Essences Zen: des produits naturels à petits prix

Publié le 16/02/2024 à 14:39

Essences Zen: des produits naturels à petits prix

Publié le 16/02/2024 à 14:39

Par Dominique Talbot

Caroline Boyer Laquerre n'a pas laissé la forte concurrence freiner son projet d'entreprise. (Photo: Facebook)

FOCUS ESTRIE. Quitter une carrière bien lancée en comptabilité pour démarrer sa propre entreprise de bio cosmétique. C’est le pari qu’a décidé de relever Caroline Boyer Laquerre en 2020 avec son entreprise Essence Zen. Et par le fait même, se frotter à des marques plusieurs fois milliardaires. 

Ce n’était certainement pas la forte concurrence qui allait empêcher l’entrepreneuse d’aller de l’avant avec son projet d’entreprise. Trois ans plus tard, ses produits naturels sont distribués dans 18 points de vente, à Granby, où elle a aussi sa seule boutique, mais aussi ailleurs en Estrie, en Montérégie, à Montréal, dans le Centre-du-Québec et dans le Bas-Saint-Laurent. 

Entre la première et la deuxième année, la croissance des revenus de l’entreprise a été de 100 %, dit Caroline Boyer Laquerre. Ensuite, entre 2021 et 2022, le chiffre d’affaires a augmenté de 50 %. Cette année, si la tendance se maintient, la hausse sera encore de 50 %. Pour le moment, pour des raisons stratégiques, la jeune entrepreneuse souhaite garder les montants confidentiels. 

« J’ai tendance à freiner la croissance, car parfois, on lève le pied parce qu’on sait qu’on veut aller plus vite par la suite et que des choses doivent être structurées pour supporter cette croissance, explique-t-elle. Pour 2023, c’est une estimation pessimiste. Car avec ma nouvelle image de marque, qui vient tout juste d’être lancée, ça pourrait exploser rapidement. » 

Aussi, des négociations en cours avec une grande chaîne québécoise pour la vente de ses produits pourraient bien changer la donne si celles-ci débouchaient sur une entente.

 

Se soucier de la santé de sa clientèle, et de son portefeuille

Entre sa première carrière de comptable et celle d’entrepreneure, Caroline Boyer Laquerre ne travaille certainement pas moins. Mais sa mission, elle, s’est alignée plus près de ses valeurs de vie. 

« [En comptabilité] on était toujours en train de réduire les effectifs pour gagner en profitabilité. Mais bien des fois, la profitabilité est déjà bien présente. Couper et surcharger les effectifs ne correspondaient pas à mes valeurs. Et j’avais quand même une grosse équipe sous mon aile », dit l’entrepreneuse.

Le genre de situation qui l’a menée à un épuisement professionnel. Et une forme de crise existentielle. « J’avais toujours l’impression de les mettre sous pression. Et de leur enlever de la qualité de vie. J’avais envie de bâtir une entreprise qui correspondait davantage à mes idéaux », poursuit-elle.

 

Essence Zen était née

De ces problèmes de santé, Caroline Boyer Laquerre a découvert l’univers des produits naturels. En prenant des formations, elle a « réalisé tout ce qu’on mettait sur notre peau et qui pouvait nuire à notre santé. »

Elle s’est ensuite rendu compte, en achetant des bio cosmétiques, que « ça coûtait un bras une jambe ». « Je me suis dit : “Ça ne se peut pas. Surtout qu’on nous dit que c’est naturel, pas transformé.” Je veux bien que le bio soit plus cher, mais je trouvais qu’on abusait un peu dans le milieu », dit-elle. 

Son prix moyen est de 24 $. « Bien des gens m’ont dit que je pouvais vendre pas mal plus cher. Je vois que je peux offrir des produits de bonne qualité à un prix raisonnable. Une cliente me disait récemment qu’elle était contente de pouvoir s’acheter deux produits chez moi, et non un seul. » 

Résultat : ses produits font de plus en plus leur chemin en Estrie, et en dehors. Sa clientèle est fidèle. La popularité est suffisante pour avoir décidé cette année de protéger la propriété intellectuelle d’Essence Zen. Sa fondatrice rêve d’une percée européenne, mais en attendant, elle souhaite positionner sa marque aux quatre coins du Québec dans les cinq prochaines années.

Dans la foulée, pourquoi ne pas apporter une touche d’innovation ? C’est en se posant cette question qu’elle a décidé de lancer une consigne avec ses contenants de verre. Un geste de plus, pour elle, afin de concilier le mieux-être avec les questions environnementales.

Les réseaux de pharmacies, là où la clientèle se dirige en grande partie pour acheter des produits de soins corporels, semblent être des endroits tout indiqués pour consolider cette idée. En ce moment, elle le fait uniquement à sa boutique.

« On le fait beaucoup avec les bouteilles et les cannettes, fait remarquer la jeune femme d’affaires. Pourquoi ne pourrait-on pas le faire avec les produits cosmétiques ? »

 

Cet article a intialement été publié dans l'édition papier de Les Affaires du 11 octobre 2023.

 


Abonnez-vous gratuitement aux infolettres de Les Affaires et suivez l’actualité économique et financière au Québec et à l’international, directement livrée dans votre boîte courriel.

Avec nos trois infolettres quotidiennes, envoyées le matin, le midi et le soir, restez au fait des soubresauts de la Bourse, des nouvelles du jour et retrouvez les billets d’opinion de nos experts invités qui soulèvent les enjeux qui préoccupent la communauté des affaires.

Sur le même sujet

Fiscalement parlant, travailler ou prendre sa retraite?

03/05/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO

Plusieurs éléments doivent être pris en compte afin de passer ce moment en toute tranquillité d’esprit.

Vous pensez aller vivre en région éloignée? Le fisc vous tend la main

26/04/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO

Les citoyens qui habitent ces régions sont susceptibles d’avoir accès à plusieurs déductions et crédits.

OPINION «Bye bye boss»: l'ABC du travail à son compte
12/04/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO
Des crédits d'impôt à ne pas oublier
05/04/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO
Louer le chalet pour joindre les deux bouts
29/03/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO

À la une

Un gouvernement du RN menacerait nos entreprises en France

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.