Une grappe pour rallier le secteur de la construction

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mars 2019

Une grappe pour rallier le secteur de la construction

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mars 2019

Une des motivations pour créer une grappe était le désir de développer une stratégie nationale de la construction, comme il en existe dans d’autres secteurs. [Photo Getty Images]

LES GRANDS DE LA CONSTRUCTIONAnnoncée officiellement en août 2018, la mise en place à venir de la grappe de la construction est un projet qui remonte à 2016. Quel est l'objectif de sa création ? Qui est derrière le dossier et que reste-t-il à faire ? Profil de la grappe à venir.

Piloté par le Conseil du patronat du Québec (CPQ), le projet se fait en collaboration avec le ministère de l'Économie et de l'Innovation (MEI). Le Plan économique du Québec de mars 2018 avait d'ailleurs prévu 1,4 million de dollars sur cinq ans pour la création d'une grappe dans le secteur de la construction.

Lorsqu'elle verra le jour - son lancement devrait se faire cet été -, la grappe sera la onzième du Québec. Elle viendra donc s'ajouter à Aéro Montréal, Alu Québec, Bureau du cinéma et de la télévision du Québec, CargoM, Écotech, mmode, Montréal InVivo, Propulsion Québec, Finance Montréal et Techno Montréal.

Qui fait quoi ? Pour le moment, le CPQ dit être un fiduciaire de la démarche, un «chargé de projet» pour le gouvernement. Son rôle est ainsi d'organiser, de mobiliser et de consulter les parties prenantes en vue de livrer un rapport au Ministère qui servira à guider les premiers mois d'existence de la grappe. Les premières discussions ont eu lieu il y a trois ans.

Jusqu'à présent, quatre chantiers de réflexion ont été organisés. Les deux premiers ont eu lieu à Québec et à Montréal, les 4 et 5 décembre 2018. Il était question de cerner les principaux enjeux du milieu. Les deux autres chantiers ont eu lieu les 28 et 30 janvier dernier. Ils avaient pour objectif d'échanger sur les rôles de la future grappe ainsi que sur ses dossiers prioritaires, sa gouvernance, sa structure organisationnelle et ses modes de financement.

L'analyse de ces informations s'est poursuivie quelques semaines après le début du mois de février, à la suite de quoi a été déposé au gouvernement un rapport faisant état des conclusions de ces chantiers. Les étapes suivantes seront de nature plutôt administrative et stratégique. Le gouvernement et les acteurs du milieu devront ainsi créer l'entité juridique de la grappe, un OSBL, puis composer son conseil d'administration, constituer ses règlements généraux, mettre en place son portefeuille de projet et solliciter du financement.

Pourquoi une grappe ?

Trois éléments ont motivé la mise en place de la grappe. Le premier est la taille de l'écosystème qui regroupe tous les acteurs de la construction. «Nous avons fait une étude et nous avons réalisé que le secteur de la construction est le quatrième plus grand secteur économique du Québec, qui contribue pour 13 % au PIB . Ça, c'est sans parler des 269 500 emplois directs et de presque autant d'emplois indirects», dit Benjamin Laplatte, le vice-président des affaires publiques et communications au CPQ.

La seconde motivation était le besoin ressenti par le milieu d'avoir un forum pour discuter de ses défis, occasions et menaces. «C'est une industrie qui manque par exemple de collaboration et qui enregistre un retard de productivité, dit M. Laplatte. Mais elle n'a pas de lieu de dialogue pour définir des pistes de solution. Il fallait agir.»

La troisième motivation était le désir de développer une stratégie nationale de la construction, comme il en existe dans d'autres secteurs, comme celle de l'aérospatiale ou du développement de l'aluminium.

«Il faut qu'il y ait une prise de conscience des enjeux de l'industrie, dit M. Laplatte. De là l'importance de la grappe.»

Secteur de la construction en chiffres

62 % des employeurs comptent moins de cinq employés
34 672 mises en chantiers (2017)
2,6 % de croissance annuelle moyenne depuis 2000, contre 1,6 % pour l’économie
19 % des travailleurs ont 55 ans et plus et sont susceptibles de prendre leur retraite dans les 10 prochaines années

Source : Création d’une grappe dans le secteur de la construction – Chantiers de réflexion, ministère de l’Économie et de l’Innovation, 2019.


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Décarboniser les vieux bâtiments

Édition du 11 Mars 2020 | Simon Lord

INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION. Le secteur des bâtiments contribue à 14 % des émissions de gaz à effet de serre (GES)...

Viser le zéro déchet sur les chantiers

Édition du 11 Mars 2020 | Simon Lord

INDUSTRIE DE LA CONSTRUCTION. La construction et la rénovation de bâtiments, aussi écologiques soient-ils, génèrent...

OPINION L'écoconstruction pour tonifier sa région
Édition du 11 Mars 2020 | Simon Lord
Une tablette pour la grappe de la construction?
Édition du 11 Mars 2020 | Simon Lord
À la une: l'herbe est-elle vraiment plus verte en banlieue?
Édition du 11 Mars 2020 | Les Affaires

À la une

«On a rebondi en Chine grâce à la discipline», dit un dirigeant de Savaria

27/03/2020 | François Normand

Son usine de Huizhou, au nord de Hong Kong, a rouvert et a reparti sa production, sans que personne ne soit malade.

«On ne lâche pas»

27/03/2020 | Marine Thomas

En ces temps durs, nos journalistes en télétravail sont au front pour vous offrir la meilleure information possible.

Le plan d'aide d'Ottawa bien reçu

Mis à jour le 27/03/2020 | La Presse Canadienne

Le gouvernement Trudeau ne semble pas se fixer de plafond devant l'ampleur des fonds nécessaires en ces temps de crise.