Innover grâce à quatre start-ups performantes

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Décembre 2021

Innover grâce à quatre start-ups performantes

Offert par Les Affaires


Édition du 15 Décembre 2021

Par Emmanuel Martinez

Frédéric Simard, cofondateur et directeur technologique de Re-Ak Technologies, équipé de son dispositif biométrique qui permet d’évaluer l’état de la personne qui le porte. (Photo: courtoisie)

SPÉCIAL INNOVATION. L’innovation ne se limite pas seulement à des outils technologiques qui touchent le cœur d’une PME. Il s’agit beaucoup de petits pas qui s’additionnent pour la faire grandir et la rendre plus concurrentielle. Dans ce contexte, l’innovation concerne toutes les sphères de l’entreprise. Cependant, ces améliorations n’ont absolument pas besoin de venir de l’interne. Elles sont souvent nées ailleurs, prêtes à être plantées pour enrichir son propre jardin. Voici quatre start-ups qui offrent des solutions innovantes à d’autres entreprises afin de les rendre plus performantes.

 

Dépoussiérer la comptabilité grâce à Stamped

Se servir de l’informatique et de l’intelligence artificielle pour accélérer, améliorer et rendre plus économique la préparation d’états financiers et d’impôts d’entreprises est le cheval de bataille de la jeune PME Stamped.

Fondée à Québec en 2018, elle offre des services comptables et d’audit.

« Le monde de la comptabilité n’a pas suivi la vague de modernisation en technologies financières, affirme le cofondateur et PDG de la start-up, Simon Langlois. On a fait le saut de logiciels à des outils en ligne, mais les comptables sont restés pris dans le passé. »

Pour les PME qui conservent leurs données sur un serveur distant (infonuagique), Stamped propose donc une plateforme qui se branche sur les comptes de banque de ses clients et le système de comptabilité pour faire les vérifications nécessaires. Des outils aussi capables d’extraire les informations provenant des factures de fournisseurs et des contrats de clients.

« On peut faire les certifications quasiment en temps réel, mentionne Simon Langlois. Si une entreprise met un reçu directement dans son système comptable, on peut y accéder et vérifier si cela correspond à la bonne transaction bancaire. C’est plus simple pour le client et pour nous. »

Le travail se fait ainsi beaucoup plus rapidement, ce qui est, selon lui, très important pour les PME. Puisque ces demandes de vérifications sont exigées par les institutions bancaires qui prêtent de l’argent, les PME qui recherchent du financement ont intérêt à mettre leurs états financiers en ordre. Cette efficacité lui permet de baisser le prix pour ses clients.

« Traditionnellement, un cabinet d’audit va gérer de 20 à 30 clients par comptable, estime le dirigeant de Stamped. Nous, on est à 45, et avec notre nouvelle ronde de financement, on veut développer des outils qui vont nous amener à 100 clients par comptable. »

 

Re-Ak Technologies : connaître son produit grâce à la biométrie

Plusieurs croient que la biométrie sert uniquement à comprendre le consommateur. Or, cette approche permet aussi au vendeur de mieux connaître son produit.

« On peut aider à comprendre le positionnement sur le marché en fonction de l’expérience émotive vécue avec le produit », fait remarquer le cofondateur et directeur technologique de Re-Ak Technologies, Frédéric Simard.

Son entreprise a par exemple travaillé avec le studio de jeux vidéo Triple Boris, à Varennes, qui voulait savoir ce que ressentaient les utilisateurs pour deux jeux différents. « En analysant la réaction des joueurs, on s’est rendu compte que le premier jeu était plutôt drôle et ludique tandis que l’autre était plus axé sur la performance et la concentration, détaille-t-il. C’était assez contrastant, mais le développeur ne le savait pas ; il pensait que les deux offraient des expériences similaires. »

Le patron de cette PME montréalaise précise qu’avec cette information, le studio a donc pu s’ajuster pour la commercialisation de ces jeux et pour l’élaboration de nouveaux projets.

Re-Ak mesure les réactions cognitives et émotives des gens qui expérimentent un produit ou un service grâce à de nombreux indicateurs. Parmi ceux-ci, l’électroencéphalogramme, qui note notamment le pouls ou la variabilité cardiaque, fournissant donc des renseignements sur l’état mental. Quant à l’enregistrement des expressions faciales, il permet d’évaluer les émotions vécues.

« Avec la biométrie, on peut comparer des pommes et des oranges, parce que la mesure de référence n’est pas le fruit, mais la personne, mentionne Frédéric Simard. Donc, on peut comparer des expériences différentes. »

Re-Ak a aussi mis au point un dispositif unique qui se met sur la tête afin d’évaluer l’état d’une personne qui se promène dans un congrès, dans un musée ou dans un quartier, ce qui ouvre d’énormes possibilités, selon son cofondateur.

 

En finir avec Excel grâce à Centralio

Centralio n’a rien contre les fichiers Excel, qui ont rendu des services bien utiles dans le passé. Mais pour analyser un ensemble de données ou élaborer plus efficacement des soumissions, la start-up de Magog propose aux PME d’autres outils informatiques innovants.

L’entreprise lancée en 2019 a commencé en offrant des services d’automatisation des processus et de synchronisation des données. Cette jeune pousse de l’Estrie vient ainsi connecter des systèmes au sein des PME qui « ne se parlent pas », explique son cofondateur et directeur général, Jean-Sébastien Duguay.

« L’automatisation permet de gagner du temps en réduisant les opérations manuelles. Devoir entrer le nom d’un client dans trois systèmes différents, par exemple. Cela limite les erreurs et fait gagner en productivité », précise-t-il.

« Avec la synchronisation, on ramène les données dans un agrégateur qui rend possible des analyses plus poussées beaucoup plus facilement », poursuit-il.

Le second créneau de Centralio est le développement d’une plateforme de vente pour les entreprises qui font du B2B.

« Au lieu d’un fichier Excel rudimentaire pour présenter des soumissions, on offre une solution intelligente, avance Jean-Sébastien Duguay. Chaque fois que notre client fait une proposition en ligne, cela génère un minisite web interactif et dynamique qui peut inclure du contenu riche, comme de la vidéo ou des éléments promotionnels. »

L’outil de Centralio permet également de personnaliser la soumission pour inclure une foule d’options, ce qui est pratique pour des produits qui peuvent être modulables. Motrec, un constructeur de véhicules industriels de Sherbrooke, s’en sert par exemple pour faire des affaires avec des concessionnaires de partout en Amérique du Nord, qui commandent ses engins avec différentes fonctionnalités selon les besoins des clients.

 

Drone des champs pour agriculteurs efficaces

 

Le recours à des drones en agriculture, au Québec, n’est plus une idée du futur grâce une entreprise en démarrage de Laval.

Drone des champs permet aux cultivateurs, depuis 2020, de mieux évaluer leur production, de repérer des zones problématiques sur leurs terres, de semer et même de combattre des insectes.

« Le drone constitue un porte-outil, affirme le président et fondateur Nicolas Deschamps. Tout ce qui est cher ou difficile à faire avec de la main-d’œuvre, il peut y avoir un gain avec un drone. »

Grâce à la prise d’images aériennes et à l’analyse de celles-ci, un agriculteur peut savoir exactement le nombre de poireaux ou de laitues dans son champ ou encore évaluer le taux de chlorophylle de ses plants.

Drone des champs se sert de l’intelligence artificielle pour faire ces calculs. « Une telle collecte de données est plus précise que ce que les exploitants peuvent avoir, assure Nicolas Deschamps. Et c’est innovant parce qu’on apporte des données qui n’étaient pas disponibles pour eux. »

« C’est particulièrement important dans la production maraîchère, note-t-il. Cela permet de mettre la bonne dose d’engrais au bon moment, donc d’en épandre moins, ce qui est plus rentable et meilleur pour l’environnement. »

Les images obtenues offrent aussi un aperçu des zones de stress dans une culture donnée. Elles pourraient ainsi révéler si un secteur manque d’eau, s’il subit une attaque d’insectes ou d’autres problèmes en matière de sol.

Par la suite, les drones peuvent agir dans des endroits inaccessibles en tracteur sans abîmer les récoltes.

Sur le même sujet

L’IA urbaine, pour des villes plus efficaces

05/12/2022 | Hugues Foltz

BLOGUE INVITÉ. Les villes intelligentes s’appuient sur les technologies pour, entre autres, améliorer la qualité de vie.

L'innovation alimentaire donne des résultats concrets

01/12/2022 | Sylvie Cloutier

BLOGUE INVITÉ. L’innovation est une caractéristique d’une industrie en bonne santé.

À la une

Ottawa cède la protection de près d'un million de kilomètres carrés aux Autochtones

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

Ces ententes prévoient des investissements pouvant atteindre 800 millions de dollars sur sept ans.

Antonio Guterres appelle à une réforme du système financier

Le secrétaire général des Nations unies a demandé aux institutions financières de revoir leurs modèles d’affaires.

Les négociations difficiles commencent à la COP15 de Montréal

Le texte sur les objectifs de conservation débattu par les délégués contient plus d’incertitudes que de libellé convenu.