La vie après ChatGPT

Publié le 06/02/2023 à 08:02

La vie après ChatGPT

Publié le 06/02/2023 à 08:02

Par Hugues Foltz

ChatGPT fait clairement partie de cette nouvelle ère de démocratisation technologique sans précédent. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Si votre fil d’actualité des dernières semaines ressemble un peu au mien, alors vous être sans doute familiers avec le buzz technologique de l’heure, ChatGPT! Impossible pour moi de ne pas parler de ce fameux logiciel qui fait des remous un peu partout autour du globe. 

Pour ceux qui ne seraient pas encore au parfum, ChatGPT (Generative Pretrained Transformer) est un agent conversationnel lancé en novembre dernier par l’entreprise californienne OpenAI, également connue pour leur populaire générateur d’images DALL-E.  

Moins d’une semaine après sa sortie, ChatGPT avait déjà franchi le cap du million d’utilisateurs, un engouement totalement justifiable si l’on considère ses prouesses en matière de rédaction de contenu. À l’aide d’une simple demande, l’outil peut vous expliquer les rudiments de la physique quantique, proposer des idées pour un mariage ou répondre à des questions d’examen — le tout en généralement moins d’une minute. Qui plus est, loin de se limiter aux réponses factuelles, ChatGPT est en mesure de rédiger des textes créatifs comme des articles d’opinion, des scripts de films et même de la poésie, parfois à s’y méprendre.  

Mais ce qui rend ChatGPT aussi révolutionnaire, c’est sa facilité d’utilisation et sa grande accessibilité à tous. En effet, même ceux qui n’y connaissent rien en technos ou en IA parviennent désormais à se servir de l’application en un rien de temps et, pour l’instant, sans payer un seul sou.  

ChatGPT fait clairement partie de cette nouvelle ère de démocratisation technologique sans précédent, capable de perturber une panoplie de secteurs socioéconomiques en un claquement de doigts. Pour moi, il s’agit de la preuve irréfutable que l’intelligence artificielle n’est plus une alternative irréaliste ou inatteignable, réservée aux ingénieurs et aux boîtes de T.I., comme on l’a longtemps cru. 

Et pour les entreprises, qu’est-ce que ça implique? Difficile de ne pas anticiper l’impact monumental qu’aura une telle technologie sur le marché du travail. Déjà, nombre d’industries surfent sur la vague ambitieuse du dialogueur, attirées par la pléthore de possibilités qu’offrent ses 175 milliards de paramètres. Sa polyvalence, sa rapidité et sa qualité de rédaction en font un outil attrayant, voire indispensable. Après tout, l’intelligence artificielle est largement utilisée pour optimiser des secteurs d’emploi dépendants de la main-d’œuvre humaine et ChatGPT n'y fait pas exception. 

Pour le domaine du service à la clientèle, où les agents conversationnels sont monnaie courante, ChatGPT n’est que la suite logique dans cette grande équation. La technologie « humanoïde » sera surtout utilisée pour améliorer la communication et la collaboration avec les clients, mais également entre les employés. Il deviendra beaucoup plus simple d’offrir de l’assistance technique jour et nuit, de répondre aux commentaires et aux questions, de prendre des décisions d’affaires automatisées et d’avoir des interactions plus significatives avec les utilisateurs.  

Création de contenu marketing ciblé, session de brainstorming, saisie de données, traduction et adaptation de textes, génération de prédictions basées sur l’apprentissage automatique… Vraiment, rien n’est trop beau pour ceux qui savent tirer profit de l’IA et tourner la situation à leur avantage.  

Avec une application de la sorte, on peut automatiser des tâches fastidieuses comme la rédaction de rapports, mais aussi améliorer la qualité et la précision des données dans les entreprises (trier les courriels, identifier les informations importantes dans des documents et générer des résumés). Elle est également bien utile quand vient le temps de créer du code informatique dans différents langages de programmation. 

Cela étant dit, est-ce que ChatGPT risque de remplacer certains emplois ou de tout simplement saturer le marché? Ça reste à voir. Comme avec toute technologie, nous assisterons inévitablement à une transformation de la main-d’œuvre et de l’écosystème économique dans lequel nous évoluons, qu’on le veuille ou non.  

Cependant, prenez en considération que les modèles d'intelligence artificielle ont des limites et nécessitent de nombreux entraînements et ajustements pour atteindre des niveaux de performance idéaux. OpenAI reconnaît d’ailleurs les lacunes actuelles de leur logiciel, comme le potentiel de générer des informations incorrectes ou discriminatoires, et admet que ChatGPT a une connaissance restreinte des événements après 2021 (l’année où l’application a été entraînée).  

Rappelons que ChatGPT n'est pas réellement capable de pensée innovante ou de créativité : il ne s’agit que d’un robot entraîné à partir de données et d’instructions déjà existantes et ne peut donc pas fournir la profondeur d’un employé en chair et en os. En dépit de ses capacités, aussi bluffantes soient-elles, l’application ne peut prendre des décisions éthiques et morales, comprendre les nuances linguistiques et les contextes sociaux, ni saisir les besoins des clients. 

Ne sous-estimez jamais la valeur de l'originalité et de la créativité humaine, qui n’ont pas encore été détrônées par quelque technologie que ce soit, mais ne passez pas non plus à côté d’une si belle opportunité de vous plonger dans le monde merveilleux de l’intelligence artificielle!  

 

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?