Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l’ouverture jeudi

Shanghai baissait. Londres, Tokyo et Paris progressaient. Les prix du pétrole augmentaient. (Photo: La Presse Canadienne)

REVUES DES MARCHÉS. La Banque centrale européenne va mettre fin jeudi au suspense sur l’orientation de sa politique monétaire, les investisseurs ayant jusque-là fait preuve de prudence sans pouvoir trancher entre les différentes anticipations, avec des marchés en hausse modeste.


Les indices boursiers à 07h45

Les marchés européens étaient mitigés jeudi matin, dans la foulée de gains en Asie et après la publication de données qui témoignent d’une hausse modeste de l’inflation aux États-Unis en août.

Les investisseurs semblent maintenant moins craindre une hausse éventuelle du taux directeur de la Réserve fédérale américaine.

Les bourses allemande et française perdaient 0,2% en début de séance en Europe, tandis que leur consœur britannique ajoutait 0,4%.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles progressait de 0,1% et l’indice élargi S&P 500 de 0,2%.

En Asie, le Nikkei 225 a bondi de 1,4% à Tokyo. La bourse de Shanghai a grimpé de 0,1% et le Hang Seng de 0,2% à Hong Kong. Sydney a pris 0,6% et Séoul 1,5%.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole ajoutait 67 cents US à 89,19 $US le baril.

 

 

Le contexte

Les regards des investisseurs sont tournés vers Francfort. La Banque centrale européenne (BCE) a décidé neuf hausses successives des taux d’intérêt depuis juillet 2022. Mais l’issue de sa réunion de rentrée s’annonce incertaine, sur fond d’inflation persistante et de croissance au ralenti.

Si l’inflation est passée de 10% à l’automne 2022 à 5% en août, c’est encore trop loin de la cible des 2% de l’institution, un élément qui incite la BCE à relever ses taux, d’autant plus que le reflux est venu principalement de la baisse du prix des matières premières.

Mais, d’un autre point de vue, avec des indicateurs de confiance (PMI) en chute libre, une distribution du crédit en berne et une économie au bord de la récession, voire déjà tombé dedans comme en Allemagne, une nouvelle hausse des taux directeurs pourrait laisser d’importantes séquelles.

«La trajectoire à suivre pour la BCE est donc moins claire comparée à celle anticipée pour la banque centrale américaine», écrit Christophe Boucher, directeur des investissements chez ABN Amro IS.

Mercredi, l’inflation américaine n’a pas changé la vision des investisseurs sur la décision à l’issue de réunion de la Fed la semaine prochaine, avec une pause attendue.

 

Arm s’apprête à monter sur scène

Le concepteur britannique de puces électroniques Arm vise une valorisation proche de 52 milliards de dollars américains ($US) pour ses débuts jeudi à la Bourse de New York, la plus grosse introduction depuis près de deux ans, selon le prix fixé mercredi pour son action.

Arm, dont les modèles de semi-conducteurs sont intégrés à 99% des smartphones dans le monde, a arrêté à 51 $US le prix unitaire du titre coté à partir de jeudi sur le Nasdaq.

 

THG dévisse à Londres

Le groupe de vente de produits de nutrition et cosmétiques en ligne THG plongeait de plus de 16% à la Bourse de Londres après une perte nette semestrielle creusée. Il a perdu plus de 90% de sa valeur depuis son introduction en Bourse, il affiche toutefois une hausse de 65% depuis le début de l’année.

 

Le pétrole repart de l’avant

Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse, proche de leur plus haut depuis dix mois, malgré le gonflement des stocks de brut aux États-Unis, le marché se focalisant sur les prévisions de l’AIE comme de l’OPEP d’un important déficit de l’offre mondiale dès la fin de l’année.

Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en novembre, prenait 1,14% à 92,93 $US.

Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI), pour livraison en octobre, gagnait 1,19% à 89,57 $US.

L’euro se stabilisait (+0,07%) face au billet vert à 1,0737 $US.

Sur le marché obligataire, les taux d’emprunt des États occidentaux étaient stables par rapport à la veille. L’échéance 10 ans aux États-Unis évoluait à 4,25%.