Pourquoi le Canada ne fabrique pas son lait maternisé?

Publié le 19/04/2023 à 11:51

Pourquoi le Canada ne fabrique pas son lait maternisé?

Publié le 19/04/2023 à 11:51

Par La Presse Canadienne

Le Canada dépend entièrement des importations pour nourrir les bébés qui ne sont pas allaités. (Photo: La Presse Canadienne)

Ottawa — Si les préparations pour nourrissons sont devenues une sorte d’or liquide pour les parents stressés par les rayons vides des magasins cette année, le Canada est peut-être assis sur un trésor potentiel — si seulement il pouvait transformer les éléments de base.

Il existe un surplus du principal ingrédient des préparations pour nourrissons, mais en l’absence de capacité de transformation, les producteurs laitiers affirment qu’une grande partie est soit gaspillée, soit vendue à bas prix comme nourriture pour animaux.

Cette matière, appelée «solides non gras», est essentiellement ce qui reste du lait de vache cru une fois qu’il a été transformé et que la matière grasse a été retirée pour être utilisée dans d’autres produits tels que le beurre.

«Il y a relativement plus de demandes pour la matière grasse du beurre que pour les solides non gras», a déclaré Mathieu Frigon, le président de l’Association des transformateurs laitiers du Canada.

On ne peut pas dire à une vache: «Ne produis que de la matière grasse du beurre, mais pas d’extraits solides non gras».

Par conséquent, environ 19% de la production canadienne est considérée comme étant en surplus. Il est soit jeté, soit vendu à des marchés de moindre valeur pour l’alimentation animale, soit donné à des banques alimentaires, a déclaré la Commission canadienne du lait dans un communiqué.

Ce problème n’a fait que s’aggraver au cours des cinq ou six dernières années, selon M. Frigon, car la demande de matière grasse pour le beurre a augmenté, ce qui n’a pas été le cas pour le reste.

Le Canada en a tellement que dans le budget fédéral de 2023, le gouvernement a mis de côté 333 millions de dollars (M$) pour aider l’industrie laitière à trouver une solution à ce problème.

Les solides non gras sont traditionnellement utilisés pour fabriquer du lait écrémé, des yaourts grecs, certains fromages et des produits tels que les protéines en poudre. C’est également le principal ingrédient des préparations pour nourrissons, dont l’offre se raréfie au Canada depuis plus d’un an.

Dépendance aux importations

Cette pénurie a débuté lorsqu’une usine américaine qui fabriquait une grande partie du lait maternisé canadien a fermé ses portes pendant plusieurs mois à la suite d’un rappel de produits en février 2022.

Elle a rouvert quatre mois plus tard, mais n’a toujours pas atteint sa pleine capacité.

Il y avait auparavant des usines au Canada, mais au fil du temps, elles ont traversé la frontière. Aujourd’hui, le pays dépend entièrement des importations pour nourrir les bébés qui ne sont pas allaités.

Selon Santé Canada, si l’offre de lait maternisé est suffisante au Canada, toutes les marques ne sont pas disponibles. Les marques les moins chères sont particulièrement rares.

Pour transformer les solides non gras en lait maternisé, il faut les traiter spécialement pour qu’ils soient faciles à digérer par les petits estomacs.

Les fabricants sont intéressés par la possibilité de fabriquer à nouveau du lait maternisé au Canada, mais l’organisme Food, Health and Consumer Products of Canada estime que les règles sont si strictes qu’il est difficile de justifier l’investissement.

«Nous disposons des ingrédients que nous pourrions utiliser, mais il est vraiment prohibitif pour un fabricant d’investir au Canada», a déclaré Michi Furuya Chang, vice-présidente de la politique publique et des affaires réglementaires du groupe industriel.

Selon elle, il faut beaucoup de temps à Santé Canada pour approuver les formules à distribuer au Canada par rapport aux États-Unis — dans certains cas, il faut quatre fois plus de temps.

«Nous demandons un système réglementaire efficace, mais bien sûr basé sur le risque et modernisé ici au Canada, afin d’encourager l’investissement dans la fabrication, de la ramener au pays et d’aider l’industrie à se développer, à innover et à être compétitive en utilisant les ingrédients que nous avons en abondance ici au Canada», a-t-elle déclaré, ajoutant que les discussions avec le gouvernement ont été très positives.

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, estime que la transformation des préparations pour nourrissons est un objectif important pour consolider l’approvisionnement du Canada, mais que cela ne se fera pas de sitôt.

«La mise en place d’une usine sûre et solide prend beaucoup de temps. Nous ne pouvons donc pas attendre aussi longtemps pour que les préparations pour nourrissons soient accessibles au Canada», a mentionné M. Duclos lors d’une entrevue la semaine dernière.

Canada Royal Milk a installé une usine de production de lait maternisé à Kingston, en Ontario. L’entreprise a été créée par Feihe International, le plus grand producteur de lait maternisé pour nourrissons et jeunes enfants en Chine.

L’entreprise a déposé une demande d’autorisation auprès de Santé Canada à l’été 2022 et attend toujours une réponse. Elle prévoit d’exporter ses produits, mais se concentrera d’abord sur la distribution au Canada.

En attendant, Santé Canada importe temporairement 70 préparations pour nourrissons différentes en provenance de pays appliquant des normes de qualité et de fabrication similaires à celles du Canada.

L’Accord Canada–États-Unis–Mexique

Pour sa part, la Commission canadienne du lait a indiqué que l’industrie ne ménageait aucun effort pour s’assurer qu’aucun des produits laitiers présents au Canada ne soit gaspillé.

Selon Tyler McCann, directeur général de l’Institut canadien des politiques agroalimentaires, le Canada expédiait des produits laitiers solides et non gras au Mexique. Cela a changé avec la signature du nouvel accord commercial entre le Canada, les États-Unis et le Mexique.

«Le marché mexicain que les exportateurs canadiens ont découvert est un marché qui était occupé par les Américains, et ces derniers n’ont pas apprécié que nous leur enlevions ce marché», a-t-il ajouté.

Des plafonds similaires s’appliquent également aux exportations en vrac de lait maternisé, a ajouté M. Frigon, ce qui constitue un autre obstacle à la fabrication nationale.

Selon lui, la solution la plus simple consiste à construire des usines de transformation pour fabriquer des produits tels que le lait maternisé, mais il est également possible de développer de nouveaux produits.

«Il existe également un nouvel espace, en particulier dans le domaine des produits de santé, où l’on peut utiliser ces protéines et ces isolats de protéines pour fabriquer de nouveaux produits à valeur ajoutée plus innovants», a-t-il souligné.

Le fonds de 333M$ mis de côté par les libéraux dans le budget servira à rechercher ce qui pourrait être fait avec les restes de produits laitiers au cours des dix prochaines années, à aider à développer la capacité de transformation et à commercialiser les produits.

 

— Avec des informations de Camille Bains à Vancouver.

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street a rebondi

Mis à jour il y a 42 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a légèrement progressé lundi.

Bourse: les gagnants et les perdants du 22 avril

Mis à jour il y a 48 minutes | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Meta Platforms, 5N Plus et Lycos Energy

Mis à jour à 10:07 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Meta Platforms, 5N Plus et Lycos Energy ? Voici quelques recommandations d’analystes.