Un spectacle de danse céleste

Publié le 08/04/2024 à 18:08

Un spectacle de danse céleste

Publié le 08/04/2024 à 18:08

Par La Presse Canadienne

Des foules venues de près et de loin, unies dans une anticipation céleste, étaient rassemblées le long de la trajectoire canadienne de l’éclipse solaire totale. (Photo: La Presse Canadienne)

Kingston — L’éclipse solaire totale de 2024 a quitté l’Amérique du Nord après avoir traversé certaines parties de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve.

Les Canadiens et les visiteurs se sont rassemblés dans les six provinces pour assister à cet événement céleste, qui ne se reproduira plus dans ce pays avant 2044.

Les observateurs d’éclipses ont été plongés dans l’obscurité alors que le Soleil se déplaçait directement derrière la Lune, leur donnant une rare chance de voir des éruptions solaires éclater dans le cosmos.

Lire aussi - L'éclipse provoque cris, larmes et hurlements

 

Des foules venues de près et de loin, unies dans une anticipation céleste, étaient rassemblées le long de la trajectoire canadienne de l’éclipse solaire totale.

Déjà, vers 14 h, l’éclipse partielle pouvait être observée dans certaines parties du Canada.

La trajectoire de l’éclipse totale, où la Lune passe directement devant le Soleil, traversait d’abord le sud-ouest de l’Ontario vers 15 h 15, puis se déplaçait vers l’est à travers le Québec et le Canada atlantique avant d’arriver à Terre-Neuve vers 15 h 45, heure de l’Est.

Les villes et villages situés le long du chemin de la totalité se sont préparés à ce que leur population augmente sous l’effet des chasseurs d’éclipse, la région du Niagara, en Ontario, ayant déclaré l’état d’urgence préventif.

Iyalie Russell et Gabby Gregor affirment que leur chemin vers le site d’observation de l’éclipse solaire de Niagara Falls, en Ontario, a commencé l’année dernière dans le cadre d’un cours d’histoire de l’astronomie à l’université York. C’est là qu’elles ont noué des liens d’amitié et qu’elles ont décidé de regarder l’éclipse solaire ensemble.

«Nous avons déjà regardé des éclipses de Lune ensemble et nous nous sommes dit que nous devions continuer à le faire, à suivre la tendance», a expliqué Mme Gregor, qui est venue de Toronto avec Mme Russell tôt lundi matin.

À Montréal, une foule était réunie au parc Jean-Drapeau, incluant des touristes internationaux venus pour le spectacle.

Le métro de la ville était d’ailleurs bondé dans le secteur, notamment en direction de la station du parc Jean-Drapeau.

Michelle Crotteau dit qu’elle est arrivée de Virginie avec une poignée de membres de sa famille et d’amis pour célébrer son 60e anniversaire «sur le chemin de la totalité».

Elle dit avoir été témoin de l’éclipse totale aux États-Unis en 2017 et qualifie l’expérience de «magique et impressionnante».

Roger et Sandra Kirkham, originaires de l’île britannique de Jersey, au large des côtes françaises, étaient à Montréal pour célébrer leur 25e anniversaire de mariage.

Ils admettent qu’ils n’étaient pas au courant de l’éclipse jusqu’à récemment, mais disent qu’ils adorent s’imprégner de l’atmosphère du parc, qui comprend la présence de nombreux enfants.

Sandra Kirkham dit que la dernière éclipse totale qu’elle a vue a eu lieu au Royaume-Uni en 1999, l’année où le couple s’est marié.

Avant l’éclipse totale, autour de Montréal, la circulation demeurait dense, particulièrement en direction des Cantons-de-l’Est, où l’éclipse totale durait le plus longtemps.

Par ailleurs, quelque 100 personnes réunies à Gander, à Terre-Neuve, se sont réjouies lorsqu’elles ont aperçu la Lune faire son chemin.

Eva Halliday, âgée de six ans, tenait un sténopé qu’elle avait fabriqué à partir d’une boîte à chaussures en compagnie d’autres observateurs d’éclipse sur le campus local du Collège de l’Atlantique Nord.

Elle a dit qu’elle était «très excitée» par l’éclipse et par sa création artisanale, qu’elle avait décorée de planètes et d’étoiles.

«Une fois dans une vie»

La prochaine éclipse solaire totale au Canada devrait passer par les provinces de l’Ouest dans 20 ans, mais selon certaines estimations, le phénomène ne se produit en un lieu donné qu’une fois tous les 360 ans environ.

Tom Rance, un habitant de Kingston âgé de 89 ans, l’a exprimé dans des termes que certains amateurs de hockey de Toronto pourraient comprendre.

«C’est presque comme regarder les Leafs remporter la Coupe Stanley», a-t-il déclaré en riant, faisant référence à la disette de l’équipe de la LNH remontant à 1967.

«Pour beaucoup de gens, c’est peut-être une fois dans leur vie.»

Brian Rogers a révélé avoir voyagé avec sa femme Mandy et leurs enfants depuis les États-Unis jusqu’à Niagara Falls, en Ontario, pour voir l’éclipse solaire.

M. Rogers a indiqué que lui et sa famille étaient impatients de vivre à nouveau l’éclipse, cette fois encadrée par les emblématiques chutes du Niagara, après l’avoir vue ensemble en 2017 depuis leur État d’origine, la Géorgie.

«C’était un peu surréaliste parce que tous les grillons et les animaux autour de nous ont commencé à faire des bruits nocturnes, et c’était assez chouette, a-t-il dit à propos de la dernière éclipse. Ils étaient déconcertés par la situation.»

Une personne sur six vit dans la trajectoire de totalité du Canada, soit environ 6,1 millions de personnes selon les données du recensement de 2021, a déclaré Statistique Canada, notant que ce chiffre est probablement plus élevé compte tenu de la croissance rapide de la population.

Un spectacle de danse céleste

Alors qu’une grande partie du Canada a connu une éclipse partielle, ceux qui se trouvaient sur le chemin de la totalité ont eu droit — si le temps le permettait — au spectacle complet.

Cette danse céleste, dans laquelle la Lune, le Soleil et la Terre s’alignent, est possible grâce à une mise en scène miraculeuse. La Lune est environ 400 fois plus petite que le Soleil, mais elle est également 400 fois plus proche de la Terre, ce qui donne l’impression que les deux ont la même taille dans le ciel.

À l’approche de l’éclipse totale, le ciel s’assombrit et la faune peut se taire comme si la nuit approchait.

Les températures baissent et les vents peuvent même commencer à changer. Des bandes d’ombre peuvent être visibles sur le sol, que certains ont décrites comme ressemblant à des vagues de lumière au fond d’une piscine.

Puis, dans un moment d’émerveillement partagé, les observateurs de l’éclipse voient la Lune passer directement devant le Soleil. La couronne solaire, d’un blanc éclatant, c’est-à-dire l’atmosphère extérieure du Soleil, encercle le disque noir de la Lune.

Les éclipses totales de Soleil ont été à l’origine d’importantes percées scientifiques. L’hélium a été détecté pour la première fois lors d’une éclipse en 1868, et les observations faites lors d’une éclipse en 1919 ont permis d’étayer la théorie générale de la relativité d’Albert Einstein.

Priorité à la sécurité

Selon les experts, il était important de porter une protection oculaire spéciale pour regarder l’éclipse. Des lunettes de soleil ordinaires ne faisaient pas l’affaire.

Le premier ministre Justin Trudeau avait lui-même appelé les Canadiens à privilégier la sécurité lors d’une conférence de presse sans rapport avec le sujet, qui s’est tenue dimanche à Montréal.

«L’éclipse suscite beaucoup d’intérêt et la première chose à faire est de rester prudent et en sécurité, a-t-il déclaré. Achetez de bonnes lunettes si vous le pouvez.»

Les entreprises de télécommunications canadiennes avaient également préparé leurs réseaux en vue d’une augmentation de la demande dans les zones situées sur la trajectoire de l’éclipse.

Selon l’astronaute de l’Agence spatiale canadienne David Saint-Jacques, une éclipse solaire totale est une occasion rare pour les gens d’avoir un lien direct avec ce qui se passe dans l’espace.

Selon lui, le fait de sentir l’ombre de la Lune sur la Terre rappelle le «ballet cosmique» qui se déroule en permanence dans l’espace.

Bien que des éclipses solaires totales se produisent quelque part sur Terre presque chaque année, il affirme qu’il n’y en avait pas eu à Montréal, sa ville natale, depuis les années 1930.

Les éclipses permettent aux scientifiques d’en apprendre davantage sur le Soleil et d’étudier ses propriétés, a-t-il rappelé.

 

Inscrivez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les défis qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.