Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

L’IA révolutionne la stratégie internationale de Micro Logic

François Normand|17 novembre 2023

L’IA révolutionne la stratégie internationale de Micro Logic

Depuis quelques mois, la PME de Québec peut offrir à distance aux entreprises canadiennes et étrangères son nouveau service écoresponsable de traitement de l’intelligence artificiel, dans un nuage 100% souverain, et qui évolue en plus dans un modèle énergétique renouvelable – sans énergie fossile, affirme le PDG de Stéphane Garneau. (Photo: Martin Flamand)

Micro Logic, un fournisseur de solutions TI, incluant un infonuagique souverain, a complètement changé sa stratégie internationale. Au lieu de s’implanter à l’étranger pour offrir ses services à des clients, ce sont désormais des clients étrangers qui souhaitent venir au Québec afin de bénéficier de sa nouvelle offre globale pour traiter l’intelligence artificielle (IA).

Depuis quelques mois, la PME de Québec peut offrir à distance aux entreprises canadiennes et étrangères son nouveau service écoresponsable (récupération de chaleur) de traitement de l’intelligence artificielle, dans un nuage 100% souverain, et qui évolue en plus dans un modèle énergétique renouvelable – sans énergie fossile.

Ce changement de cap majeur dans la stratégie commerciale de Micro Logic tient à deux partenariats structurants qu’elle a conclus en juillet 2023, avec la québécoise QScale et l’américaine NVidia, explique en entrevue à Les Affaires son président, Stéphane Garneau.

«Ç’a été un game changer incroyable pour nous», confie le patron de cette entreprise qui aide les organisations privées et publiques dans leur transformation numérique, et dont les revenus s’élèvent à 205 millions de dollars (M$).

Pourtant, il y a un an à peine, la PME de 365 employés songeait encore à faire une acquisition aux États-Unis pour s’attaquer de front aux géants américains de l’infonuagique, sans parler d’une éventuelle percée sur le marché européen.

Concrètement, la PME zyeutait au sud de la frontière des revendeurs d’équipements informatiques, dont les revenus étaient en décroissance et qui avaient des clients migrant de plus en plus vers l’infonuagique.

 

L’ancienne stratégie à la poubelle

Or, cette stratégie est maintenant caduque, mais uniquement dans le cas précis du traitement de l’intelligence artificielle (dans ses autres secteurs d’activité, l’entreprise pourrait quand même faire des acquisitions), précise l’entrepreneur.

«On ne se déplace plus pour offrir nos services, c’est le monde qui vient à nous!», dit-il.

C’est dire à quel point les nouveaux partenariats avec QScale et NVidia ont provoqué une rupture dans le plan de match de Micro Logic.

Établie à Lévis, Qscale développe des centres de traitement informatique écoresponsable. Ces derniers sont spécialement conçus pour le calcul haute performance, le calcul intensif et l’apprentissage machine.

NVidia est située à Santa Clara, près de San Jose, dans la Silicon Valley. Cette multinationale inscrite à la bourse des technologies NASDAQ est un leader mondial dans les systèmes informatiques en IA.

Grâce à son partenariat avec QSacle, Micro Logic peut traiter plus facilement des quantités massives de données. Elle peut aussi résoudre des problèmes complexes «à une vitesse excédant toute autre offre présentement sur le marché», prétend la PME de Québec.

Quant à NVidia, Micro Logic devient en fait un de ses fournisseurs de service infonuagique régional pour ses systèmes DGX. Par conséquent, l’entreprise québécoise peut désormais offrir à sa clientèle canadienne ou internationale de nouvelles possibilités pour développer des applications et des services avancés en IA.

 

Les trois avantages de Micro Logic

Dans la foulée de ces deux partenariats, la PME québécoise dispose désormais de trois avantages sur le marché, qui lui permettent d’attirer des clients étrangers au Québec, fait remarquer Stéphane Garneau.

Premièrement, Micro Logic se présente comme un leader mondial dans le traitement de l’intelligence artificielle écoresponsable, grâce à sa collaboration avec QScale et NVidia.

Deuxièmement, la PME fait valoir qu’elle est établie au Québec, où l’électricité est renouvelable. À l’heure où les critères ESG sont de plus en plus importants dans le monde, des multinationales voient dans le Québec une destination de choix pour s’établir ou y avoir un fournisseur de services, en l’occurrence Micro Logic.

Troisièmement, l’entreprise de Québec offre sur le marché un produit relativement rare, soit un «cloud souverain», avec son Projet Cirrus.

En entrevue, Stéphane Garneau a d’ailleurs indiqué que Micro Logic est en discussion avec une entreprise britannique – dont il préfère taire le nom pour l’instant – qui souhaite utiliser son nuage souverain pour stocker ses données au Québec.

«Cette société est à la recherche d’un cloud souverain et durable», dit l’entrepreneur.