Souffrez-vous de la «taxe COVID»?

Publié le 03/06/2021 à 11:55

Souffrez-vous de la «taxe COVID»?

Publié le 03/06/2021 à 11:55

Par Catherine Charron

Certains travailleurs travaillent carrément une journée entière de plus par semaine. (Photo: 123RF)

ENTREPRISES ACTIVES. La pandémie n’a pas terminé de rebrasser les cartes du monde du travail, laisse entrevoir un sondage d’ADP Canada et Angus Reid. Plus d’un an après le déploiement à grande échelle du télétravail au pays, 44 % des employés qui le pratiquent encore aujourd’hui travaillent davantage d’heures supplémentaires, alors qu’ils n’étaient que 21 % en avril 2021.

Parmi les 1501 travailleurs canadiens sondés, 30 % disent être affectés par cette « taxe COVID », nous apprenait à la mi-mai le fournisseur de solutions d’externalisation de services professionnels.

Pour 10 % de ces répondants, on parle carrément d’une journée de plus par semaine à travailler, car ce sont 8 heures et plus hebdomadairement qui y sont consacrées. 

Seuls 15 % des télétravailleurs dédient moins de temps à leur emploi, tandis que 38 % d’entre eux n’observent aucun changement à leur routine de travail. 

Cependant, le nombre de travailleurs stressés est quant à lui en hausse de 7 points de pourcentage, passant de 34 % des répondants en 2020 à 41 % un an plus tard. 

Pour palier les conséquences négatives d’une telle augmentation, le vice-président à la stratégie et au développement des affaires chez ADP Canada, Ed Yuen, recommande d’encourager le droit à la déconnexion de ses travailleurs. Il rappelle aussi l’importance d’encourager ses « employés à prendre des journées de vacances et des pauses régulièrement » pour présenter leur santé physique et mentale. 

À (ré)écouter : Employés actifs : voici pourquoi ça doit devenir une priorité

Chose certaine, les employeurs tentent d’offrir plus de flexibilité à leurs salariés en matière d’horaire de travail. Un peu plus de la moitié des répondants (53 %) au sondage mené du 14 au 15 avril 2021 ont laissé savoir qu’ils pouvaient adapter leur agenda afin de s’occuper de leurs tâches personnelles.

Cette surcharge de travail semble toutefois affecter positivement la productivité des travailleurs qui, dans 42 % des cas, témoignent d’une progression de leur efficacité, alors qu’ils n’étaient que 19 % des répondants à faire un tel constat en 2020. La qualité du travail semble aussi en avoir profité, car 37 % des répondants remarquent une bonification. Ce nombre était à 21 % en 2020. 

Sur le même sujet

Plus du tiers des PME canadiennes se sont fait «ghoster»

02/12/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici comment mettre toutes les chances de votre côté pour éviter de vous faire «ghoster».

Pas de «Grande démission» au Québec ou au Canada, confirme Desjardins

30/11/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Entre 2021 et 2022, le nombre de départs volontaires est similaire à celui observé avant mars 2020.

À la une

Myni, grande gagnante du Défi jeunes pousses en croissance Banque Scotia

Mis à jour le 02/12/2022 | Elsa Vecchi

Elle s’est démarquée lors d’un concours de pitch sur le thème de la «Vallée de la mort».

Défi jeunes pousses en croissance: Uni et Brave remporte le prix Coup de coeur du public

16/11/2022 | Elsa Vecchi

Vous avez été nombreux à voter pour son pitch d'entreprise.

COP15: protéger l'environnement, c’est payant

02/12/2022 | François Normand

ANALYSE. La nature nous procure quatre services essentiels: l'approvisionnement, la régulation, le soutien, la culture.