Une entreprise qui se protège gagne en valeur


Édition du 21 Septembre 2022

Une entreprise qui se protège gagne en valeur


Édition du 21 Septembre 2022

Par Céline Gobert

En 2019, un peu plus de six entreprises sur dix (67,4 %) ont fait appel aux services de cabinets d’avocats au sujet de la PI, indique l’Institut de la statistique du Québec. (Photo: 123RF)

DROIT DES AFFAIRES. On a déjà vu des entrepreneurs passionnés, se démenant depuis deux ans à lever des fonds et à faire connaître leur bébé d’une ronde de financement à une autre, recevoir une mise en demeure… une fois qu’ils connaissent enfin le succès. Ce qu’on leur reproche ? D’avoir utilisé un nom ou un logo trop similaire à celui d’un concurrent, qu’ils doivent alors modifier. 

« C’est catastrophique, et c’est arrivé à beaucoup d’entrepreneurs québécois, explique Me Vincent Bergeron, associé du cabinet ROBIC, spécialisé en propriété intellectuelle (PI). Si vous n’avez pas enregistré votre marque de commerce auprès de l’Office de la propriété intellectuelle, le risque est que quelqu’un qui en détient déjà une vous réclame des dommages et intérêts et veuille faire cesser vos activités sous le nom que vous utilisez. »

En plus de lui accorder les droits exclusifs de sa marque partout au Canada, une marque de commerce permet à l’entrepreneur de protéger ses produits et services contre les imitations, ainsi que de porter plainte, s’il y a lieu, pour contrefaçon en vertu de la Loi sur les marques de commerce.

Malheureusement, beaucoup d’entre eux tiennent encore pour acquis qu’une inscription au Registraire des entreprises suffit à les protéger. « Quand on leur dit qu’ils ne le sont pas, ils tombent de leur chaise », constate Me Bergeron.

Au-delà de la marque de commerce, d’autres « branches » de la PI sont tout aussi importantes : le droit d’auteur, qui vise à préserver l’intégrité des œuvres originales, le brevet d’invention, qui assure l’exclusivité d’une invention pour une durée limitée, ou encore le dessin industriel, qui protège des représentations visuelles originales d’objets. Pour chacun de ces domaines, une utilisation judicieuse de la PI dépendra du contexte et du plan d’affaires de l’entreprise. 

C’est là que les avocats entrent en scène.

 

L’essentielle stratégie PI

En 2019, un peu plus de six entreprises sur dix (67,4 %) ont fait appel aux services de cabinets d’avocats au sujet de la PI, indique l’Institut de la statistique du Québec.

En plus de jouer un rôle d’accompagnateur et de vérificateur juridique, un avocat fera bénéficier un entrepreneur d’une stratégie en PI sur mesure et évolutive. « Je ne dissocie pas le travail de conseil de celui de stratège », indique Me Chantal Desjardins, associée et agente de marques de commerce chez Lavery.

Elle souligne que l’avocat doit avoir une conversation approfondie avec le client à ce sujet. « Quelles sont ses activités ? Sur quel territoire va-t-il opérer ? Sera-t-il sur Internet ? Qu’est-ce qu’il a sur la table dans trois, cinq, six ans ? On essaie de voir ce qui est porteur en matière d’actifs pour l’entreprise, explique-t-elle. De mettre le doigt sur ses “bijoux” et de déterminer comment on peut les protéger. »

Malheureusement, plusieurs entrepreneurs sacrifient cette étape stratégique, véritable levier vers une croissance rapide. « Ce qu’on voit souvent, ce sont des entreprises qui connaissent un beau succès local, mais éprouvent des difficultés à l’exporter à l’international, observe pour sa part Me Bergeron. L’absence de stratégie de PI les limite ; les fondateurs vont être bloqués dans certaines juridictions ou se feront copier. »

Certains attendent de voir si leurs produits ou services seront un succès avant de se protéger. La question des coûts élevés sert d’excuse à d’autres. Pourtant, devoir faire la preuve de ses droits ou se défendre en cour peut en fin de compte coûter dix fois plus cher.

« Dépenser de l’argent pour protéger sa PI, c’est un investissement, estime Me Chantal Desjardins. Dans le cadre d’une vérification diligente, lorsqu’une institution financière détermine la valeur d’une entreprise, mieux elle est protégée en matière de PI, plus cela sera sécurisant pour de potentiels investisseurs. Ça montre qu’elle a fait ses devoirs. »

La PI va donc jouer un rôle de création de valeur et permettre d’obtenir des financements plus importants, de retarder l’arrivée de compétiteurs sur le marché ou encore de monnayer les technologies grâce à l’octroi de licences à des tiers.

« Les revenus ou la marge de profits, ce sont de bons indicateurs objectifs, mais la valeur subjective de la PI pour un acheteur précis, qui est à la recherche d’une technologie spécifique pour complémenter son offre et la faire croître, peut faire décupler la valeur d’une entreprise », avance Me Bergeron.

Le tout d’une manière qui ne répond à aucune formule mathématique ou norme comptable en matière d’évaluation, dit-il. C’est encore là que les avocats entrent en scène. « Il faudra faire affaire avec des gens spécialisés dans le domaine, qui pourront regarder la portée précise d’un brevet d’invention ou la facilité de celui-ci à être contourné. » 

Sur le même sujet

2021: fort rebond des fusions et acquisitions

10/10/2022 | Jean-François Venne

GRANDS DU DROIT. Les cabinets d’avocats ont dû trimer dur pour répondre à la demande.

De nouvelles expertises très recherchées

10/10/2022 | Jean-François Venne

GRANDS DU DROIT. Au menu: technologies numériques, le virage vers la finance durable et de nouvelles réglementations.

OPINION S'adapter pour conserver la relève
10/10/2022 | Jean-François Venne
Fasken reste en forte croissance
10/10/2022 | Jean-François Venne
Un nouvel associé directeur chez Norton Rose Fulbright
10/10/2022 | Jean-François Venne

À la une

Ottawa cède la protection de près d'un million de kilomètres carrés aux Autochtones

Il y a 55 minutes | La Presse Canadienne

Ces ententes prévoient des investissements pouvant atteindre 800 millions de dollars sur sept ans.

Antonio Guterres appelle à une réforme du système financier

Le secrétaire général des Nations unies a demandé aux institutions financières de revoir leurs modèles d’affaires.

Les négociations difficiles commencent à la COP15 de Montréal

Le texte sur les objectifs de conservation débattu par les délégués contient plus d’incertitudes que de libellé convenu.