Air Canada: des investiseurs inquiets, des analystes confiants

Publié le 19/01/2024 à 12:02

Air Canada: des investiseurs inquiets, des analystes confiants

Publié le 19/01/2024 à 12:02

Par Jean Gagnon
Un avion d'Air Canada

Le titre d'Air Canada tente de se reprendre en mains après une sévère culbute qui a vu le cours de l’action passer de 26$ à 16$ en trois mois entre juillet et octobre. (Photo: 123RF)

La BOUSSOLE BOURSIÈRE est une rubrique qui traite d’un événement marquant et de son effet sur le marché boursier en s’appuyant sur l’analyse d’experts. Cette analyse pourra être autant fondamentale que technique.


(Illustration: Camille Charbonneau)

 

Depuis novembre, le titre d'Air Canada tente de se reprendre en mains après une sévère culbute qui a vu le cours de l’action passer de 26$ à 16$ en trois mois entre juillet et octobre. De cette situation nettement survendue, le titre a amorcé une reprise qui semble réjouir les analystes fondamentaux qui suivent l’état et les perspectives du marché du transport aérien.

D’un oeil plus technique toutefois, cette reprise constitue un joli début de tendance, mais elle demeure néanmoins non-significative tant que le titre n’aura pas réussi à surpasser sa moyenne mobile de 200 jours (ligne grise), explique Monica Rizk, analyste technique senior pour les publications Phases & Cycles.

 

«Ce n’est que lorsque le cours de l’action excédera 21$ que la situation deviendra vraiment intéressante», dit-elle. Pour l’instant, le titre semble en quelque sorte pris en sandwich entre ses moyennes mobiles de 50 jours (ligne noire) et de 200 jours. On peut croire que le cours de l’action est possiblement engagé dans une période de consolidation entre 16$ et 20$ qui pourrait durer quelques temps, souligne-t-elle.

 

Des investisseurs trop pessimistes

Les investisseurs ont une vue beaucoup trop pessimiste envers les perspectives d’Air Canada à un mois de la divulgation de ses résultats du 4e trimestre, le 16 février, confiait récemment Cameron Doerksen, analyste à la Financière Banque Nationale, à David Leeder du Globe and Mail. Dans une note à ses clients, Doerksen souligne que les investisseurs s’inquiètent du risque grandissant d’une récession au Canada, des résultats de ses négociations avec ses pilotes, d’une hausse de ses dépenses en capital au cours des prochaines années, ainsi que d’une augmentation de la concurrence.

Même si ces inquiétudes s’avéraient fondées, l’évaluation boursière du titre reflète déjà cette vision extrêmement pessimiste des perspectives du transporteur aérien, selon l’analyste. Le titre montre actuellement une sous-performance significative comparativement à ses concurrents, estime-t-il.

Il croit que la principale préoccupation des investisseurs envers Air Canada est la durabilité de la demande et des prix devant les contraintes financières grandissantes des consommateurs alors que le risque de récession persiste. Pour sa part, il croit pourtant que la demande pour le transport aérien au Canada se maintient très bien.

 

Un sondage probant

La même impression se dégage des propos de Fadi Chamoun, analyste à BMO Marchés des capitaux. Ils ont mené une enquête tout récemment auprès de 750 voyageurs canadiens, et 85% des répondants disaient prévoir voyager au moins autant sinon plus cette année qu’en 2023.

De ces répondants, 78% affirmaient qu’ils choisiraient Air Canada comme transporteur parmi les 12 choix qui s’offrent à eux. Nul doute que cela souligne le fossé qui existe entre Air Canada et ses concurrents sur le marché canadien, souligne l’analyste.

Autant Chamoun que Doerksen émettent des recommandations de «surperformance» pour le titre au cours des prochains 12 mois. Leurs cours cible se situent respectivement à 32$ et 31$.

 

Sur le même sujet

À surveiller: Air Canada, BRP et Cascades

01/04/2024 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres d'Air Canada, BRP et Cascades? Voici quelques recommandations d’analystes.

Des visions opposées sur l’accessibilité du réseau aérien au Canada

De multiples incidents impliquant des compagnies aériennes canadiennes sont survenus au cours de la dernière année.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.