près d’un million de poulets ont été euthanasiés pendant la grève. Ce gaspillage a choqué les Québécois et fragilisé temporairement la capacité d’Exceldor d’approvisionner ses clients. «Les employés et la direction travaillent pour qu’un tel événement ne se reproduise plus», soutient Joël Cormier, vice-président principal de la Division poulet.

Exceldor doit désormais relever son plus gros défi:la main-d’oeuvre. «C’est réellement ça qui nous empêche de dormir la nuit», admet Joël Cormier. Ce dernier espérait que les augmentations salariales importantes concédées à la suite du conflit à Saint-Anselme et déployées dans certaines autres usines attirent de nouveaux travailleurs. Jusqu’à maintenant, ça n’a pas été le cas.

«Le vrai problème, c’est le manque de main-d’oeuvre disponible au Québec», en conclut-il. Actuellement, les usines d’Exceldor fonctionnent avec 70 % du personnel requis, ce qui réduit leur capacité à transformer autant de volaille qu’elles le pourraient. Cette situation frustrante empêche Exceldor de profiter pleinement de la forte demande pour ses produits.

En parallèle, la coopérative chemine toujours avec son plan de construction d’une nouvelle usine sur des terres agricoles de Saint-Hyacinthe. Cet été, la Commission de protection du territoire agricole du Québec a autorisé le projet. Cependant, l’Union des producteurs agricoles de la Montérégie conteste cette décision devant le Tribunal administratif du Québec.

 

À écouter: Toujours à la recherche de la perle rare pour pourvoir vos postes? Suivez les recommandations du vice-président chez Raymond Chabot Grant Thornton et responsable de l’offre de service en recrutement, Frederic Kieffer, et inspirez-vous de la démarche de Flexpipe et de son directeur marketing et responsable de la marque employeur, Eric Collard, pour tenter vous aussi de trouver les bons talents, sans vider les coffres de votre PME.

Sur le même sujet

L'UPA veut que les abatteurs revoient leur plan pour les imprévus

Le gagne-pain des producteurs est grandement dépendant de deux entreprises en situation de monopole.

Un nombre record de 196 000 porcs en attente d'être abattus

Ce bond à 196 000 est inhabituel et représente près de cinq fois la moyenne.

OPINION Les dindes devraient être plus chères et plus difficiles à trouver ce Noël
Une année mouvementée au menu
Édition du 24 Novembre 2021 | Jean-François Venne
Agropur regarde devant
Édition du 24 Novembre 2021 | Jean-François Venne

À la une

Palmarès WOW: les bons citoyens corporatifs ont la cote

19/01/2022 | Catherine Charron

«Il y a deux ou trois ans, on était plus dans l’expérientiel,[...] là c’est davantage de parler au cœur des gens».

Garantie de construction résidentielle: un répertoire d’entreprises ayant perdu leur accréditation

19/01/2022 | Charles Poulin

Un nouvel outil à consulter avant de signer un contrat avec un entrepreneur

Bourse: Wall Street termine dans le rouge, correction pour le Nasdaq

Mis à jour le 19/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse.