Bourse: Wall Street finit dispersée

Publié le 25/05/2023 à 10:03, mis à jour le 25/05/2023 à 18:13

Bourse: Wall Street finit dispersée

Publié le 25/05/2023 à 10:03, mis à jour le 25/05/2023 à 18:13

(Photo: Catherine Charron)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé jeudi, écartelée entre un secteur technologique inspiré par les prévisions flamboyantes du géant des processeurs Nvidia et le reste du marché, préoccupé par l’approche d’un possible défaut des États-Unis.

L’indice phare de la Bourse de Toronto a retraité de plus de 150 points, tiré vers le bas par les pertes des secteurs de l’énergie et des télécommunications.

 

 Pour (re)consulter les nouvelles du marché

Les indices boursiers à la fermeture

Suivre tous les marchés sur TradingView

Le contexte

La séance a été animée par Nvidia (NVDA, +24,37% à 379n80$ US), dont les prévisions ambitieuses pour le deuxième trimestre ont secoué toute la place.

Spécialiste des cartes graphiques, des processeurs devenus indispensables dans la course à l’intelligence artificielle (IA), le groupe de Santa Clara voit les investissements dans les centres données (data centers) atteindre mille milliards de dollars pour répondre aux nouvelles exigences de l’IA.

«Nvidia est devenu synonyme d’IA», a résumé l’analyste Rob Enderle, de Enderle Group. «Ils sont la seule entreprise qui offre une solution intégrale pour l’IA. Ils sont au bon endroit, au bon moment.»

En une journée, la société qui vient de fêter ses 30 ans a gagné plus de 180 milliards de dollars de valeur boursière et s’approche désormais des mille milliards de capitalisation, un cercle très fermé qui ne compte que cinq membres dans le monde.

Portés par la déferlante Nvidia, nombre de grands acteurs de l’IA, en particulier l’intelligence artificielle dite générative, ont été recherchés à Wall Street.

Les fabricants de semi-conducteurs AMD (AMD, +11,16% à 120,35$ US), Broadcom (AVGO, 7,25% à 728,80$ US) ou TSMC (TSM, +12,00% à 100,95$ US), taïwanais, mais coté à Wall Street, ainsi que Microsoft (MSFT, +3,85% à 325,92$ US) et Alphabet (GOOG, +2,23% à 124,35$ US), ont ainsi caracolé.

«Cela ressemble à ce qu’on voit depuis le début de l’année, avec des cours soutenus par la technologie et le potentiel de croissance de l’intelligence artificielle», a commenté Angelo Kourkafas, d’Edward Jones. «Pour certaines sociétés, dont Nvidia, c’est plus qu’une perspective, cela se traduit déjà dans les revenus et les bénéfices.»

La bataille de l’IA ne fera pas que des vainqueurs. Alors qu’une bonne partie de la tech était à la fête, le spécialiste de l’informatique à distance (cloud) Snowflake a dévissé (SNOW, -16,50% à 147,91$ US) après avoir fait état d’un ralentissement de la demande.

L’euphorie du secteur technologique ne s’est pas transmise au reste de la place new-yorkaise, toujours crispée par la crise de la dette, qui n’a encore enregistré aucune avancée majeure jeudi, à une semaine d’un possible défaut des États-Unis.

Les indicateurs du jour ont aussi confirmé la vigueur de l’économie américaine, loin du coup de frein qu’attend la banque centrale américaine (Fed).

La croissance américaine a été révisée en hausse pour le premier trimestre, à 1,3% en rythme annuel contre 1,1% annoncé initialement, et les inscriptions hebdomadaires au chômage sont ressortis en-deçà des projections des économistes.

«Les pressions inflationnistes demeurent, forçant les banques centrales à s’interroger sur de possibles nouvelles hausses de taux», estime Angelo Kourkafas.

Les opérateurs accordent désormais une probabilité de 50% à un nouveau relèvement par la Fed en juin, un scénario qu’ils écartaient presque totalement il y a un mois.

Ce contexte a provoqué une forte remontée des taux obligataires depuis plusieurs semaines. Jeudi, le rendement des emprunts d’État américains à 2 ans s’affichait à 4,53%, au plus haut depuis deux mois et demi, contre 4,37% la veille en clôture.

Cet environnement de taux élevé est mauvais pour les actions, car il réduit l’octroi de crédit et pèse sur l’économie.

À la cote, la chaîne de magasins de produits électroniques Best Buy a pris de la hauteur (BBY, +3,08% à 71,28$ US) après avoir publié un bénéfice net trimestriel supérieur aux attentes et confirmé ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice. La directrice générale, Corie Barry, a néanmoins reconnu que «les clients (se montraient) prudents et (faisaient) des arbitrages» dans leurs achats.

La compagnie American Airlines s’est envolée (AAL, +4,20% à 14,38$ US) après des déclarations du directeur financier Devon May, qui a estimé qu’une décision de justice annulant son partenariat avec JetBlue sur certains trajets dans le nord-est des États-Unis n’aurait pas d’impact sur les résultats du groupe.

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street ouvre en hausse après trois jours de pertes pour le S&P

Mis à jour à 09:45 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre dans le vert.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi 17 avril

Mis à jour à 08:19 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les résultats d'entreprises dans le viseur des marchés mondiaux.

OPINION Wall Street termine en ordre dispersé, résiste aux vents contraires
Mis à jour le 16/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi 16 avril
Mis à jour le 16/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Comment utiliser votre résidence comme un actif de retraite
Mis à jour le 15/04/2024 | Morningstar

À la une

Qu’est-ce qui empêche les équipes de demander de l’aide?

Les familles en affaires doivent surmonter leurs biais concernant un accompagnement pour améliorer l’harmonie au travail

Bourse: Wall Street ouvre en hausse après trois jours de pertes pour le S&P

Mis à jour à 09:45 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre dans le vert.

À surveiller: Corus entertainment, Barrick gold et Gildan

Il y a 23 minutes | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Corus entertainment, Barrick gold et Gildan? Voici quelques recommandations d’analystes.