Attirer la relève sur les verts

Publié le 20/03/2024 à 11:31

Attirer la relève sur les verts

Publié le 20/03/2024 à 11:31

Par Claudine Hébert

La relève ne se limite pas aux joueurs juniors, mais à toutes les personnes qui se retrouvent sur un terrain pour la première fois. (Photo: 123RF)

INDUSTRIE DU GOLF. En moins de cinq ans, gracieuseté de la COVID-19, les clubs de golf de la province du Québec ont enregistré une hausse de clientèle d’au moins 30 %. Bien que cette cadence se soit maintenue en 2023, la plupart des dirigeants de parcours savent que leur principal défi demeure très présent : être capable de renouveler la clientèle.

« Aujourd’hui, la relève sur les parcours de golf ne se limite pas qu’aux joueurs d’âge junior. Ce sont tous les joueurs, peu importe leur âge, que le club parvient à attirer sur ses allées que l’on considère comme la relève », soutient Nadia Di Menna, présidente du chapitre québécois de l’Association nationale des propriétaires de terrains de golf du Canada (ANPTG).

La pandémie a, certes, permis à l’ensemble des parcours de golf de la province de renouer avec les foules. Le club de golf Le Versant, à Terrebonne, dont elle a pris les rênes, est passé d’une moyenne de 80 000 parties par année à plus de 100 000 au cours de la pandémie. Une clientèle que Nadia Di Menna ne considère pas pour autant acquise.

Afin de conserver cette affluence, le complexe golfique de Terrebonne revoit complètement la signature de ces parcours. Rappelons qu’une partie du vaste terrain de l’entreprise (l’équivalent de neuf trous) qui jouxte l’autoroute 640 a été vendu en décembre dernier pour une somme de plus de 80 millions de dollars (M$). Cette vente a justement fait l’objet du classement des 10 plus importantes transactions commerciales de l’année 2023 Les Affaires-JLR.

Grâce à cette transaction, le complexe a entamé des travaux majeurs sur une bonne partie de son domaine. « Il y aura au total 63 trous. Soit deux parcours de championnat de 18 trous, un parcours de 18 trous de normale trois, ainsi qu’un parcours exécutif de neuf trous incluant des normales trois et quatre », explique la dirigeante.

Ces travaux, qui doivent être exécutés d’ici juin, ont permis de nettoyer les sous-bois, de réduire les espaces avec herbes longues, d’agrandir la plupart des verts et surtout d’ajouter de nouveaux jalons de départ. « Les deux parcours de championnat auront chacun six jalons pour répondre à tous les calibres de jeu », indique Nadia Di Menna.

En 2024, insiste la présidente du chapitre québécois de l’APTNG, il est important d’offrir du plaisir sur un terrain de golf. « Nos nouveaux aménagements vont ainsi diminuer les pertes de balles de golf… et surtout le temps que prenaient les golfeurs pour les chercher », avise la gestionnaire.

 

Les capsules de Joe

Jonathan Salvas, directeur général de Golf Matha, dans Lanaudière, tient également le même discours. « Pour attirer et retenir une nouvelle clientèle, il faut continuer de faciliter le jeu, en plus d’en démocratiser la pratique. J’adore que certains clubs conservent leurs traditions vestimentaires. Ça en prend. Mais, si le golf veut survivre, il faut offrir une industrie plus éclatée », soutient le jeune dirigeant de 45 ans.

Depuis trois ans, Jonathan Salvas produit, chaque saison, près d’une dizaine de capsules vidéo « Golf-tu ? » qu’il diffuse sur le Web. Des capsules où son personnage de Joe Salvas aborde entre autres comment choisir son équipement, comment respecter les règles du jeu, sans oublier l’éthique sur le terrain. « Ma capsule où j’encourage les clients à réparer leurs divots [marques sur le terrain] a été l’une des plus regardées. D’ailleurs, plusieurs clubs l’ont republiée sur leur page Facebook », signale le gestionnaire de Golf Matha.

D’autre part, aucun risque que ce dirigeant sermonne sa clientèle dont la tenue vestimentaire déroge aux traditions du golf. « Chez nous, pas question de mesurer la longueur des bermudas, ni d’interdire le port d’un t-shirt. Même la casquette yo ! est acceptée. Sans imposer un code vestimentaire à la lettre, on demande seulement à nos clients de se présenter avec des vêtements qui respectent un minimum d’éthique », dit-il. Ce qui est très apprécié par la clientèle 25-40 ans.

Enfin, Jonathan Salvas reconnaît qu’un de ses meilleurs coups s’adresse tout de même aux joueurs d’âge junior. Depuis l’été dernier, son club accueille gratuitement tous les jeunes joueurs âgés de 17 ans et moins qui sont accompagnés par un adulte. « Il y a quatre ans, c’est à peine si nous avions 200 juniors qui venaient fouler nos allées. L’été dernier, ce sont plus de 800 jeunes et adolescents qui ont joué sur notre parcours. Jamais dans l’histoire du club, fondé par mon grand-père, il n’y aura eu autant de jeunes sur le terrain au cours d’une même saison. »

Sur le même sujet

Harmonie sur le «green»

08/05/2024 | Les Affaires

INDUSTRIE DU GOLF. Il s’agit d’un niveau supérieur pour ce partenariat, qui a d’abord vu le jour en 2021.

Des «bidous» pour les «birdies» en Estrie

08/05/2024 | Les Affaires

INDUSTRIE DU GOLF. L'aide financière devrait assurer la consolidation d'attraits touristiques.

À la une

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

Il y a 42 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour il y a 25 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

«Nvidia a encore défié la gravité»

Mis à jour le 22/05/2024 | AFP

L’élan donné par l’IA générative ne se dément pas.