Bourse: Wall Street clôture en baisse

Publié le 08/02/2023 à 09:41, mis à jour le 08/02/2023 à 18:05

Bourse: Wall Street clôture en baisse

Publié le 08/02/2023 à 09:41, mis à jour le 08/02/2023 à 18:05

(Photo: 123RF)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en baisse mercredi, contrariée par une nouvelle salve d’un membre de la banque centrale américaine (Fed) en faveur d’un maintien des taux élevés à moyen terme, ainsi que par des prévisions de sociétés jugées prudentes.

 

Pour (re)consulter les nouvelles du marché 

Les indices boursiers à la fermeture

À Toronto, le S&P/TSX a terminé en baisse de 45,46 points (-0,22%) à 20 679,54 points.

À New York, le S&P 500 a cédé 46,14 points (-1,11%) à 4 117,86 points.

Le Nasdaq a clôturé en baisse de 203,27 points (-1,68%) à 11 910,52 points.

Le DOW a clôturé en baisse de 207,68 points (-0,61%) à 33 949,01 points.

Le huard a diminué de 0,0031$ US (-0,4143%) à 0,7438$ US.

Le pétrole a terminé en hausse de 1,31$ US (+1,70%) à 78,45$ US.

L’or a terminé en hausse de 3,40$ US (+0,18%) à 1 888,20$ US.

Le bitcoin a cédé 254,46$ US (-1,10%) à 22 951,39$ US.

 

Le contexte

Alors que la place new-yorkaise digérait encore les propos du président de la Fed, Jerome Powell, tenus mardi, un autre membre de l’institution a enfoncé le clou mercredi.

Le président de l’antenne de New York John Williams a évoqué un taux directeur entre 5,25% et 5,50% en fin d’année, ce qui signifierait, au minimum, un triple relèvement d’un quart de point à chaque fois d’ici l’été, et aucune baisse jusqu’en décembre.

Or, il y a encore une semaine, les investisseurs pariaient sur une seule hausse, suivie de deux baisses.

Jerome Powell avait déjà écarté mardi toute baisse de taux avant 2024.

«Ils vont garder les taux trop hauts», a commenté Jack Ablin, de Cresset Capital, «et cela va mettre sous pression les résultats des sociétés, qui réagissent beaucoup plus rapidement à un resserrement monétaire que ne le fait l’inflation.»

Le marché obligataire traduisait bien l’impression générale. Le rendement des emprunts d’État américains à un an, qui reflète les anticipations de politique monétaire à moyen terme, est monté à 4,87%, une première depuis près de 22 ans.

Dans le même temps, le taux à 10 ans est redescendu à 3,61%, contre 3,67% mardi en clôture, signe que Wall Street s’attend à un ralentissement à moyen terme de l’économie américaine plus net qu’auparavant.

Wall Street a aussi été échaudée par les projections prudentes de plusieurs entreprises, notamment le spécialiste des infrastructures de télécommunications Lumen. 

La plupart des géants du secteur technologique ont déçu cette saison et les plans sociaux s’enchaînent pour faire face à la dégradation de la conjoncture.

La perspective de taux élevés pour une période prolongée est défavorable aux valeurs technologiques et de croissance qui dépendent, plus que les autres, des conditions de crédit pour financer leur développement rapide.

Amazon (AMZN, -2,02% à 100,05$ US), Meta (META, -4,27% à 183,43$ US) ou les fabricants de semi-conducteurs AMD (AMD, -1,42% à 84,69$ US), Qualcomm (QCOM, -3,26% à 132,17$ US) et Texas Instruments (TXN, -3,81% à 176,50$ US) en ont ainsi tous fait les frais mercredi.

Même Microsoft (MSFT, -0,31% à 266,73$ US) a essuyé une averse malgré ses annonces de la veille, avec l’intégration du robot conversationnel ChatGPT à son moteur de recherche Bing.

Quant à Alphabet (GOOGL, -7,66% à 99,37$ US), il a été doublement pénalisé par la sombre humeur générale et par les craintes de voir Microsoft menacer la suprématie de Google dans le secteur des moteurs de recherche.

Dans ce contexte d’incertitude, la prudence était de mise. Elle a profité aux valeurs dites défensives, c’est-à-dire théoriquement moins sensibles à la conjoncture, comme Johnson & Johnson (JNJ, +0,13% à 163,61$ US) et le laboratoire Merck (MRK, +0,91% à 106,64$ US).

Wall Street a salué les résultats d’Uber (UBER, +5,53% à 36,83$ US), supérieurs à ses attentes.

Le club anglais de football Manchester United (MANU, +10,51% à 23,34$ US), coté à New York, a pris de la hauteur après que plusieurs médias britanniques ont rapporté que l’émir du Qatar Tamim ben Hamad Al Thani pourrait bientôt faire une offre de rachat.

L’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard (ATVI, -3,58% à 72,89$ US) a souffert des conclusions du régulateur britannique de la concurrence (CMA), qui a émis mercredi des réserves sur son rachat par Microsoft annoncé il y a plus d’un an.

Le New York Times a été recherché (NYT, +12,04% à 41,13$ US) après des résultats supérieurs aux attentes, tirés par le succès des offres groupées, qui intègrent plusieurs abonnements à des produits différents.

Sur le même sujet

Bourse: nouveau record pour le Nasdaq

Mis à jour le 24/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX a repris l'essentiel des pertes subies jeudi.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi 24 mai

Mis à jour le 24/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales dispersées, le marché interroge la trajectoire des taux de la Fed.

OPINION Bourse: Wall Street fait une volte-face en pleine séance
Mis à jour le 23/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai
Mis à jour le 23/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street termine en baisse
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.