Agropur regarde devant

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Agropur regarde devant

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2021

Dominique Benoit, VP principal aux affaires institutionnelles et aux communications, Agropur (Photo: courtoisie)

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. Les nouvelles n’ont pas toujours été bonnes pour Agropur depuis deux ans. L’entreprise a opéré un délestage en règle afin de réduire son endettement et de sortir de certaines activités qu’elle jugeait moins porteuses. Elle a vendu sa division de yogourts à Lactalis en 2020, avant de sacrifier l’année suivante ses activités de transport de lait en vrac au Québec et en NouvelleÉcosse et de fermer son usine de lait de consommation de Winnipeg.


Votre chaîne d’approvisionnement a-t-elle été chamboulée par la crise sanitaire? Découvrez la recette de la présidente et fondatrice des Collations JustBite, Mélanie Grenier, pour s'adapter, et mettez en pratique les conseils du directeur de laboratoire de science analytique en agroalimentaire à l’Université Dalhousie à Halifax, Sylvain Charlebois, pour mieux prévenir les prochaines grandes perturbations.

 

Sortie de ces turbulences, la direction de la coopérative qui transforme la moitié du lait québécois se montre optimiste. «Ça va bien chez Agropur, rassure Dominique Benoit, vice-président principal aux affaires institutionnelles et aux communications. Les décisions difficiles ont été prises et nous regardons désormais vers l’avenir.»

L’entreprise lancera en 2022, au Canada, son lait enrichi en protéines Natrel Plus, offert au Québec depuis deux ans. «Au Canada, où les occasions de croissance restent plus limitées, nous nous concentrons davantage sur des produits de niche et des innovations, confie Dominique Benoit. Aux États-Unis, nous avons d’importants projets de croissance dans le marché du fromage et des ingrédients de lactosérum.» En octobre, Agropur annonçait d’ailleurs l’expansion de son usine de fromages et d’ingrédients laitiers de Little Chute, au Wisconsin.

La coopérative devra tout de même naviguer dans un contexte compliqué par la rareté de la main-d’oeuvre, le retour de l’inflation sur plusieurs de ses intrants — notamment l’énergie — et les effets des accords internationaux, qui ouvrent le marché canadien des produits laitiers aux importations.

 

Sur le même sujet

L'UPA veut que les abatteurs revoient leur plan pour les imprévus

Le gagne-pain des producteurs est grandement dépendant de deux entreprises en situation de monopole.

Un nombre record de 196 000 porcs en attente d'être abattus

Ce bond à 196 000 est inhabituel et représente près de cinq fois la moyenne.

OPINION Les dindes devraient être plus chères et plus difficiles à trouver ce Noël
Une année mouvementée au menu
Édition du 24 Novembre 2021 | Jean-François Venne
Exceldor, coopérative en quête de bras
Édition du 24 Novembre 2021 | Jean-François Venne

À la une

Le Canada est encore loin d'avoir une vraie stratégie industrielle

Il y a 13 minutes | François Normand

ANALYSE. Un an après le dépôt d’un important rapport à ce sujet, Monique Leroux explique ce qu’il manque pour y arriver.

Un ruban intelligent pour traiter des enfants à l’urgence

21/01/2022 | Emmanuel Martinez

Une start-up montréalaise a conçu un dispositif qui permet de mieux déterminer la dose de médicaments pour les enfants.

Bourse: Wall Street termine en forte baisse, la Fed et Netflix font tomber les indices

Mis à jour le 21/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 400 points.